Siri & Callen - Mais qu'est-ce que tu fais là toi ?
l'avatar des scénarios ou membres des familles
sont totalement discutables pour autant qu'ils ne soient pas dans le bottin !
Venez car plus on est de fous et plus on rit, non ?
Chocolat et guimauves en cadeaux !
bonjour les YFTiens
et pleins de calins pour vous ainsi que tout notre amour !

Partagez | .
 

Siri & Callen - Mais qu'est-ce que tu fais là toi ?


→ YOUR FAMILY TREE :: la naissance et les actes et vous avez une famille :: Il faut marcher pour grandir :: En la mémoire du passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Sam 18 Oct - 12:11

Lundi matin à l'hôtel de ville.


Ce qu’il y a de plus intéressant avec un travail que l’on aime c’est que l’on doit faire tous les papiers administratifs afin que tout aille bien. Je me trouve à la mairie dans le but de remplir tous les papiers et d’amener bien entendu tout ce qu’il fallait. Je suis la démarche que j’ai apprise durant ma formation. Je sais que je dois aussi ne pas m’énerver vu l’attente que je vois…J’avance, je prends un ticket sur la machine. Je vais trouver une place sur un banc. Je me dis qu’il serait bien que je fasse quelque chose pour m’occuper. J’ai mon livre pour apprendre le thaïlandais. Je n’ai pas dit à ma mère ni mon père mais je m’y suis mis en cachette. Le Papi que j’ai eu, l’ami de ma mamie est décédé peu avant mon arrivée pendant les vacances là-bas. J’ai hérité de sa maison ainsi que celle de ma grand-mère qui m’a tout léguée. Je me dis que je dois aussi m’occuper de ça. J’ai encore la nationalité chez eux. Je sais que l’administration américaine voudrait bien me donner la leur sauf que je ne peux pas avoir la double, et je tiens à ma double. Enfin, je vais aussi essayer de l’avoir.

Mon livre sur mes genoux, je tente de lire dans ma tête tout en essayant de l’écrire. Je le comprends mais je ne sais pas encore le parler. Je tente de suivre le dessin et les lettres. Je dis alors patiemment dans mon esprit, je regarde de temps en temps les chiffres pour que je ne passe pas mon tour. Je finis par arriver à mon tour, après deux heures d’attente, je vais voir la personne qui va s’occuper de moi. « Bonjour madame.  » Elle me sourit gentiment, elle me demande pourquoi est-ce que je suis là. Je lui réponds : « Je suis là pour deux choses, je suis là pour le salon de tatouage que mon patron a mis en place ici. Je dois le gérer et j’ai amené le dossier pour que tout soit correct avec l’administration.  » Je souris une nouvelle fois, je lui donne le dossier complet, elle prend une feuille, elle fait la liste, et je n’ai rien oublié.

Puis, je lui demande : « Pour la double nationalité je dois faire comment ? » Elle me dit que je peux l’avoir étant donné que j’ai été adopté et que je suis née à l’étranger. Je lui donne alors le certificat de naissance que j’ai demandé la dernière fois que j’y suis allée. Elle me sourit, elle m’aide à remplir le formulaire. Je la remercie : « Merci pour votre aide.  » Je dois juste utiliser mon passeport si je sors et si je rentre au pays. Cela n’est pas bien compliqué. Je sors avec mon dossier en cours d’étude. Je me retrouve en même temps dans le hall avec un homme qui me dit quelque chose….

Revenir en haut Aller en bas
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Lun 20 Oct - 17:48
Un lundi matin ordinaire où je suis de repos et pourtant je dois me lever de bonne heure car dans un peu plus d'une semaine, on organise une soirée avec un taureau machine au bar et il nous faut l'autorisation de la mairie afin de pouvoir le mettre en place. Bah oui, ce genre de machine peut être dangereux pour tout être humain et il nous faut des tonnes d'autorisations sinon adieu la soirée cow boy au bar. Alors je me lève en râlant, ce qui fit sourire ma fille qui n'avait pas cours de la matinée, pris une douche, m'habille et pris la route direction l'hôtel de ville, en prenant le soin d'avertir ma fille que je serai de retour très vite car je comptais bien profiter d'elle avant son après midi de cours. Quelques instants plus tard, je me trouvais à la mairie. Je rentre dans le hall et là je vis une jeune femme descendre les escaliers. Cette jeune femme devait être là pour de la paperasse administrative sans doute aussi. Mais sa tête me disait quelqu'un, une personne que j'ai rencontré quand j'étais encore flic. Et pour cause, dans mon métier de flic, j'en ai arrêté des jeunes en perte de repères et si mes souvenirs sont bons, elle en faisait partie. Ce devait être une certaine Siriam. Alors que je m'apprête à monter les escaliers, sans le faire exprès, je vins bousculer la jeune femme qui descendait les escaliers et lui répondit en m'excusant.

Oh je suis désolé, je crois que je vous ai pas vu arriver. Vous êtes venu remplir de la paperasse aussi ? Je viens demander une autorisation pour avoir une machine "dangereuse" sinon on pourra pas faire une soirée, ce qui serait fâcheux. On se connaîtrait pas par hasard ? Votre tête ne m'ait pas inconnue mais impossible de savoir d'où.

Je lui adresse un sourire, attendant sa réponse et espérant ne pas l'avoir froissée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Mer 29 Oct - 11:21

Lundi matin à l'hôtel de ville.


Un homme me heurte dans mes escaliers, je le connais, il est de mon passé, je me demande bien comment continuer le truc. Mais bon, je souris sachant que j’aurais sans doute une mauvaise journée après tout ça. Je tente quand même de lui répondre par la suite :

« Je suis là aussi pour des papiers mais en rien ne vous regarde. Il s’agit de ma vie privée. »

Je trouve qu’il ne faut pas me gonfler plus longtemps. Je trouve que pour une fois, je peux avoir la chance de comprendre les choses. Je réalise aussi que je peux avant toute chose m’avancer dans mes propos.

« Non, on ne se connait pas, non. »

Un petit mensonge, mais bon, je me dis que pour une fois, je ne vais pas laisser mon passé me pourrir ma journée. Je trouve aussi qu’il faut bien entendu que je sache comment faire. Je réalise qu’il faut que je prenne le temps d’analyser la situation. Je préfère une nouvelle fois ne pas me tromper. Je me dis que je peux aussi avoir une nouvelle chance dans ma vie.

« Veuillez m’excuser mais j’ai des choses à faire. »

Je continue de descendre les escaliers. J’arrive en bas, je peux aller prendre le bus. Je n’ai pas acheté de voiture encore parce que je n’en trouve pas l’utilité. Ensuite, je me dis que pour une fois, je peux aussi attendre le bus. En tous les cas, je ne m’attendais pas à voir encore ce type à l’arrêt du bus !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Dim 2 Nov - 21:03
Ah la paperasse administrative pour que la soirée se passe au mieux sans complications. Le dossier qu'on avait du remplir avec Vlad pour daigner obtenir l'autorisation des autorités de pouvoir avoir le temps d'une soirée un taureau machine s'était révélé plus fastidieux qu'on ne l'aurait pensé. En effet, on avait pris au moins deux bonnes heures pour tout remplir correctement. Après tout, ce n'est pas le moment de foirer le remplissage des papiers sinon on pouvait dire adieu à notre soirée. Surtout qu'on a déjà engagé quelques frais dessus. Ce n'était vraiment pas le moment de foirer pour avoir l'autorisation. Alors ce matin, j'étais donc chargé d'aller en mairie amener ce fichu dossier. Car mon cher frangin déteste la paperasse alors c'est toujours qui suis chargé de cela. Une répartition des tâches au sein du bar équilibrée sans doute. Mais alors que je m'apprête à monter les escaliers de la mairie, je fus presque percuté par une jeune femme qui me disait vaguement quelque chose. Je lui demande si elle était là aussi pour des papiers, ce qu'elle me confirme aussi sec en me précisant que c'était sa vie privée. Elle n'avait pas tout à fait tort. Puis elle vint me faire savoir que l'on ne se connaissait pas, tout en étant sure d'elle. Pourtant je suis certain de l'avoir déjà croisé il y a des années et sans doute quand j'étais encore policier. Elle s'excuse d'avoir des choses à faire, ce qui arrive à tout le monde. Alors je lui répondit.

Oui c'est votre vie privée en effet. Et vous êtes sure qu'on ne se connait pas car je crois vous avoir déjà croisé il y a des années au commissariat ? Mais que je vous rassure, je ne suis plus flic. Et on a tous des choses à faire donc ne vous excusez pas.

Je la sentais un peu agacé de mes questions mais il me fallait être sur que je la connaissais. Même si je n'allais rien lui faire, n'étant plus policier depuis des années, plus précisément depuis huit années. Alors je lui adresse un sourire mais qui reste léger malgré tout .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Mar 4 Nov - 18:12

Lundi matin à l'hôtel de ville.


« Je suis certaine de moi, on ne se connait pas du tout. »

Le passé est le passé, je ne tiens pas à me faire avoir. Je sais que je ne dois pas non plus me prendre la tête avec ça, mais je ne tiens pas à ce que mon passé soit de nouveau là. Je suis toujours agitée, j’en suis consciente, sauf que je me dis que me poser en douceur pourrait être une bonne idée. A l’arrêt du bus, je me dis que je vais appeler Jar si je n’arrive pas à me débarrasser de cet individu. Enfin, je préfère une nouvelle fois me dire que cela peut aussi passer par la suite. Je réalise aussi que l’individu ne va sans doute pas s’en aller comme ça.

« J’ai effectivement un bus à prendre. Alors veuillez m’excusez. »

Je regarde le temps sur la borne, le bus arrive dans quinze minutes, je n’ai décidément pas le pot aujourd’hui. Je m’assois sur le banc, je me dis que je peux aussi essayer de ne pas trop baliser. Je sais aussi que je ne dois pas m’emporter bien que pour le moment, j’ai juste envie de me sauver le plus loin possible. Je constate qu’il faut bien entendu que je me calme. Là je ne souris plus, je sais que je ne peux pas le prendre de haut, je ne dis rien, je sors un livre en chinois pour me changer les idées. De toute façon, il ne comprendra pas, et il finira bien par me lâcher les basques !

Je sors mon livre, je commence à le lire sauf que le regard de cet individu ne me plait guère. Je me dis qu’il faut que je sois calme. Sauf que la situation commence vraiment à me taper sur le système. De toute évidence, je dois aussi  ne pas me prendre la tête avec les gens. Cathal me l’avait dit la dernière fois, sauf que pour cette fois-ci ce n’est pas moi qui l’a demandé ! je continue de lire mon livre bien que l’individu se mettre devant moi.

«  Vous me cachez le soleil, veuillez-vous en aller, je vous prie. »

Je ne lève pas la tête, et je sais que je dois continuer de lire mon livre. Je sais que mon casier juvénile a été effacé si je me tenais à carreaux. J’ai pu ouvrir mon salon et j’espère bien que cela va durer. Je continue de lire mon bouquin comme si de rien n’était…



Revenir en haut Aller en bas
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Mar 11 Nov - 17:49
Aujourd'hui, j'étais de corvée de paperasses à amener à la mairie afin d'obtenir toutes les autorisations pour la soirée "Taureau machine" prévue au bar. Bah oui sans toutes les autorisations qu'il faut notamment pour la sécurité des personnes, pas de soirée possible, ce qui serait asse ennuyeux avec les dépenses qu'on a déjà plus ou moins engagées pour cette dernière. Et puis ce genre de soirée peut attirer encore plus de clients potentiels alors tout repose sur moi à la mairie. Une fois à la mairie et tandis que je m'apprête à monter voir les personnes responsables pour les autorisations, je percute sans le vouloir une jeune femme qui venait de descendre. Sa tête ne m'était pas inconnue mais cela devait remonter à mes années de flic alors à quoi bon remuer le passé ? Mais je voulais savoir comment elle avait tourné car si mes souvenirs étaient les bons, elle était du genre à se bagarrer et à finir au poste de police. Elle aurait pu avoir une carte de fidélité si on en faisait cela dit en passant. Alors je vins lui demander si on se connaissait et elle me répondit qu'elle était certaine que non. Peut-être ne voulait elle pas que son passé refasse surface dans sa vie d'aujourd'hui ? Cela pourrait être une preuve qu'elle a changé. Elle me fit savoir ensuite qu'elle avait un bus à prendre et pour ma part, je devais monter déposer les papiers car si j'ai le malheur d'oublier, Vlad allait me tuer littéralement parlant et sur place. Alors je lui fis savoir que je vais déposer mes papiers et qu'on pourra continuer notre conversation après. Elle ne me répondit rien. Alors je monte les escaliers pour les autorisations et quinze minutes plus tard, j'étais de nouveau en bas. La jeun femme attendait toujours son bus alors je décide d'aller à ses côtés pour continuer notre discussion d'il y a quelques minutes. Quand elle me vit, elle s'arrête de lire avant de me faire savoir que je lui cachais le soleil. Alors je lui répondit.

Oh excusez moi, je peux m'asseoir ? Je suis navré pour tout à l'heure si je vous ai offensé avec mes questions mais vous me rappelez une jeune délinquante que je voyais tous les jours au commissariat il y a plus de dix ans. Mais vous n'êtes surement pas cette personne alors peut on repartir de zéro ? Bonjour, je m'appelle Callen et vous ?

Je me suis rendu compte en montant les escaliers tout à l'heure que j'avais du la froisser ou un truc du genre alors je voulais faire connaissance avec elle sans remuer le passé, surtout que l'époque où j'étais policier il y avait encore ma femme et qu'aujourd'hui, elle n'est plus là. Alors à quoi bon y repenser. Je vins m'asseoir à ses côtés attendant une réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Dim 23 Nov - 18:27

Lundi matin à l'hôtel de ville.


  « Non, vous n’allez pas vous asseoir, oui, vous allez me laisser tranquille. Et non, on ne se connait pas.  »

Je suis froide, distante, je sais que je ne peux pas m’énerver, que je dois rester calme même si pour le moment, je sens que cela ne va guère me plaire…Je l’observe lentement, je me dis que je dois quand même faire un effort. Je me rends compte que je peux aussi faire un effort pour changer, je me pousse pour lui laisser une place pour qu’il puisse s’asseoir.

«  Allez-y il y a de la place. »

Je ne dois pas non plus me prendre la tête. Mais bon, je préfère une nouvelle fois essayer de voir les choses dans le bon sens. Pour une fois, je me dis qu’il faut bien que je trouve des petites choses à faire ou à dire. Je me dis que pour le moment, je ne suis pas non plus en bonne posture. Je me dis que je dois bien essayer de lui répondre malgré mon envie folle de me barrer en courant.

« Vous avez effectivement du vous tromper de personne.  »

Je souris malgré ma mauvaise humeur, en fait je l’étais mais, bon, depuis ce mauvais rendez-vous, j’avais comme la sensation que ce bonhomme va me prendre la tête. Je me dis que je dois aussi essayer de voir pour la suite, je réfléchis puis ; je me demande bien si je dois ou pas allez jusqu’au bout, mais bon, je dis :

« Siriam, enchantée.  »

Je regarde ma montre, je me dis que mon bus ne va pas tarder, et que je dois juste patienter le temps qu’il arrive. Je réfléchis une nouvelle fois, je dois être patiente. Je trouve qu’il faut juste que je sache comment avancer dans ma vie. Mais si le passé revient, cela ne me facilite pas la tâche…



Revenir en haut Aller en bas
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Sam 6 Déc - 0:09
Ce ne devait pas être ma journée car d'abord mon frère m'a demandé d'aller rapporter des papiers pour que la soirée “taureaumachine” ait bien lieu et ensuite, je tombe sur la meilleure amie de ma fille que j'avais arrêté plusieurs fois il y a quelques années quand j'étais encore policier. Dans un premier temps, je la sentis froide à mon égard et elle fit comme si elle ne me connaissait pas, sauf que je la connaissais via Julia qui n'est autre que sa meilleure amie. Puis une fois mes papiers déposés et en règle, je m'apprêtais à regagner ma voiture quand j'aperçus cette jeune femme assise sur un banc en face de la mairie, elle devait attendre le bus. Alors je m'approche d'elle et lui demande si je peux m'asseoir avec elle. J'avais déposé tous les papiers et Vlad pouvait bien se débrouiller encore un peu au bar alors je pouvais bien rester un peu avec elle histoire qu'elle n'attende pas son bus seule. Au début, elle me fit savoir de la laisser tranquille avant de changer d'avis et de me signifier qu'il y avait de la place sur ce banc. Alors je m'assis et m'excuse pour avoir cru qu'elle était cette personne que je pensais, bien qu'au fond de moi, je savais pertinemment qui elle était. Car même si j'ai quitté la police il y a maintenant dix ans, une jeune fille souvent au commissariat ne s'oublie pas, surtout quand il s'agissait de petits délits. Je décide de ne rien répondre car on va dire que ce sujet est clos, je me suis sans doute trompé de personne tout à l'heure, autant repartir sur de meilleures bases parce qu'après tout, Julia n'apprécierait sans doute pas que son papounet d'amour ne s'entende pas avec sa meilleure amie.

Une fois assis à ses côtés, je la vis me sourire presque de force, ce qui pouvait traduire une mauvaise humeur ambiante. Je pouvais facilement le deviner car ma fille quand elle était de mauvais poil se forcait à sourire comme pour le masquer. Puis elle vint se présenter comme pour repartir sur de bonnes bases avant de regarder sa montre. Elle ne semblait pas très à l'aise, preuve qu'elle devait savoir qui j'étais et où elle m'avait déjà vu par le passé mais le passé est loin et il faut aller de l'avant. Alors je lui répondit.


Enchanté Siriam, je m'appelle Callen. Je m'interromps un moment avant de demander simplement pour faire connaissance. Mais dis moi, tu connais sans doute ma fille Julia enfin j'ignore si tu vas à l'université ? Et ton bus arrive à quelle heure ?

Après m'être présenté à elle, je me demandais si elle connaissait ma fille d'abord pour faire connaissance avec elle et ensuite pour éviter de penser à ses erreurs de jeunesse. Après tout, qui n'a pas fait d'erreurs dans sa vie ? Personne à ma connaissance. Personne n'est parfait et ne le sera jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Jeu 11 Déc - 11:47

Lundi matin à l'hôtel de ville.


Je regarde mon interlocuteur, je me dis que je dois bien lui répondre, je tente alors de donner une réponse : « Et bien, votre fille Julia ? » Surprise, je ne sais pas trop quoi dire d’autres.  Je cherche dans ma mémoire une jeune femme nommée Julia, mais à part ma Juju, je ne trouve personne d’autres. Je sors mon téléphone, et je montre une photo de nous deux à l’individu en question.

« La seule personne que je connais qui je se nomme Julia est sur cette photo avec moi.  »

Je souris patiemment, j’attends alors qu’il me réponde, je sais que je dois trouver des petites choses à dire.  Je réfléchis, je me dis que pour le moment, je dois bien avoir des choses. Je referme mon téléphone et le range. Je dis alors gentiment. «  Il est vrai que je n’ai pas encore vu son papa.  » Mais bon, je sais que maintenant, je ne peux plus me défiler. Je dois juste trouver comment faire pour la suite. Mais bon, pour le moment, je demande alors patiemment :

«  Je n’ai plus cours à l’université depuis un bon moment, j’ai un salon de tatouage pour moi. Mon patron a bien voulu que j’en gère un. Après, je pense qu’il va me le céder si je réussis à le garder sur l’année.  »

Je souris, je sais que je dois faire attention, je comprends maintenant que pour je dois faire attention. Je tiens à garder mon salon. Et j’espère qu’un jour, je pourrais me calmer et réussir à avoir un travail qui me plait. Enfin, je sais que je dois aussi faire attention à ne pas énerver les gens. Je sais que je dois expliquer alors les choses. Je tente d’en donner une.

«   Je tiens à mon travail, c’est pour la raison pour laquelle,  Juju, je ne lui en parle pas, je ne voudrais pas qu’elle ait des soucis avec vous. »

Je sais que je ne dois pas dire que Julia veut se faire tatouer, je sais juste que je dois le rassurer le plus possible. Je rajoute :

«  Je lui ai dit qu’elle ne devrait pas se faire tatouer, même moi, je n’en ai pas à part un tout petit que j’ai sur le poignet.  Maintenant, j’espère qu’elle a bien compris, sinon, j’ai de ses nouvelles régulièrement.  Est-ce qu’elle a un souci ? »

Je ne vois pas trop pourquoi est-ce qu’il m’a posé sa question, mais bon, je me dis que je dois bien avoir une explication par la suite. De toute évidence, cela va venir, mais bon, à la vue de cette personne et aussi son nom me confirme bel et bien qu’il a eu le cran de m’arrêter étant plus jeune. Je comprends maintenant, que je vais devoir faire attention à tous mes propos.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Lun 15 Déc - 17:38
Après avoir déposé les papiers pour la soirée et que toutes les autorisations ont été accordées, je fus soulagé et prêt à regagner ma voiture quand je vis la jeune femme que j'avais malencontreusement percutée dans l'escalier en arrivant. En effet, elle attendait sans doute le bus ou quelqu'un sur le banc en face de l'hôtel de ville. Alors n'étant pas très pressé car Vlad pouvait très bien se débrouiller au bar avec les employés, je lui demande si je peux m'asseoir à ses côtés. Elle me dit dans un premier temps non puis elle accepte. Alors une fois à ses côtés sur le banc, je lui demande si elle ne connaitrait par hasard ma fille qui est à l'université, j'ignorais son âge mais elle ne me paraissait pas si vieille pour être à l'université. Alors elle tente de me répondre concernant ma fille avant de sortir son téléphone afin de me montrer une photo d'elle et d'une amie ressemblant à ma fille qui était la seule personne qu'elle connaissait sous ce nom. Je ne savais pas trop quoi dire car la personne qu'elle connaissait était ma petite fille et elle m'informe ne jamais avoir rencontré le père de son amie auparavant. Alors comment lui dire que je suis le père de son amie ? Je tente de me répéter une phrase dans ma tête : “et bien vous l'avez devant vous, je suis le père de Julia” mais je me dis que je devais peut-être m'abstenir mais après tout, autant lui dire maintenant comme cela elle saura. Alors je lui répondit en souriant légèrement.

Oh mais je connais cette jeune femme, c'est ma Julia. Et pour ce qui est du papa de votre amie, et bien vous l'avez devant vous, enchanté. Ainsi vous êtes la fameuse meilleure amie de Julia, elle me parle beaucoup de vous en tout cas en bien je vous rassure. J'espère qu'elle vous parle de moi en bien aussi ?

Et voilà la “bombe” venait d'être lâchée, elle m'informe ensuite ne plus être à l'université depuis un moment mais tenir un salon de tatouage et qu'elle pense que le patron qui a accepté qu'elle en gère voudra bien lui céder dans l'année à venir. Puis elle se mit à me dire qu'elle tenait à son travail et qu'elle n'en parlait pas à ma fille pour ne pas qu'elle ait de soucis avec moi. Ma fille avoir des soucis avec moi ? Que raconte elle ? Je ne suis pas un “bourreau” tout de même alors je fis une grimace. D'autant plus qu'elle me dit qu'elle a conseillée à ma fille de ne pas se faire tatouer et qu'elle n'en a pas si ce n'est un petit au poignet. Elle espérait que ma fille avait pris en compte son conseil et me demande si elle a un souci. Julia, si elle a un souci, d'ordinaire, elle m'en parle ou bien à son oncle ou sa tante mais aux dernières nouvelles, tout va bien. Alors je lui répondit.

Ah oui, ma fille voudrait se faire un tatouage ? Elle ne m'en a jamais parlé mais vous avez eu bien fait de lui donner ce conseil en tout cas. En tout cas, j'espère que votre salon marchera et qu'il pourra être à vous cette année. Je tiens un bar avec mon frère pour ma part donc si vous voulez des conseils de gérance, n'hésitez pas. Je m'interromps un moment avant de reprendre. Et bien aux dernières nouvelles, Julia n'a aucun souci en ce moment si ce n'est ses cours mais vous savez comment sont les jeunes, ils ne disent rien à leurs parents n'est ce pas ?

Je lui adresse un sourire, attendant sa réponse et venant d'apprendre quelque chose que ma fille avait omis de me dire sur son envie de se faire un tatouage. Si elle en veut un, je ne serai pas contre, tant que cela reste petit, un peu comme son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !


mot doux de Contenu sponsorisé ► un
Revenir en haut Aller en bas
 

Siri & Callen - Mais qu'est-ce que tu fais là toi ?


→ YOUR FAMILY TREE :: la naissance et les actes et vous avez une famille :: Il faut marcher pour grandir :: En la mémoire du passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-