un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter
l'avatar des scénarios ou membres des familles
sont totalement discutables pour autant qu'ils ne soient pas dans le bottin !
Venez car plus on est de fous et plus on rit, non ?
Chocolat et guimauves en cadeaux !
bonjour les YFTiens
et pleins de calins pour vous ainsi que tout notre amour !

Partagez
 

un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter


→ YOUR FAMILY TREE :: la naissance et les actes et vous avez une famille :: Il faut marcher pour grandir :: En la mémoire du passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Carter W. Barrow
Carter W. Barrow
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t4134-deux-bons-cotes-un-cote-nature-et-un-cote-legerement-givre-carter http://www.your-family-tree.net/t5111-don-t-you-forget-about-me-carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o27zz4NXzh1qa1x28o2_250
❝ Métier : A repris son travail au country club en tant que caddie de golf et serveuse. Elle travaille aussi comme illustratrice.
❝ cupidon : Feel le parfait amour avec Declan, leur fils Steve et Truc le chat de son mari ♥
❝ post-it : Accepte entièrement la situation familiale avec laquelle elle a grandi ≈ elle n’a jamais été à l’université, même si elle rêvait de faire de l’animation 2D. Elle a plutôt travaillé pour payer ses études, mais son rêve s’est estompé lorsqu’elle a eu son fils. ≈ Elle n’y connait rien au cinéma, mais regarde tous les Disney ou autres films d’animation sans exception ≈ Elle n’a jamais oublié son premier amour qu’il soit masculin ou féminin ≈ Ayant grandi avec ses deux mères, elle a toujours été ouverte. Pour elle un homme comme une femme peuvent l’attiré, elle est donc bisexuelle, mais pour le plaisir elle se dit trisexuelle ce qui inclus les aliens ≈ Elle croit au paranormal et tout ce qui touche les fantômes, la vie après la mort… ≈ On dit d’elle qu’elle est étrange, mais elle s’assume pleinement ≈ Trilingue, elle parle l’anglais – qui est sa langue maternelle – l’alien et le chat. Faut pas être étonner de la voir piquer la causette à un chat airant, pour elle, elle comprend leur penser ≈ Excessivement maladroite, elle n’arrive pas à faire quelque chose sans tout démolir autour d’elle – comment elle fait pour toujours être en vie ? C’est un mystère qui ne sera sans doute jamais résolu ≈ Mariée à Vegas avec un homme qu’elle a toujours détesté, elle fut la première surprise de s’apercevoir de ses sentiments à son égard ≈ Elle est tombé enceinte de cet homme et leur fils les a énormément rapprochés surtout après qu’il l’ait empêché d’avorter

Steve né le 06/07/2015
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o8d5o1qiTM1refxrro6_r1_500
❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : @vava shiya / @gif tumblr
❝ avatar : Anna Kendrick
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Disponible en tout temps ♥ -jesaispasdirenon-
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'éternel tourmenté qui a trouvé sa douce moitié. GRANT ▬ (g.gustin) le mec maladroit avec les femmes. ALVIN ▬ (m.bomer) le kidnappeur qui s'est fait voler son coeur. JONAS ▬ (r.amell) le zigoto somnambule qui se réveille nu chez ses voisins. DEVON ▬ (k.graham) l'artiste de rue. JAMIE ▬ (d.gillies) celui qui a besoin de Taylor Swift pour avoir un grain de folie. GWEN ▬ (s.johansson) la jeune femme qui aime bien exhibé sa culotte sans le vouloir !

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1389
❝ Messages : 1486
❝ depuis : 12/10/2014
❝ mes sujets : lenaëlledeclanaverycharly
– ✻ – we go together like copy and paste

– ✻ –
we go together like copy and paste

un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Carter W. Barrow un Lun 17 Nov - 7:51
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

Aussitôt ma discussion dans les toilettes avec Declan fini, j’avais été m’acheter bon nombre de test de grossesse. J’avais donc passé ma soirée à faire pipi sur des bâtonnets et boire toute sorte de breuvage non-alcoolisé. Tout cela pour finalement me retrouver en petite boule dans mon lit, regardant les huit tests de grossesses qui trônaient sur ma table de chevet. J’avais essayée plusieurs compagnies différentes pour être bien certaine, mais ils indiquaient tous la même chose. J’étais bel et bien enceinte. Je ne le voulais pas y croire, mais après huit tests positif, c’était un peu dure de faire autrement. Après cette longue contemplation, je m’étais enroulée dans mon édredon ne laissant que mon visage sortie. Je ne bougeais pas de mon lit, profitant de ma journée de congé pour réfléchir à tout cette histoire. Au fond de moi j’étais soulagée de ne pas aller travailler, ainsi je n’avais pas à l’affronter. Qu’aurais-je pu dire ? Je n’avais pas la force de mentir, de lui dire que je n’étais pas enceinte. J’avais encore moins la force de lui dire la vérité, pas après notre discussion. À la fin de la journée, j’avais téléphonée à Jessica une de nos collègues. « Je peux te demander un service ? Demain, je dois aller à l’hôpital, est-ce que tu pourrais me remplacer ? » Même si elle était le genre de fille curieuse, elle ne me posait pas les questions qui brûlaient ses lèvres. Je l’en remerciais silencieusement tout en lui disant merci, après qu’elle ait accepté de me remplacer. J’avais aussi prit rendez-vous pour mon avortement, et en aucun cas je n’aurais pu croire que ce serait cédulé le lendemain en début d’après-midi. On m’avait dit de venir accompagné d’une personne, mais je ne voyais pas qui. Christian était à Washington pour un reportage et tout les autres étaient occupés ailleurs. Sans être sortie de mon lit une seule et unique fois, j’avais regardé une panoplie de documentaire sur les extraterrestres jusqu’au lendemain en fin de matinée. Je m’étais vêtue d’habits confortables, un jeans avec un t-shirt couvert d’un hoddy appartenant à mon frère. Il était beaucoup trop grand pour moi, m’arrivant un peu plus bas que le milieu de la cuisse et les bras beaucoup trop long cachant mes mains par la même occasion. J’avais prit un petit sac en cuir, que j’avais mis en bandoulière et au klaxon du taxi, j’avais quitté mon appartement. Sous mes longues manches de mon sweat à capuchon, je sentais mes mains trembler sous l’effet du stresse. J’étais mortifiée et cela malgré le fait que j’avais posé mille-et-unes question à la pauvre réceptionniste qui n’avait répondue. Tout le long du trajet de chez moi à l’hôpital, j’étais restée silencieuse et perdue dans mes pensées. Je sursautais donc lorsque le chauffeur m’adressait la parole de sa voix grave. Je payais sa course et me dirigeait vers l’endroit qu’on m’avait décrit. Je devais me rendre dans la département de génécologie. Déambulant dans cet endroit immense, j’étais arrivée malgré moi devant la pouponnière. Il y avait tant de poupons enroulés dans leur couverture rose ou bleu. Je déposais ma main sur la vitre, regardant chacun d’eux avant de baisser mon regard sur mon ventre. Allais-je regretter mon geste ? Je secouais la tête. Non, c’était mieux ainsi, j’avais encore mes chances d’entrer à l’université, de trouver la bonne personne et après je pourrais penser à avoir un enfant. Tel était mon plan. Poussant un soupire, je reprenais ma route et j’arrivais finalement devant un comptoir où une petite femme était assise de l’autre côté. « Bonjour. », disais-je d’une voix tremblante. « Je viens pour un rendez-vous... Un avortement. » Je n’en revenais pas de dire cela. Elle levait son regard vers moi, ce qui étrangement m’embarrassait. « Votre nom ? », me demandait-elle avec un sourire charmant. « Barrow, Carter Barrow. » Étrangement, je trouvais que mon nom sonnait faux comme si j’avais voulu m’appeler autrement. « Bien. Il va seulement falloir, que vous remplissiez ces papiers. » Elle me tendait une tablette retenant une feuille et en prime un crayon. Je la regardais lisant les premières lignes. « Pourquoi ? », m’étais-je entendu dire. « Ce n’est qu’une simple formalité pour savoir si vous avez des problèmes médicaux ou peut-être bien des allergies. » Elle semblait trop gentille, je secouais la tête indiquant que je comprenais, puis je me dirigeais vers une chaise adossée au mur du couloir.  Assise dans ce couloir fade, je regardais la feuille que je devais remplir. J’avais peine à écrire mon propre nom, chaque fois que je posais le crayon sur le papier, ma main se mettait à trembler comme une feuille. Une jeune fille, d’environs quinze ou seize ans, sortait d’une salle accompagnée par ses parents. Elle semblait dévastée. Je ne pouvais m’empêcher de penser, est-ce que j’allais finir comme elle ? Les larmes se mirent à couler sur mes joues, laissant quelques sanglots trembler dans ma gorge. Pourquoi étais-je ici ? Voulais-je vraiment cela ? Mon portable se mettait tout bonnement à vibrer dans ma poche. Je n’y prêtais néanmoins pas d’attention, laissant ma peur m’envahir. L’infirmière qui m’avait donner le document, se relevait pour me regarder. Elle devait en avoir vu plus d’une fondre en larme. J’étais perdue dans mes décisions. La jeune femme me tendait une boîte de mouchoir en papier, m’adressant un sourire tendre. Je tentais de lui rendre, mais je n’en trouvais pas la force. « Vous êtes venue toute seule ? », me demandait-elle en mettant sa main sur mon épaule. J’acquiesçais d’un hochement de tête. « Désirez-vous que j’appelle quelqu’un pour vous ? » Cette fois je faisais signe que non. Je n’avais personne à qui téléphoner pour qu’elle me rejoigne. « Non, merci. Je ne sais juste plus si c’est la bonne solution. » Ma voix tremblait en coeur avec mes sanglots. « Dites vous croyez aux miracles ? », lui avais-je demander en relevant mon regard rempli de larme vers elle. En général, je ne croyais pas à ce genre de chose les miracles ce n’était pas pour moi. J’avais tellement prié pour ma soeur, que la simple idée d’y croire encore m’horrifiait. Ça n’avait rien donné pour elle, alors pourquoi moi j’aurais droit à mon miracle. Même si je n’y croyais pas, j’espérais tout de même. Je voulais simplement un signe pour me dicter mon choix. Je n’écoutais pas ce que l’infirmière me disait, fermant les yeux un instant. Poussant un soupire, je trouvais le courage de répondre au questionnaire. Et je lui tendais une fois entièrement rempli. J’attendais quelques minutes avant qu’une femme sorte d’une pièce en disant mon nom. Prenant une grande respiration, je me levais croisant mes bras sous ma poitrine. Je me sentais comme si je faisais la marche du condamné. Lentement, me frottant presque les pieds au sol, je me dirigeais vers cette femme qui me paressait de plus en plus loin dans ce couloir beaucoup trop long. J’entendais alors des pas de course et je faisais volte face. Je croyais rêver, laissant mes larmes me submerger. « Pourquoi, es-tu venu ? Qui t’as dit que j’étais ici ? » Mes paroles étaient saccadés, détruite presque entièrement par mes pleures. Ça avait tout d’une scène de film romantique, mais pour moi c’était mon miracle.


_________________
my son. my first lover.
Les mères n'ont pas de rang, pas de place. Elles naissent en même temps que leurs enfants. I thought never of having a child. A child who was even less to wish. To the son of the months, I have learnt to live with him. I became attached to it. Now, I dream only about a thing to put my look on him to see him smiling finally.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Declan O. Gardner
Declan O. Gardner
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9956-gardner-declan-i-forget-where-we-were http://www.your-family-tree.net/t5087-gardner-declan-here-goes-my-pride
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o6ok3jNAS71qlvvgxo6_r1_250
❝ Métier : serveur & caddie de golf
❝ cupidon : surprise Vegas wedding
❝ post-it : né et élevé à Pasadena + a un grand frère qui réussit un peu trop bien dans la vie + est proche de sa famille + n'aime pas le café + à un chat à qui il parle constamment + aime espionner ses voisins + est un horrible cuisinier + a un diplôme en psychologie qu'il n'a toujours pas mis en application + est un photographe amateur + déteste répondre au téléphone + ne tient pas l'alcool + n'a jamais eu de relations sérieuses + s'est retrouvé marié à Carter à Vegas et l'a mis enceinte + est très confus par cette nouvelle situation et n'arrive pas à savoir ce que Carter représente pour lui, même s'il a conscience de s’attacher dangereusement à elle.
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter 317705anna


❝ crédits : cranberry + tumblr

❝ avatar : sebastian stan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : 1/4 libres
❝ autres comptes : papa jones (rdj), aaron (c.evans), rafael (o.isaac)
❝ Points : 1660
❝ Messages : 735
❝ depuis : 22/09/2014

Un petit plus
MY LIFE TREE:
don't judge me. i was born to be awesome not perfect !

don't judge me. i was born to be awesome not perfect !
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Declan O. Gardner un Lun 17 Nov - 21:11
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

Elle n’était pas là. Declan avait passé la nuit à y penser. Sa conversation de la veille avec Carter avait été aussi éprouvante qu’inachevée. Elle lui avait bien préconisé de tout oublier, de faire comme si elle ne lui avait jamais rien dit, mais comment pouvait-elle espérer qu’il y arrive ? Le moindre des choses aurait quand même été de lui dire si elle était réellement enceinte ou non ? Sûrement elle avait fait un test en rentrant chez elle. Il n’y avait pas de raison de se torturer l’esprit si elle s’était trompée. Au lieu de ça, Declan avait fixé son plafond pendant de longues heures et ne s’en été pas trouvé plus avancé au petit matin. Il avait espéré trouver Carter au boulot pour avoir enfin toute la vérité. Mais elle n’était pas là. Une journée de congé, lui précisa son patron quand il lui demanda. Ce dernier l’avait regardé d’un air ahuri, comme si c’était la première fois qu’il montrait un quelconque intérêt pour l’un de ses collègues. Ça l’était. S’il avait certaines relations cordiales au travail, il n’allait pas non plus au-delà de lui-même pour s’inquiéter de leur petite vie.  Demain alors. Demain il lui parlerait. Mais demain ressemblait outrageusement à la veille. Declan était arrivé au boulot et avait demandé au barman s’il avait vu Carter arriver. Il lui répondit par la négative, ce qui acheva de le mettre de très mauvaise humeur. Alors quoi, elle avait démissionné pour ne plus le voir maintenant ? C’était un peu extrême, non ?! Avec tout ça Declan n’était pas plus avancé quant à l’état de Carter. L’attente et l’angoisse que cette attente provoquait commençait à l’épuiser sérieusement. Il s’était résigné à se mettre au travail, parce qu’il n’avait pas vraiment le choix et qu’il fallait qu’il se nourrisse contrairement à Carter qui semblait collectionner les jours de congé comme on collectionne les timbres ! Declan avait accepté son sort quand il aperçu Jessica un peu plus loin. Ce n’était pas ses horaires. Elle n’avait rien à faire ici. La logique de base fut suffisante pour que Declan additionne deux plus deux et le jeune homme s’avança vers sa collègue d’un pas décidé. « Où es Carter ? » demanda-t-il sans plus de cérémonie. Jessica n’était pas plus son amie que l’était Carter. Il ne l’a connaissait pas vraiment, ne lui parlait pas outre une simple demande pour une cigarette ou dans le cadre du travail. Aujourd’hui c’était personnel et elle avait plutôt intérêt à lui répondre. Sans grande surprise elle fit une remarque sur son manque de tact et de politesse désolant, mais il réussit à lui faire cracher le morceau. « Un rendez-vous à l’hôpital ? » répéta-t-il d’une voix blanche. Elle hocha la tête, haussant un sourcil devant son air figé, jusqu’à lui demander s’il se sentait bien. « Appelle-là » demanda-t-il d’une voix où résonnait un peu trop la supplication à son goût, mais il n’était pas en état de s’en soucier. Il ne faisait aucun doute de ce que Carter faisait en cet instant présent. « S’il te plait » articula-t-il, les dents serrées comme si les mots lui coutaient. Elle s’exécuta et il attendu, le cœur s’emballant dans sa poitrine, puis manquant un battement lorsque Jessica baissa le bras, un air désolé au visage. Oh mon dieu. Et si c’était trop tard ? Si Carter subissait déjà l’avortement ? Comment avait-elle pu faire ça. « Je dois y aller » s’entendit-il dire, mais il avait l’impression d’être dans un état second. En autopilote il s’empara des clés de voiture qu’un de ses collègues laissait toujours traîner au même endroit, sans jamais se soucier de les perdre ou de se les faire voler. Declan comptait bien lui rendre mais eh, ça lui servira de leçon. Puisqu’évidemment que le jeune Gardner n’avait pas les moyens de se payer une bagnole ! C’est pas le merveilleux biais des transports en commun qu’il se rendait au boulot chaque matin. Autant dire qu’il correspondait parfaitement au cadre avec la capuche sur la tête, les mains enfoncées dans ses poches et sa posture reflétant un air général d’inintérêt total pour les gens à proximité. Declan avait passé le permis il y a un certains temps et n’avait pas la plus grande expérience mais il savait accélérer et tourner le volant et c’est tout ce dont il avait besoin pour foncer vers l’hôpital. Le parking ne semblait qu’être une suggestion pour lui puisqu’il enfonça la pédale de frein devant les portes de l’hôpital. Et il courrait. Il courrait parce que chaque minute comptait, même si son cerveau lui répétait en boucle qu’il était trop tard. Trop tard. C’est à moitié hystérique qu’il harcela la femme à l’accueil pour lui indiquer où se faisaient les avortements. Et il courrait. Et enfin la voyait. Une petite silhouette frêle dans un couloir. Quelqu’un l’attendait à l’extrémité et il accéléra la cadence. Peut être était-il à temps, juste à temps. Carter se retourna, sans doute attirée par le bruit de ses pas et le souffle saccadé de sa respiration. Il s’arrêta juste devant elle, ignorant ses questions puisque ça n’avait pas d’importance. Il fallait qu’elle l’écoute. Il fallait qu’il la convainque. Les larmes coulaient sur ses joues et Declan ne savait pas si c’était par regret ou par honte pour ce qu’elle allait faire. Il l’a saisi par les épaules, plongeant son regard dans le sien. Declan n’avait pas pour habitude de se montrer particulièrement émotif, mai sil avait parfaitement conscience du désespoir ancré dans chacun des traits de son visage. « Carter » commença-t-il d’une voix rauque. « Tu ne peux pas faire ça ». Il lui avait déjà dit dans les toilettes. Ça n’avait pas suffit, mais c’était tellement réel en cet instant présent. Elle n’allait pas pouvoir faire marche arrière.  « Je sais que ce n’est pas idéal » continua-t-il avec de lâcher un léger rire. « C’est même un bordel incommensurable ». Declan n’avait rien à lui offrir, rien de plus. La situation n’avait pas changée, et lui non plus. « Mais ce que tu es sur le point de faire ? Tu vas le regretter ». Il en était certains. Elle n’avait pas le visage de quelqu’un qui était à 100% d’accord avec cette décision. « Donne lui une chance, Carter » souffla-t-il avant de monter ses mains jusqu’à ses jours et d’y balayer les larmes de ses pouces. « Donne moi une chance ». De lui prouver qu’il pouvait se montrer à la hauteur de la situation. Que peu importe leur relation, il n’allait pas la laisser seule. Il allait être là. Et un jour il allait repenser à cette conversation et sangloter de honte car il avait vraiment l’impression d’être dans un soap opera.

_________________


you speak of destiny
let's see ✻ where we wake up tomorrow, best laid plans ometimes are just a one night stand. I'll be damned cupid's demanding back it's arrow, so let's get drunk on our tears
Revenir en haut Aller en bas
Carter W. Barrow
Carter W. Barrow
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t4134-deux-bons-cotes-un-cote-nature-et-un-cote-legerement-givre-carter http://www.your-family-tree.net/t5111-don-t-you-forget-about-me-carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o27zz4NXzh1qa1x28o2_250
❝ Métier : A repris son travail au country club en tant que caddie de golf et serveuse. Elle travaille aussi comme illustratrice.
❝ cupidon : Feel le parfait amour avec Declan, leur fils Steve et Truc le chat de son mari ♥
❝ post-it : Accepte entièrement la situation familiale avec laquelle elle a grandi ≈ elle n’a jamais été à l’université, même si elle rêvait de faire de l’animation 2D. Elle a plutôt travaillé pour payer ses études, mais son rêve s’est estompé lorsqu’elle a eu son fils. ≈ Elle n’y connait rien au cinéma, mais regarde tous les Disney ou autres films d’animation sans exception ≈ Elle n’a jamais oublié son premier amour qu’il soit masculin ou féminin ≈ Ayant grandi avec ses deux mères, elle a toujours été ouverte. Pour elle un homme comme une femme peuvent l’attiré, elle est donc bisexuelle, mais pour le plaisir elle se dit trisexuelle ce qui inclus les aliens ≈ Elle croit au paranormal et tout ce qui touche les fantômes, la vie après la mort… ≈ On dit d’elle qu’elle est étrange, mais elle s’assume pleinement ≈ Trilingue, elle parle l’anglais – qui est sa langue maternelle – l’alien et le chat. Faut pas être étonner de la voir piquer la causette à un chat airant, pour elle, elle comprend leur penser ≈ Excessivement maladroite, elle n’arrive pas à faire quelque chose sans tout démolir autour d’elle – comment elle fait pour toujours être en vie ? C’est un mystère qui ne sera sans doute jamais résolu ≈ Mariée à Vegas avec un homme qu’elle a toujours détesté, elle fut la première surprise de s’apercevoir de ses sentiments à son égard ≈ Elle est tombé enceinte de cet homme et leur fils les a énormément rapprochés surtout après qu’il l’ait empêché d’avorter

Steve né le 06/07/2015
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o8d5o1qiTM1refxrro6_r1_500
❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : @vava shiya / @gif tumblr
❝ avatar : Anna Kendrick
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Disponible en tout temps ♥ -jesaispasdirenon-
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'éternel tourmenté qui a trouvé sa douce moitié. GRANT ▬ (g.gustin) le mec maladroit avec les femmes. ALVIN ▬ (m.bomer) le kidnappeur qui s'est fait voler son coeur. JONAS ▬ (r.amell) le zigoto somnambule qui se réveille nu chez ses voisins. DEVON ▬ (k.graham) l'artiste de rue. JAMIE ▬ (d.gillies) celui qui a besoin de Taylor Swift pour avoir un grain de folie. GWEN ▬ (s.johansson) la jeune femme qui aime bien exhibé sa culotte sans le vouloir !

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1389
❝ Messages : 1486
❝ depuis : 12/10/2014
❝ mes sujets : lenaëlledeclanaverycharly
– ✻ – we go together like copy and paste

– ✻ –
we go together like copy and paste

un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Carter W. Barrow un Lun 17 Nov - 22:56
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

Marchant sur ma ligne verte, oui c’est bien une des seules références de film que je pouvais faire dans ma vie. Je sentais mon coeur se déchirer pendant que mon estomac se nouait. Je ne savais plus quoi faire, l’idée que je m’étais faite deux jours plus tôt planait encore dans mon esprit. J’avais réussi à remplir les papiers demandés, je marchais même vers cette femme porteuse de blouse blanche. Et pourtant, rien ne me semblait parfait. Je n’étais pas plus heureuse de me dire que j’allais lui dire adieu sans même l’avoir connu. Ce petit être composer de Declan et de moi. En marchant, je me disais qu’il n’était rien et cela dans le seul but de me convaincre. Ça ne marchait pas tellement, en vue des larmes qui coulaient sur mes joues. Le bruit des pas ralentissait ma marche, j’allais même jusqu’à m’arrêter en les attendant s’approcher. Un souffle et je me retournais pour le regarder. Je laissais mon étonnement prendre le dessus, ne sachant qu’à moitié pourquoi il était là. Mais surtout qui lui avait dit où je me trouvais, l’idée que se soit Jessica ne m’était même pas vu en tête. Je le regardais s’approcher de moi, laissant mon visage se déformer par ma tristesse. Il n’avait pas idée à quel point je me sentais soulagé de le voir ici. Il y a deux jours, j’avais été cruelle avec lui tout comme avec moi-même. Je ne pensais pas le revoir, enfin si au travail, mais pas ici et très certainement pas maintenant. Il empoignait mes épaules, ralentissant mes pleures par la même occasion. Je relevais mon regard vers lui alors, qu’il disait mon nom. Je ne disais rien le laissant parler, seuls quelques hoquets coupaient ses paroles. J’étais déjà déchiré à l’idée d’être ici et il en manquait peu pour changer le poids de la balance. Ne pas le faire. Ses paroles restèrent dans ma tête alors, qu’il continuait à parler. Notre histoire n’avait rien de romantique ça je devais bien l’admettre. Combien de fois j’avais désirer l’étrangler ou lui balancer mon plateau en plein visage ? Je n’en tenais plus le compte contrairement au moment où j’avais eu réellement envie de lui. À Vegas pendant quelque secondes alors, que je trouvais sa voix sexy et ne parlons même pas de son corps. Et ce moment, oui ce moment où il me parlait à moi la femme et non la collègue. Ce moment où pour une fois il touchait mon coeur avec ses paroles. Je fermais les yeux alors que ses pouces caressaient mes joues pour effacer ma tristesse et mon indécision. Lui donner une chance, en serais-je capable ? Là tout de suite, je dirais très certainement oui, mais dans quelque temps ? Je l’ignorais pourtant l’envie de vivre cette aventure à ses côtés ne me semblait pas si terrible. S’il était prêt à accourir à l’hôpital pour me retenir que pourrait-il faire d’autre ? Je déposais mes mains cacher par mes manches sur ses poignets, puis je le regardais. « Pour le meilleur et pour le pire, comme on dit. » J’avais tenté de rigoler, mais ma voix tremblait toujours. Je poussais un soupire et je m’autorisais une chose de mon plein gré, sans influence d’alcool. Doucement, je relâchais ses poignets et je passais mes bras autour de lui, appuyant ma tête sur son torse. Je n’avais que faire de tout les regards poser sur nous. Je fermais les yeux, serrant sa chemise de mes mains. J’humais son odeur et je souriais en voyant qu’il n’avait pas mis son parfum ou bien il n’avait pas laver sa chemise... « Tu as une meilleure odeur. », disais-je sans pour autant le regarder. Des bruits de talon qui claquait le sol, arrivait jusqu’à nous. « Excusez-moi, mais vous êtes bien mademoiselle Barrow ? » Je défaisais mon étreinte, portant mon regard sur la femme à la blouse blanche. « Oui. », répondais-je en me reculant un peu de Declan pour faire face à cette femme. « Je vous attend pour votre rendez-vous. », me disait-elle sur une touche d’agacement. « Euh... » Je portais mon regard sur Declan. « C’est que... Je... Je ne suis... » Les mots peinaient à sortir. Elle portait finalement son regard sur le père de mon enfant. « Vous devez être le père ? », lui demanda-t-elle en le regardant avant de soupirer. « Bon, si vous devez parler pour pouvoir faire votre choix, car se sera irréversible. Je préférais que vous alliez dans la salle où je procède plutôt que dans le couloir. Vous n’êtes pas seuls dans cet hôpital. Je serai à côté, quand vous aurez fait votre choix. » Elle fermait les yeux un instant avant de nous sourire. « Merci. », lui répondais-je avec un sourire. L’envie de la prendre elle aussi dans mes bras effleurait mon esprit, mais je retenais mon geste. Je regardais l’infirmière derrière le comptoir qui souriait elle aussi, sûrement heureuse que quelqu’un soit arrivé pour moi. J’allais prendre la main de Declan, mais je me ravisais. Mon étreinte n’était qu’un égarement ni plus ni moins. J’entrais donc dans la pièce, prenant place sur la table d’observation. Je le laissais fermer la porte. « Tu es sérieux ? » Avais-je finalement dit en réponse à ses paroles dans le couloir. « J’hésitais encore avant que tu n’arrive... Je ne dis pas que je n’hésite plus, mais le simple fait de te voir là arriver en courant ma donner la force de croire en toi. » Je ne pleurais plus, au contraire je lui souriais. « Je ne sais pas quoi penser, te donner une chance... Nous donner une chance, car tu dois m’en donner une à moi aussi. Je ne suis pas parfaite et rien ne risque de s’améliorer pendant la grossesse. Je pleure déjà pour un rien alors, imagine plus tard ce que ça sera. » Je me mordais la lèvre inférieur. « J’aimerais tant que tout soit simple, que je n’ai plus de soucis à me faire. Je ne veux pas finir comme mes parents. » Pour la première fois, je leur reprochais de ne pas être ensemble. « Laisse moi apprendre à te connaître, non pas le Declan du travail, mais l’homme que tu es. Je veux savoir, que peu importe mes tourments tu arriveras toujours comme tu l’as fait aujourd’hui. » Je poussais un soupire, avouer ces choses n’étaient pas chose facile. « Je suis prête à t’accorder cette chance, mais ne me déçoit pas. Je t’en pris, sinon je regretterai toujours ce moment. » Une larme s’échappait doucement et je l’essuyais aussitôt avec la paume de ma main. Notre histoire n’était pas romantique, tout deux on ne s’aimait pas, mais j’étais prête à déposer les armes pour croire en nous.

_________________
my son. my first lover.
Les mères n'ont pas de rang, pas de place. Elles naissent en même temps que leurs enfants. I thought never of having a child. A child who was even less to wish. To the son of the months, I have learnt to live with him. I became attached to it. Now, I dream only about a thing to put my look on him to see him smiling finally.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Declan O. Gardner
Declan O. Gardner
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9956-gardner-declan-i-forget-where-we-were http://www.your-family-tree.net/t5087-gardner-declan-here-goes-my-pride
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o6ok3jNAS71qlvvgxo6_r1_250
❝ Métier : serveur & caddie de golf
❝ cupidon : surprise Vegas wedding
❝ post-it : né et élevé à Pasadena + a un grand frère qui réussit un peu trop bien dans la vie + est proche de sa famille + n'aime pas le café + à un chat à qui il parle constamment + aime espionner ses voisins + est un horrible cuisinier + a un diplôme en psychologie qu'il n'a toujours pas mis en application + est un photographe amateur + déteste répondre au téléphone + ne tient pas l'alcool + n'a jamais eu de relations sérieuses + s'est retrouvé marié à Carter à Vegas et l'a mis enceinte + est très confus par cette nouvelle situation et n'arrive pas à savoir ce que Carter représente pour lui, même s'il a conscience de s’attacher dangereusement à elle.
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter 317705anna


❝ crédits : cranberry + tumblr

❝ avatar : sebastian stan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : 1/4 libres
❝ autres comptes : papa jones (rdj), aaron (c.evans), rafael (o.isaac)
❝ Points : 1660
❝ Messages : 735
❝ depuis : 22/09/2014

Un petit plus
MY LIFE TREE:
don't judge me. i was born to be awesome not perfect !

don't judge me. i was born to be awesome not perfect !
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Declan O. Gardner un Mer 19 Nov - 23:05
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

Elle semblait bouleversée. Mais était-ce suffisant ? Cette détresse était-elle suffisante pour justifier le fait de se lancer dans une aventure aussi risquée ? C’était un pari fou, Declan en avait conscience. Leurs pauvres salaires réunis allaient flancher sous le prix des couches, du lait et autres achats indispensables pour le bien-être du bébé. Et parlons-en de son bien être justement. Une situation précaire, des parents plus enclins à être colocataires qu’amants, un début difficile. C’était de l’inconscience. Ca aurait sans doute été l’avis général, mais Declan n’avait pas fait l’effort de faire un sondage d’opinion. Il n’en avait pas dit un mot à ses parents. Les inclure dans cette histoire n’allait pas aider, d’autant plus qu’il n’avait eu aucune idée de ce qu’allait faire Carter. Le garder ou non. Mon Dieu, il n’allait pas avoir le choix de leur dire si ce sauvetage se finissait bien. Et pour le mariage aussi. Ça allait être mémorable. En attendant, rien n’était résolu. Carter attrapa ses poignets et eu la force d’invoquer une touche d’humeur. Declan, lui, ne réussit qu’un maigre soupir à défaut d’avoir le cœur à rire. Mais elle n’avait pas tord. Sans doute était-ce le pire. Coincés entre le doute et l’incertitude, deux êtres forcés dans une situation qu’ils n’avaient pas choisis. Ça pouvait être une fin. Ça pouvait être un début. De quoi ? Declan n’en avait pas la moindre idée. Tout ce qu’il savait, c’est que la perspective de laisser Carter aller jusqu’au bout de se couloir lui glaçait les entrailles. Il réciproqua son étreinte, passant une main autour de sa taille et une autre derrière sa nuque pour attirer son visage contre son épaule. Par dessus sa tête il pouvait voir quelqu’un s’approcher et il resserra son emprise sur Carter dans un réflexe. Carter avait-elle signée quelque chose ? Etait-elle contractuellement obligée d’aller au bout de l’opération ? Declan avait conscience d’être légèrement parano, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’assumer une posture défensive aux côtés de Carter, ne la laissant pas trop s’éloigner et posant un regard méfiant sur l’infirmière. C’est d’ailleurs pour cela que c’est d’un « Oui » sec qu’il confirma son statut de père. C’était assez étrange à dire également, il le réalisait dans un coin de son esprit. Au final, il avait jugé trop vite. L’infirmière leur proposa un lieu parfait pour la conversation inévitable qui les attendait. Il fit un signe de tête pour la remercier et suivit Carter dans la pièce. Elle ne tarda pas à engager la conversation. « Qu’est-ce que tu crois ? » souffla-t-il, fronçant les sourcils face à la question. Devait-il encore se prouver ? Depuis la conversation dans les toilettes il avait fait connaître son avis sur la question. Carter n’avait pas appréciée sa désinvolture vis-à-vis de leur relation personnelle, mais dès la première minute il avait été investi dans la vie de ce bébé, prêt à prendre ses responsabilités. C’était presque effrayant à quel point il n’avait aucun doutes là-dessus. Son mariage avec Carter en revanche…c’était particulier. Se donner une chance ? C’était risqué de parier sur un futur où des sentiments seraient capables de naître entre eux. Il n’y avait aucune assurance, aucun chemin tout tracé qui allait les mener jusqu’au bonheur. Declan ne pouvait lui promettre qu’il allait tomber amoureux d’elle. Alors il n’allait pas le faire. Ce n’était pas quelque chose qui lui venait facilement, et ce n’est pas lui mettre un mariage et un bébé sous le nez qui allait forcer cela. D’ailleurs, il se sentait soudainement mal à l’aise. Declan gérait mal avec les attentes des autres, et c’est en ne rencontrant pas son regard qu’il essaya de se contenir, de ne pas craquer sous la pression et fuir. Declan ne pouvait rien lui promettre. Mais il y a encore 72h Carter ne représentait rien de plus qu’elle collègue à ses yeux. Maintenant, elle avait au moins dépassée ce stade. La voir dans cet état, fragile et brisée, sur le point de commettre l’irréparable l’avait fortement chamboulé. Il ne voulait plus la voir comme ça. Il voulait la voir sourire, la voir redevenir cette petite créature maladroite et pétillante qui lui tapait d’ordinaire sur le système. Ça pouvait être éphémère et c’était aussi le risque. Et si cette étrange affection n’était qu’animée par le drame de la situation ? Et s’ils prenaient une chance pour qu’au final Carter le foute à la porte lorsque son naturel allait revenir au galop ? Declan avait conscience que Carter avait dit ce qu’elle avait sur le cœur et que c’était à son tour. Il laissa quelques secondes de silence s’installer, indécis quant à la manière de présenter son ressenti. Il ne souhaitait pas lui mentir, mais ne voulait pas non plus manquer de la convaincre et la pousser à aller au bout de cet avortement. « Je ne peux rien te promettre Carter » soupira-t-il en se passant une main dans les cheveux, ses doigts s’attardant douloureusement entre les mèches. « Tu veux connaître le vrai Declan ? » demanda-t-il dans un rire dépréciatif. « Il n’est pas bien différent de celui que tu côtois tous les jours » continua-t-il. Ce n’était pas totalement faux. Ni vrai. Ce n’était pas une façade, il se comportait avec elle au travail comme il se comportait avec la plupart du genre humain. Puis il y avait le Declan qui est à l’aise au sein de sa famille. Celui qui parle au lieu de foudroyer du regard. Celui qui utilise affection plutôt que cynisme. Pouvait-il laisser entrer Carter dans ce cocon ? A voir. Il n’allait pas vraiment avoir le choix une fois le bébé présent dans leur vie. Il allait baisser sa garde. S’adoucir. Oui, ce bébé allait inévitablement être la source de tout. « Je vais faire des efforts, mais il va aussi falloir que tu me laisses une marge d’erreur. Tu ne peux pas t’attendre à ce que je passe les 9 prochains mois à la perfection. Tu me connais Carter, je vais dire quelque chose qu’il ne faut pas, manquer de tact, être insensible, et je m’en excuse d’avance, ok ? » lâcha-t-il, légèrement sur la défensive. Tout allait contre le plus simple de ses principes, lui qui évitait de s’impliquer, d’avoir des gens qui dépendent de lui. Il avait fait quelques pas pendant sa tirade et se retrouvait désormais face à Carter. « Mais je ne vais pas mettre les voiles » promit-il, parce que ça il le pouvait. « Décevoir les gens est une de mes spécialités, alors j’imagine qu’il va falloir que tu prennes le risque car toi et moi on va quitter cet endroit et ne jamais y revenir » précisa-t-il en enfonçant son regard dans le sien. « On va peut être passer les prochains mois à regretter cette décision, mais quand il arrivera ? » dit-il en passant une paume contre le ventre de Carter « Je suis sur que ça aura valu le coup, malgré tout ». Il en était persuadé. Même si Declan gâchait tout, même s’il réalisait tardivement que tout cela était bien trop sérieux pour lui et qu’il n’était pas prêt à s’engager dans cette vie de famille qu’il n’avait pas vraiment choisie, tout irait bien au final. Ce bébé allait justifier toutes les galères qu’ils allaient devoir traverser. C’est justement en imaginant le ventre de Carter s’arrondir et en anticipant la joie sur son visage à la naissance du bébé que Declan pouvait ressentir une vague d’affection à son égard. Carter la collègue n’avait rien de spécial, même avec une bague autour du doigt. Mais cette femme bouleversée et perdue qui était prête à se battre pour protéger son enfant ? Cette femme-là avait la capacité de faire battre son cœur un peu plus fort.

_________________


you speak of destiny
let's see ✻ where we wake up tomorrow, best laid plans ometimes are just a one night stand. I'll be damned cupid's demanding back it's arrow, so let's get drunk on our tears
Revenir en haut Aller en bas
Carter W. Barrow
Carter W. Barrow
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t4134-deux-bons-cotes-un-cote-nature-et-un-cote-legerement-givre-carter http://www.your-family-tree.net/t5111-don-t-you-forget-about-me-carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o27zz4NXzh1qa1x28o2_250
❝ Métier : A repris son travail au country club en tant que caddie de golf et serveuse. Elle travaille aussi comme illustratrice.
❝ cupidon : Feel le parfait amour avec Declan, leur fils Steve et Truc le chat de son mari ♥
❝ post-it : Accepte entièrement la situation familiale avec laquelle elle a grandi ≈ elle n’a jamais été à l’université, même si elle rêvait de faire de l’animation 2D. Elle a plutôt travaillé pour payer ses études, mais son rêve s’est estompé lorsqu’elle a eu son fils. ≈ Elle n’y connait rien au cinéma, mais regarde tous les Disney ou autres films d’animation sans exception ≈ Elle n’a jamais oublié son premier amour qu’il soit masculin ou féminin ≈ Ayant grandi avec ses deux mères, elle a toujours été ouverte. Pour elle un homme comme une femme peuvent l’attiré, elle est donc bisexuelle, mais pour le plaisir elle se dit trisexuelle ce qui inclus les aliens ≈ Elle croit au paranormal et tout ce qui touche les fantômes, la vie après la mort… ≈ On dit d’elle qu’elle est étrange, mais elle s’assume pleinement ≈ Trilingue, elle parle l’anglais – qui est sa langue maternelle – l’alien et le chat. Faut pas être étonner de la voir piquer la causette à un chat airant, pour elle, elle comprend leur penser ≈ Excessivement maladroite, elle n’arrive pas à faire quelque chose sans tout démolir autour d’elle – comment elle fait pour toujours être en vie ? C’est un mystère qui ne sera sans doute jamais résolu ≈ Mariée à Vegas avec un homme qu’elle a toujours détesté, elle fut la première surprise de s’apercevoir de ses sentiments à son égard ≈ Elle est tombé enceinte de cet homme et leur fils les a énormément rapprochés surtout après qu’il l’ait empêché d’avorter

Steve né le 06/07/2015
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o8d5o1qiTM1refxrro6_r1_500
❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : @vava shiya / @gif tumblr
❝ avatar : Anna Kendrick
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Disponible en tout temps ♥ -jesaispasdirenon-
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'éternel tourmenté qui a trouvé sa douce moitié. GRANT ▬ (g.gustin) le mec maladroit avec les femmes. ALVIN ▬ (m.bomer) le kidnappeur qui s'est fait voler son coeur. JONAS ▬ (r.amell) le zigoto somnambule qui se réveille nu chez ses voisins. DEVON ▬ (k.graham) l'artiste de rue. JAMIE ▬ (d.gillies) celui qui a besoin de Taylor Swift pour avoir un grain de folie. GWEN ▬ (s.johansson) la jeune femme qui aime bien exhibé sa culotte sans le vouloir !

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1389
❝ Messages : 1486
❝ depuis : 12/10/2014
❝ mes sujets : lenaëlledeclanaverycharly
– ✻ – we go together like copy and paste

– ✻ –
we go together like copy and paste

un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Carter W. Barrow un Jeu 20 Nov - 9:36
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

Le terme nous était vaste et pourtant je ne me gênais pas à l’employer dans notre conversation. Je ne voyais pas le nous comme un nous heureux, vivant un amour idyllique, mais plutôt un lui, moi et cet être qui commençait à grandir en moi. Je ne cherchais pas à croire en notre mariage et le divorce planait encore dans ma tête, le libérer de cette laisse était quelque chose que je voyais possible. Je n’allais pas le tenir en chaîne, ce n’était pas moi et ainsi il ne se sentirait pas obligé de toujours rester à mes côtés. J’avais le meilleur exemple avec mon père et ma mère, jamais marié et pourtant il était toujours là pour moi. Je ne voulais pas le forcé a être avec moi, sachant que je pourrais rencontrer d’autre personne tout comme lui pourrait faire des rencontres. Nous pouvions être libre tout en donnant notre amour à cet enfant. Tout ce que je voulais c’était qu’il me protège comme l’étreinte qu’il avait fait dans le couloir, alors que la femme approchait. Je n’en demandais pas plus, c’était suffisant. Lui comme moi n’avions rien de parfait, c’était évident et je ne voulais pas qu’il le soit. Silencieuse, je l’écoutais parler me disant des choses que jamais je n’aurais pu espérer de lui. Nous étions des inconnus, on ignorait tout l’un de l’autre. À cet instant précis, nous étions prêt à tout abandonner pour accorder une vie à un être qui ne serait réellement présent avec nous que dans neuf mois. Ce simple moment, où il s’était approché de moi, me regardant droit dans les yeux sans me promettre monts et merveilles qu’il ne tiendrait pas, je sus que dans mon malheur j’avais trouvé une perle. Il pouvait être cynique, froid, bref le Declan que je connaissais, il en restait pas moins que dans son regard bleuté, j’y voyais quelque chose qu’il ne disait pas. Laissant mes doigts caresser le dessus de sa main, qu’il avait poser sur mon ventre, je m’autorisais un silence. J’aurais tant souhaité un monde merveilleux où cet enfant allait naître de parent amoureux. Ce détail me rendait un peu triste, mais je savais que tout était possible. Je poussais finalement un soupire en laissant mes doigts parcourir l’endroit où son jonc aurait du être. « Je ne désirs pas que tu changes, bien sure on a passer plus de temps à se crêper le chignon qu’à rigoler tout les deux, jusqu’à maintenant. Si tu devais devenir gentil, ça me semblerait un peu trop étrange. Reste comme tu es, le Declan que je connais n’est pas si terrible, un peu froid, mais tu n’es pas méchant. Tu pourras encore me dire toute ces choses que tu sembles tant aimer me faire comprendre quand je laisse ma maladresse prendre le dessus. Tu pourras aussi soupirer devant mes idioties. Je risque d’en pleurer, mais se sera à cause des hormones, je pourrai te crier toute les bêtises du monde, tant que je sais qu’au final tu seras là pour... » Je prenais une pause, pesant mes mots. « Pour notre enfant, tout ira bien. » Je lui souriais, avant de poser ma main sur sa joue. « Nous ne sommes pas fait pour être ensemble, c’est assez évident. », disais-je sans ménagement, mais cela restait une réalité que je ne pouvais changer. Mon pouce caressait sa joue rugueuse. Un geste étonnant, venant de moi à son intention. Ces moments de pure affection, une Carter chaleureuse et douce, je ne l’avais montré qu’à deux personnes en dehors de ma famille : Alec et Kaelee. Je soutenais son regard, laissant ma main continuer son mouvement. « Je ne souhaite pas que tu m’aimes Declan, les sentiments ça ne se contrôle pas. Je veux seulement, une chance. La chance d’être la mère de ton enfant. La femme qui réussira à te faire sourire lorsqu’elle entendra le premier mot sortir de sa bouche. Celle avec qui tu pourras mettre ta carapace de côté un instant pour être un bon père. Tu dis, que tu es le même qu’au travail, peut-être, mais je n’y crois pas entièrement. Même si c’est pour notre enfant que tu es là, c’est déjà ça. Ça me montre qu’au fond tu n’es pas seulement le collègue que je croyais connaître. » Je laissais ma main glisser dans son cou avant de la ramener sur moi. Tout comme lui, il ignorait qui j’étais et ma perspicacité m’étonnait. Dans ses paroles, j’avais sut lire entre les lignes pour comprendre certaine chose. C’était un peu évident, étant le même genre de personne. Sauf, que contrairement à lui, je brisais une barrière plus facilement. Auprès tout, il venait de me voir pleurer, il m’avait vu en colère et tout cela était loin d’être terminé ! Ce n’était que le début. J’hésitais à me dire que c’était le stresse ou les hormones qui me faisait dire tout ça, mais je ne pouvais retenir mes paroles. J’avais envie d’être gentille, de lui montrer que contrairement à tout ce qu’il pouvait croire, j’étais capable d’être une bonne mère. Je m’accordais un regard vers lui et déposant mes mains sur ses épaules, j’allais délicatement poser mes lèvres sur sa joue. Un baiser chaste sans arrière pensé. « Tout cela pour dire, ne change pas. Ton fils t’aimera et c’est tout ce qui compte. », lui susurrais-je par la même occasion. Même si j’avais dit cela, je sentais un pincement au coeur comme si je lui mentais. Pourtant, je croyais à moitié en ces paroles. Je me sentais le trahir tout comme ce fameux soir où j’avais revu Alec et que malgré moi, je l’avais embrassé. Ce n’était pas la seule chose qui comptait, mais je n’avais pas la moindre idée de ce qui pourrait combler cette absence dans mes mots. Je ne portais plus l’alliance, lui ayant préalablement redonné. Ça me faisait sentir nue. Je sentais même un vide, mais là encore je ne comprenais pas parfaitement. Tout devait être causé par mon changement hormonale, il n’y avait pas d’autre explication possible. C’était simplement causer par l’émotion, cette émotion que je venait de vivre, ça ne faisait pas de moi une femme amoureuse, seulement une femme comme les autres désirant d’être aimé. « Malgré tout, je continue de croire qu’on devrait divorcer. » Il fallait bien en parler. Même si j’hésitais autant que le simple fait d’avorter. Je ne pouvais me résigner à rester avec lui. « Tu l’as dit toi-même tu ne peux pas me promettre certaine chose. Nous n’allons pas rester là, à se créer une vie simplement pour cet enfant. On peut très bien assumer nos rôles de parent, sans pour autant être marié. Tout comme moi, tu ne désir pas se mariage. Il est donc inutile de se forcer. Je préfères qu’il sache la vérité, au lieu qu’il nous voit éventuellement faire chambre à part. Il n’y a pas de mal à accepter notre erreur, il ne nous en voudra pas pour autant. », continuais-je. Cette fois, c’est moi qui allait caresser mon ventre avec ma main. « Oui, il nous aimera même si notre histoire n’est pas comme les autres. Et puis, je ne voudrais pas te priver de d’autre rencontre. », disais-je sans lever mon regard de mon ventre. Je sentais la tristesse revenir et je maudissais mon humeur morose. Demain pouvait être fait de surprise. Une surprise qui ne me faisait pas envie, mais encore une fois j’ignorais tout. L’éventualité de revoir Alec, effleurait mon esprit pendant un millième de seconde. Et si Kaelee revenait dans ma vie ? Demain restait un mystère, mais pour l’instant j’avais trop parler, trop pleurer et mes émotions étaient encore chamboulés. « Tu peux me ramener chez moi, j’aimerais rentrer. » C’est avec ces mots, que je tentais de lui faire comprendre que je décidais d’annuler l’avortement. J’étais prête à nous accorder une chance, même si nous divorcions. Je fermais un instant les yeux, poursuivant cette caresse sur mon ventre. Je n’allais pas regretter cet enfant, même s’il n’était pas souhaité. J’avais découvert un autre Declan et j’anticipais la crainte d’un nouvelle attachement. Car bien que je lui ai dit plus d’une chose que je pensais, mon coeur commençait à croire en d’autre éventualité. Faisais-je réellement tout cela pour le bien de l’enfant ou pour effacer ma crainte de l’engagement avec lui ?

_________________
my son. my first lover.
Les mères n'ont pas de rang, pas de place. Elles naissent en même temps que leurs enfants. I thought never of having a child. A child who was even less to wish. To the son of the months, I have learnt to live with him. I became attached to it. Now, I dream only about a thing to put my look on him to see him smiling finally.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Declan O. Gardner
Declan O. Gardner
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9956-gardner-declan-i-forget-where-we-were http://www.your-family-tree.net/t5087-gardner-declan-here-goes-my-pride
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o6ok3jNAS71qlvvgxo6_r1_250
❝ Métier : serveur & caddie de golf
❝ cupidon : surprise Vegas wedding
❝ post-it : né et élevé à Pasadena + a un grand frère qui réussit un peu trop bien dans la vie + est proche de sa famille + n'aime pas le café + à un chat à qui il parle constamment + aime espionner ses voisins + est un horrible cuisinier + a un diplôme en psychologie qu'il n'a toujours pas mis en application + est un photographe amateur + déteste répondre au téléphone + ne tient pas l'alcool + n'a jamais eu de relations sérieuses + s'est retrouvé marié à Carter à Vegas et l'a mis enceinte + est très confus par cette nouvelle situation et n'arrive pas à savoir ce que Carter représente pour lui, même s'il a conscience de s’attacher dangereusement à elle.
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter 317705anna


❝ crédits : cranberry + tumblr

❝ avatar : sebastian stan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : 1/4 libres
❝ autres comptes : papa jones (rdj), aaron (c.evans), rafael (o.isaac)
❝ Points : 1660
❝ Messages : 735
❝ depuis : 22/09/2014

Un petit plus
MY LIFE TREE:
don't judge me. i was born to be awesome not perfect !

don't judge me. i was born to be awesome not perfect !
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Declan O. Gardner un Mar 2 Déc - 23:44
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

Ce n’était pas comme s’ils étaient pieds et poings liés dans cette décision. Evidemment, ce bébé allait les maintenir dans l’orbite l’un de l’autre pendant le reste de leur vie si tout se passait pour le mieux, mais une implication plus forte n’était pas requise. Carter allait pouvoir faire sa vie de son côté. Declan allait pouvoir faire de même, malgré le fait que cela lui semblait toujours aussi abstrait. Le divorce n’était qu’une conclusion logique à cette histoire. Ils allaient être les parents de ce bébé. Des amis sans doute, poussés par une affection partagée. Mais rien ne les forçait à être plus. Rien n’obligeait cette décision à résonner comme une sentence à vie. Declan écoutait Carter lui répondre et il en pouvait s’empêcher d’être partagé entre scepticisme et confiance. « Pas si terrible… » répéta-t-il dans un murmure. C’était tellement facile à dire alors qu’ils se tenaient là à débattre d’une vie, à espérer un futur meilleur. Mais allait-elle le supporter jusqu’au bout ? Et lui, allait-il supporter les crises de larmes et autres aléas de la grossesse ? Il avait promis de ne pas fuir et il se doutait capable de tourner le dos à cette promesse. Il n’avait rien dit concernant une hypothèse où Carter le foutrait à la porte, lasse de son manque d’implication et de soutient. Ou peut-être encore allait-il changer. C’était impossible à savoir. Carter posa une main sur sa joue et étonnamment, il n’eu pas le réflexe de s’en défaire. Une touche de gêne s’emparait tout de même de lui, vestige d’un manque prononcé de contact physique avec autrui, mais rien de bien grave. C’était un moment spécial, en toute discrétion, alors Declan l’autorisait à se dérouler. Ce qui se disait dans cette pièce allait y rester et Declan n’était pas forcé de devenir une personne différente en passant le pas de la porte. Oui, ils n’étaient pas vraiment fait pour être ensemble. Les rares femmes qui avaient attirés l’attention de Declan ne partageait pas vraiment un profil avec Carter, et l’inverse devait être similaire. Declan sentit un poids se soulever de ses épaules en attendant Carter dire qu’elle n’attendait pas son amour en retour. C’était un soulagement oui, puisque voilà une chose qu’il ne pouvait pas le moins du monde assurer. Elle avait une grande confiance en lui pour quelqu’un qui le connaissait à peine. C’était étrangement agréable à entendre et Declan rencontra son regard. Elle lui promettait un futur sans complexe, un futur où ils seraient une équipe plutôt qu’un couple, et c’était presque tentant. Declan ne doutait pas de la capacité de Carter à être mère. Il croyait fortement au fait que personne n’est prêt à assumer la parenté et que c’est par instinct et tentatives qu’on y arrive correctement. Carter allait s’occuper correctement de cet enfant, malgré ces débuts difficiles. Ce n’est pas quelque chose qui l’inquiétait. Même en ayant jamais pensé être lui-même père en termes concrets, ce futur statut ne le tétanisait pas non plus. Les soucis d’argent, oui, mais lui en tant que personne ? Non. Il avait toujours été très famille et très appréciateur des enfants. Declan eu un rictus quand elle avança qu’il était sûrement différent qu’au travail. Peut être, peut être pas. C’était juste une question de savoir s’il avait envie de l’être, s’il allait se l’autoriser. Sans doute que oui, après réflexion. Il allait être difficile de maintenir Carter à distance alors qu’ils allaient partager quelque chose de si important. Peut-être si Carter trouvait vite quelqu’un d’autre avec qui partager sa vie, alors là il ne ferait pas l’effort. A quoi bon. Il allait se contenter de la croiser lorsqu’il irait chercher son gosse ou pendant les anniversaires et autres rassemblements inévitables. Carter déposa un baiser sur sa joue et lui souffla une phrase qui lui provoqua une vague d’affection, et c’est un maigre sourire qui étira ses lèvres. Le sujet du divorce revint de plus belle et Declan ne pu qu’acquiescer lentement. Elle n’avait pas tord. Il ne pu cependant retenir un léger rire septique devant sa remarque. « Crois-moi, tu ne vas me priver de rien » répondit-il. Sa vie romantique était déjà bien plate avant que toute cette histoire ne commence. Et s’il voulait vraiment rencontrer quelqu’un ? Ce n’est pas un faux mariage qui allait l’en empêcher. Mais cette dernière pensée le dérangeait quand même quelque peu, pour une raison qu’il ignorait. Invoquerait-il un peu de décence envers la future mère de son enfant ? A croire. De toute manière, y avait-il vraiment un débat ici ? Carter elle aussi venait d’avouer qu’elle ne souhaitait pas ce mariage. Sans doute avait-elle-même dit cette remarque pour son propre gré, c’est elle après tout qui avait de grandes idées de prince charmant et amour idyllique. Et pourquoi cela était presque vexant, blessant ? Sans doute le stress de la situation. « Tu n’as pas tord, il mérite une famille stable » dit-il, parvenant mal à cacher l’amertume dans sa voix. Une famille stable que Carter et son futur mari lui fourniront. Car c’est comme ça que ça allait se finir non ? « Mais on verra ça plus tard. » continua-t-il. « J’ai pas envie de me prendre la tête avec des procédures juridiques pour le moment, pas toi ? », mais c’était une question rhétorique. Puis Carter demanda s’il pouvait l’a ramener chez elle et Declan ne dissimula même pas le sourire qui s’étira sur ses lèvres à cette requête. C’était aussi clair que si elle l’avait dit cash : elle refusait l’avortement. Declan avait réussis à la convaincre. Ce bébé allait vivre, ça allait vraiment se passer. C’était terrifiant. C’était excitant. Sans doute poussé par ce soulagement euphorique, il saisi son visage entre ses mains et plongea son regard dans le sien. « Merci », et il n’avait jamais été aussi sincère de sa vie. « Tu ne vas pas le regretter » promit-il, avant de passer un bras autour de ses épaules et de la diriger vers la sortie. « Rentrons ».

_________________


you speak of destiny
let's see ✻ where we wake up tomorrow, best laid plans ometimes are just a one night stand. I'll be damned cupid's demanding back it's arrow, so let's get drunk on our tears
Revenir en haut Aller en bas
Carter W. Barrow
Carter W. Barrow
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t4134-deux-bons-cotes-un-cote-nature-et-un-cote-legerement-givre-carter http://www.your-family-tree.net/t5111-don-t-you-forget-about-me-carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o27zz4NXzh1qa1x28o2_250
❝ Métier : A repris son travail au country club en tant que caddie de golf et serveuse. Elle travaille aussi comme illustratrice.
❝ cupidon : Feel le parfait amour avec Declan, leur fils Steve et Truc le chat de son mari ♥
❝ post-it : Accepte entièrement la situation familiale avec laquelle elle a grandi ≈ elle n’a jamais été à l’université, même si elle rêvait de faire de l’animation 2D. Elle a plutôt travaillé pour payer ses études, mais son rêve s’est estompé lorsqu’elle a eu son fils. ≈ Elle n’y connait rien au cinéma, mais regarde tous les Disney ou autres films d’animation sans exception ≈ Elle n’a jamais oublié son premier amour qu’il soit masculin ou féminin ≈ Ayant grandi avec ses deux mères, elle a toujours été ouverte. Pour elle un homme comme une femme peuvent l’attiré, elle est donc bisexuelle, mais pour le plaisir elle se dit trisexuelle ce qui inclus les aliens ≈ Elle croit au paranormal et tout ce qui touche les fantômes, la vie après la mort… ≈ On dit d’elle qu’elle est étrange, mais elle s’assume pleinement ≈ Trilingue, elle parle l’anglais – qui est sa langue maternelle – l’alien et le chat. Faut pas être étonner de la voir piquer la causette à un chat airant, pour elle, elle comprend leur penser ≈ Excessivement maladroite, elle n’arrive pas à faire quelque chose sans tout démolir autour d’elle – comment elle fait pour toujours être en vie ? C’est un mystère qui ne sera sans doute jamais résolu ≈ Mariée à Vegas avec un homme qu’elle a toujours détesté, elle fut la première surprise de s’apercevoir de ses sentiments à son égard ≈ Elle est tombé enceinte de cet homme et leur fils les a énormément rapprochés surtout après qu’il l’ait empêché d’avorter

Steve né le 06/07/2015
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o8d5o1qiTM1refxrro6_r1_500
❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : @vava shiya / @gif tumblr
❝ avatar : Anna Kendrick
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Disponible en tout temps ♥ -jesaispasdirenon-
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'éternel tourmenté qui a trouvé sa douce moitié. GRANT ▬ (g.gustin) le mec maladroit avec les femmes. ALVIN ▬ (m.bomer) le kidnappeur qui s'est fait voler son coeur. JONAS ▬ (r.amell) le zigoto somnambule qui se réveille nu chez ses voisins. DEVON ▬ (k.graham) l'artiste de rue. JAMIE ▬ (d.gillies) celui qui a besoin de Taylor Swift pour avoir un grain de folie. GWEN ▬ (s.johansson) la jeune femme qui aime bien exhibé sa culotte sans le vouloir !

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1389
❝ Messages : 1486
❝ depuis : 12/10/2014
❝ mes sujets : lenaëlledeclanaverycharly
– ✻ – we go together like copy and paste

– ✻ –
we go together like copy and paste

un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Carter W. Barrow un Mer 3 Déc - 8:43
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

Des mots, une ribambelle de mots que j’avais dits sans prendre le temps de les peser. J’ignorais son ressentit vis-à-vis de ceux-ci, mais j’avais été franche. Je ne croyais pas à un amour possible entre nous. Même si parfois, j’avais le sentiment de trahir notre histoire, je n’y croyais tout simplement pas. C’était un sentiment passager, et puis voilà. Sûrement mon changement d’hormone. Je ne connaissais rien de lui et pourtant, j’étais prête à lui donner ma confiance sur un plateau d’argent. Enfin la confiance qu’il allait être un bon père. Pour le reste, je ne savais pas trop quoi en penser, mais avec mes mots je tentais de le convaincre tout comme je tentais de le faire avec moi-même. Ma main sur mon ventre, je me sentais faiblir pour ce petit être. J’étais déjà incertaine en ce qui concernait cet être grandissant en moi, qu’il avait suffit à le voir et l’écouter pour me dire que je voulais le voir grandir plus. Je ne voulais plus rester dans cette chambre, je voulais simplement rentrer chez moi pour me reposer. Après tout, je n’avais pas dormie depuis près de quarante-huit heures. Je lui avais donc demandé de me ramener chez moi, je renonçais à l’avortement et cela semblait lui faire plaisir. Je ne m’attendais néanmoins pas à sa réaction. Surprise de le voir me prendre les joues ainsi, j’ouvrais grand les yeux pour le regarder alors qu’il me disait merci. Je ne l’avais jamais vu ainsi et je sentais en moi un pincement. Un sentiment peu agréable et pourtant le battement de mon cœur qui accélérait essayait de me faire comprendre quelque chose. Un langage que j’avais peine à comprendre. Je le regardais, sentant peu à peu mes joues devenir rouge. Depuis quand Declan semblait si sincère, si attachant, si... Tant de si et pourtant aucune éventualité possible. Tout ce dont j’étais convaincue c’était que je me sentais gênée par ce geste spontané. Je regardais finalement sa main sur mon épaule alors que je marchais vers la porte. L’idée de le repousser traversa mon esprit, mais je ne fis rien. Je ne voulais pas le choquer et qu’est-ce que ce geste aurait eu l’air ? Je n’en savais rien et je le redoutais. Sortant finalement de la pièce, je me dirigeais vers le comptoir essayant de ne pas penser à son bras autour de mes épaules. « Alors vous avez prit votre décision ? », me demandait l’infirmière qui nous avait indiqué la pièce. Je relevais mon regard vers elle. « Oui, je vais finalement le garder. », répondais-je en passant ma main sur mon ventre. Le dire ainsi à voix haute, me semblait étrange. Tel une petite gamine terrifié, mais avant tout gênée, je m’étais blottit contre Declan tout en regardant la femme. « Je suis vraiment désolée pour le dérangement. » C’est vrai j’étais désormais gêner d’avoir créé tout ce cirque, mais la femme ne semblait pas m’en tenir rigueur. « Une chance qu’il est arrivé au bon moment. » À ses mots, je rougissais en un éclair. Fichu hormone qui me faisait réagir étrangement. « Prenez soin l’un de l’autre et bonne chance. » Je la remerciais d’un faible merci, levant mon regard vers Declan je tentais de lui faire comprendre que je voulais partir. C’est ainsi, que je le suivais en silence jusqu’à une voiture. Je ne passais pas de commentaire, mais je ne savais même pas qu’il conduisait. « J’habite au 26 Pitch Street. », disais-je une fois assise côté passager. Tout le long du trajet je n’avais pas dit un seul mot. J’étais perdu dans mes pensées. Trop de chose ce chamboulait, même s’il ne voulait pas parler du divorce pour le moment, celui-ci me hantait. Car je savais que je devais en parler à mes parents et cela conduirait à leur apprendre qu’ils allaient devenir grands-parents par la même occasion. Étais-je prête à mettre toute cette histoire au grand jour ? Non, pas encore. J’avais besoin de temps, tout comme je voulais en parler avec Christian avant de faire le premier pas vers nos mères, mais aussi mon père. Lester allait péter un câble en sachant cela. Pourtant, il n’était pas le mieux placé pour cela, mais il restait mon père et je restais son bébé. Je savais que je pourrai compter sur lui si l’argent manquait, mais j’espérais ne pas avoir à faire cette demande. Je voulais depuis longtemps me débrouiller seule, ça ne changerait pas avec un enfant en route. Tout ce qui pouvait changer c’était la présence de Declan, aujourd’hui à mes côtés, demain au côté d’une autre. Il m’avait laissé croire dans la salle à l’hôpital, que je ne le priverais de rien. J’en doutais pourtant, un enfant ce n’était pas rien. J’étais prête à oublier le sens d’aimer pour mon enfant, être seule si c’était pour son bien, mais lui ? Il n’allait très certainement pas rester là les bras croisés à attendre qu’une femme lui tombe dans les bras, si ? Je n’en savais rien et ça me perturbais. Pourquoi, est-ce que je le voulais autant à mes côtés ? Arrivé devant la porte de mon immeuble, je l’avais regardé replaçant une mèche de mes cheveux. « Merci. » C’était simple, mais je n’avais rien de mieux à dire. J’ouvrais la portière et sortais cherchant dans mon sac mes clés. Je fermais la porte sans espérer plus, relevant le regardant vers mon étage. Christian n’était pas là, bon j’avais envie de me reposer, mais je n’avais surtout pas envie d’être seule. Je poussais un soupire, faisant demi tour je toquais dans la vitre. Une fois ouverte, je lui souriais. « Tu veux monter ? Je peux t’offrir à boire, un thé, café, bière, eau ? En fait, je n’ai pas envie d’être seule chez moi, mais si ça ne te dit pas ce n’est pas grave... euh... », continuais-je tout en me mordant la lèvre inférieur. Je pouvais très bien rester seule, mais je n’en avais tout simplement pas envie. Pas après ce que j’avais voulu faire, j’avais besoin de réconfort et je voulais le sien.


_________________
my son. my first lover.
Les mères n'ont pas de rang, pas de place. Elles naissent en même temps que leurs enfants. I thought never of having a child. A child who was even less to wish. To the son of the months, I have learnt to live with him. I became attached to it. Now, I dream only about a thing to put my look on him to see him smiling finally.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Declan O. Gardner
Declan O. Gardner
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9956-gardner-declan-i-forget-where-we-were http://www.your-family-tree.net/t5087-gardner-declan-here-goes-my-pride
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o6ok3jNAS71qlvvgxo6_r1_250
❝ Métier : serveur & caddie de golf
❝ cupidon : surprise Vegas wedding
❝ post-it : né et élevé à Pasadena + a un grand frère qui réussit un peu trop bien dans la vie + est proche de sa famille + n'aime pas le café + à un chat à qui il parle constamment + aime espionner ses voisins + est un horrible cuisinier + a un diplôme en psychologie qu'il n'a toujours pas mis en application + est un photographe amateur + déteste répondre au téléphone + ne tient pas l'alcool + n'a jamais eu de relations sérieuses + s'est retrouvé marié à Carter à Vegas et l'a mis enceinte + est très confus par cette nouvelle situation et n'arrive pas à savoir ce que Carter représente pour lui, même s'il a conscience de s’attacher dangereusement à elle.
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter 317705anna


❝ crédits : cranberry + tumblr

❝ avatar : sebastian stan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : 1/4 libres
❝ autres comptes : papa jones (rdj), aaron (c.evans), rafael (o.isaac)
❝ Points : 1660
❝ Messages : 735
❝ depuis : 22/09/2014

Un petit plus
MY LIFE TREE:
don't judge me. i was born to be awesome not perfect !

don't judge me. i was born to be awesome not perfect !
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Declan O. Gardner un Sam 10 Jan - 22:14
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

Il fallu quelques pas avant que Declan prenne conscience de ses membres et de leur position. Il se figea presque. Son bras semblait peser une tonne sur l’épaule de Carter et l’enlevait discrètement semblait infaisable. Un sentiment de gêne et d’humiliation le parcourait, remplaçant le soulagement et l’anticipation qui l’avait habité dans la sécurité de la petite pièce. Il grimaça presque en se remémorant ce qu’il avait fait et dit à l’intérieur. Elle devait penser qu’il était complètement lunatique maintenant ! Honnêtement, c’est comme s’il n’avait plus eu le contrôle de lui. Comme si son âme avait pris du recul pour laisser son idiot de visage s’illuminer et ses lèvres s’animer dans une niaiserie qu’il n’aurait même pas accepté d’un soap à la télévision ! Ugh. Oui il était content que Carter garde le bébé, et oui il comptait faire des efforts pour elle et le bébé, mais ce n’était pas une raison pour se comporter comme ça ! Declan n’avait jamais eu autant conscience de ses membres que lorsqu’ils s’approchèrent du comptoir. Il devait avoir l’air sous le choc ou retenant une envie terrible de pisser tellement il était tendu, son regard ne cessant de se refixer sur le visage de Carter pour voir comment elle prenait son geste. Peut-être n’osait-elle juste rien dire de peur de le vexer. Sans doute pas, pensa-t-il alors qu’elle se blottissait contre lui suite à la demande de l’infirmière. Declan ne savait plus où se mettre lorsque sa dernière s’empressa de le peindre comme le héros de l’histoire. L’envie de se dégager de Carter et de préciser qu’ils n’étaient pas un petit couple tout mignon le démangeait, mais son bras était calé contre la nuque de Carter et s’en défaire ne semblait pas valoir la peine. Il rencontra le regard de Carter et il lui fallu quelques secondes pour comprendre le message qui s’y cachait. Oh. Ok. Declan n’avait pas non plus envie de s’attarder ici, sous le regard de l’infirmière et l’ambiance lourde de l’hôpital. C’est en mettant un pied sur le parking que Declan délogea enfin son bras des épaules de Carter, se sentant soudainement froid sans son corps contre le sien. Quelle pensée idiote, se dit-il en ouvrant la voiture. « C’pas ma voiture » se sentit-il obligé de préciser en prenant place devant le volant. Heureusement qu’il n’avait rien abimé dans sa hâte d’arriver à l’hôpital car il n’avait décidemment pas les moyens de payer pour les réparations. Bon il ne fallait pas parler trop vite, il y avait encore le retour. S’il se dépêchait il pouvait peut-être remettre les clés à leur place avant que leur propriétaire ne réalise leur disparition. Il fallait d’abord ramener Carter chez elle et cette dernière ne manqua pas de préciser l’adresse. Declan n’avait pas un sens de l’orientation très développé, mais il connaissait heureusement ce coin là. C’était presque étrange de savoir où elle habitait. Comme si ce détail avait été trop intime pour qu’il le connaisse. Ca avait sans doute été vrai lorsqu’elle n’était qu’une collègue. Maintenant…c’était différent. Allait-il devoir réciproquer ? L’idée de montrer à Carter son appartement minable ne lui disait franchement rien. Le trajet était silencieux et Declan abandonna bien vite l’idée d’essayer de forcer une conversation. Aucun d’eux ne semblait enclin à verbaliser quoique ce soit. Il s’arrêta enfin dans son appartement et hocha la tête devant le remerciement de Carter. Il l’a regarda se diriger vers chez elle. Pourquoi ne pas partir aussitôt, surtout étant donné le statut de voiture volée dans laquelle il était assis ! Puis elle fit demi-tour. Il fallu une à Declan pour se rendre compte de ce fait et il sursauta presque en l’entendant taper sur la vitre, malgré le fait qu’il ne l’avait pas lâché des yeux. Il abaissa la vitre. Oh. Il dû rester là quelques secondes, la bouche à moitié ouverte, à comprendre la chose. Evidemment. Evidemment qu’elle ne voulait pas être seule après cette journée. « Euh…ok » répondit-il bêtement. Il se sentait tellement maladroit en franchissant le porche, comme s’il n’avait aucun droit d’être là. Mais il ne pouvait décemment pas la laisser dans cet état. Elle était vulnérable et refuser son invitation aurait été cruel. Il fallait de toute manière qu’il s’y habitue. C’est ça qu’allait devenir sa vie maintenant. Un chemin qui n’allait pas cesser de s’entrecroiser avec celui de Carter, et entrer dans l’intimité de sa demeure n’était rien comparé au lien qui allait les unir dans les mois à venir.

_________________


you speak of destiny
let's see ✻ where we wake up tomorrow, best laid plans ometimes are just a one night stand. I'll be damned cupid's demanding back it's arrow, so let's get drunk on our tears
Revenir en haut Aller en bas
Carter W. Barrow
Carter W. Barrow
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t4134-deux-bons-cotes-un-cote-nature-et-un-cote-legerement-givre-carter http://www.your-family-tree.net/t5111-don-t-you-forget-about-me-carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o27zz4NXzh1qa1x28o2_250
❝ Métier : A repris son travail au country club en tant que caddie de golf et serveuse. Elle travaille aussi comme illustratrice.
❝ cupidon : Feel le parfait amour avec Declan, leur fils Steve et Truc le chat de son mari ♥
❝ post-it : Accepte entièrement la situation familiale avec laquelle elle a grandi ≈ elle n’a jamais été à l’université, même si elle rêvait de faire de l’animation 2D. Elle a plutôt travaillé pour payer ses études, mais son rêve s’est estompé lorsqu’elle a eu son fils. ≈ Elle n’y connait rien au cinéma, mais regarde tous les Disney ou autres films d’animation sans exception ≈ Elle n’a jamais oublié son premier amour qu’il soit masculin ou féminin ≈ Ayant grandi avec ses deux mères, elle a toujours été ouverte. Pour elle un homme comme une femme peuvent l’attiré, elle est donc bisexuelle, mais pour le plaisir elle se dit trisexuelle ce qui inclus les aliens ≈ Elle croit au paranormal et tout ce qui touche les fantômes, la vie après la mort… ≈ On dit d’elle qu’elle est étrange, mais elle s’assume pleinement ≈ Trilingue, elle parle l’anglais – qui est sa langue maternelle – l’alien et le chat. Faut pas être étonner de la voir piquer la causette à un chat airant, pour elle, elle comprend leur penser ≈ Excessivement maladroite, elle n’arrive pas à faire quelque chose sans tout démolir autour d’elle – comment elle fait pour toujours être en vie ? C’est un mystère qui ne sera sans doute jamais résolu ≈ Mariée à Vegas avec un homme qu’elle a toujours détesté, elle fut la première surprise de s’apercevoir de ses sentiments à son égard ≈ Elle est tombé enceinte de cet homme et leur fils les a énormément rapprochés surtout après qu’il l’ait empêché d’avorter

Steve né le 06/07/2015
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o8d5o1qiTM1refxrro6_r1_500
❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : @vava shiya / @gif tumblr
❝ avatar : Anna Kendrick
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Disponible en tout temps ♥ -jesaispasdirenon-
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'éternel tourmenté qui a trouvé sa douce moitié. GRANT ▬ (g.gustin) le mec maladroit avec les femmes. ALVIN ▬ (m.bomer) le kidnappeur qui s'est fait voler son coeur. JONAS ▬ (r.amell) le zigoto somnambule qui se réveille nu chez ses voisins. DEVON ▬ (k.graham) l'artiste de rue. JAMIE ▬ (d.gillies) celui qui a besoin de Taylor Swift pour avoir un grain de folie. GWEN ▬ (s.johansson) la jeune femme qui aime bien exhibé sa culotte sans le vouloir !

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1389
❝ Messages : 1486
❝ depuis : 12/10/2014
❝ mes sujets : lenaëlledeclanaverycharly
– ✻ – we go together like copy and paste

– ✻ –
we go together like copy and paste

un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Carter W. Barrow un Ven 30 Jan - 22:09
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

Arrivée devant mon appartement, je regardais celui-ci réalisant que j’allais y être seule. Cette solitude ne me plaisait pas, je n’avais pas envie d’être seule. C’est pourquoi je revenais vers lui pour l’inviter à monter. Je ne savais pas ce qu’il allait répondre et je démontrais tout cette nervosité en tiraillant sur mes manches. Je ne m’attendais tout de même pas à ce qu’il dise oui, même s’il n’avait dit qu’un simple euh... ok. Je laissais un sourire parcourir mes lèvres, attendant qu’il sorte de la voiture pour le conduire jusque devant ma porte. Je me sentais un peu intimidé de savoir qu’il allait rentrer chez moi. Après tout on ne savait rien l’un de l’autre et un logement pouvait en dire long. Entrant la clé dans la serrure, je réalisais que je n’avais pas fait le ménage. Je n’avais pas eu le temps et puis je n’avais pas eu la tête à cela surtout. Je pinçais mes lèvres, je regrettais un peu mon invitation. Mais il allait certainement voir pire qu’un simple désordre dans les mois à venir. Je tournais la poignée, ouvrant la porte sur mon petit monde. Cet endroit laissait place à mon imagination et plusieurs de mes dessins décoraient les mus de mon appartement. « Entre. », lui disais-je avec un sourire amical. Je fermais la porte, déposant mon trousseau de clé sur le meuble près de l’entrer, ainsi que mon sac à main. Je me dirigeais aussitôt vers le canapé où plusieurs effets de mon frère traînaient. Je ramassais le tout pour aller le porter dans mon panier de linge sale. « Désolé pour le désordre, je ne pensais pas que j’inviterais quelqu’un. Mais fait comme chez toi. », disais-je en sortant la tête de la buanderie. Prenant une grande respiration, je ressortais. Ça n’avait rien de romantique, ce n’était pas un rendez-vous et pourtant. Intérieurement, je me rappelais de son visage un peu plutôt, alors qu’il courait dans le couloir de l’hôpital. Ce n’était rien et pourtant, je me sentais encore toute retourné de ce moment. Une larme coulait sur ma joue. J’avais passé deux jours couché dans mon lit à me préparer mentalement pour mon avortement. Il n’avait pas eu lieu et remettre les pieds ici, alors que mes seules pensées avaient été sombres ici, me retournait. J’avais beau essayer de sécher mes larmes, elles coulaient sans arrêt. Je n’allais pas me montrer devant lui avec mon mascara qui avait coulé. Je ne voulais pas entendre de remarque sanglante encore moins de sa part. Certes, il avait été gentil à l’hôpital, mais nous n’y étions plus. Je ne savais pas comment il allait réagir. Enfouissant mon visage entre mes mains, je me laissais effondrer sur le sol. Assise, je rabattais mes jambes vers moi. J’avais l’air d’une idiote à chialer dans ma buanderie, tandis que le père de mon enfant se trouvait à côté. Je regardais un instant mon ventre, essayant de voir ce que ça donnerait dans quelques mois avec ce ventre rond. Étais-je prête à devenir mère ? J’ignorais la réponse, je m’étais peut-être un peu trop précipité à lui dire oui. Je poussais un soupire, essuyant mes larmes avec l’aide de mes manches. C’était ridicule de rester là assise sur le sol à pleurer pour quelque chose dont j’ignorais tout. Je me relevais retirant mon hoddy avant d’enfiler un simple débardeur ample et légèrement transparent, enfin assez qu’on voit mon soutif. Je sortais finalement de la pièce. « Tu veux quelque chose à boire ? », lui demandais-je, après tout c’est ce que je lui avais offert à l’extérieur en l’invitant. J’ouvrais une armoire prenant deux verres. « Merci encore. », disais-je dans un murmure.

_________________
my son. my first lover.
Les mères n'ont pas de rang, pas de place. Elles naissent en même temps que leurs enfants. I thought never of having a child. A child who was even less to wish. To the son of the months, I have learnt to live with him. I became attached to it. Now, I dream only about a thing to put my look on him to see him smiling finally.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Declan O. Gardner
Declan O. Gardner
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9956-gardner-declan-i-forget-where-we-were http://www.your-family-tree.net/t5087-gardner-declan-here-goes-my-pride
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Tumblr_o6ok3jNAS71qlvvgxo6_r1_250
❝ Métier : serveur & caddie de golf
❝ cupidon : surprise Vegas wedding
❝ post-it : né et élevé à Pasadena + a un grand frère qui réussit un peu trop bien dans la vie + est proche de sa famille + n'aime pas le café + à un chat à qui il parle constamment + aime espionner ses voisins + est un horrible cuisinier + a un diplôme en psychologie qu'il n'a toujours pas mis en application + est un photographe amateur + déteste répondre au téléphone + ne tient pas l'alcool + n'a jamais eu de relations sérieuses + s'est retrouvé marié à Carter à Vegas et l'a mis enceinte + est très confus par cette nouvelle situation et n'arrive pas à savoir ce que Carter représente pour lui, même s'il a conscience de s’attacher dangereusement à elle.
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter 317705anna


❝ crédits : cranberry + tumblr

❝ avatar : sebastian stan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : 1/4 libres
❝ autres comptes : papa jones (rdj), aaron (c.evans), rafael (o.isaac)
❝ Points : 1660
❝ Messages : 735
❝ depuis : 22/09/2014

Un petit plus
MY LIFE TREE:
don't judge me. i was born to be awesome not perfect !

don't judge me. i was born to be awesome not perfect !
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Declan O. Gardner un Dim 22 Mar - 19:40
Declan & Carter
un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer

C’était qu’un appartement. Un comme tant d’autres puisque Declan doutait que Carter soit une fanatique extrême de la décoration qui allait l’agresser à coût de couleurs criardes et art moderne incompréhensible. Prostré devant la porte à attendre que Carter ne l’ouvre, Declan ressentait tout de même une légère appréhension. Celle qui naît encore curiosité et malaise. En règle générale, personne ne pouvait décemment refuser une invitation à entrer chez quelqu’un pour la première fois. Il régnait en tout à chacun le besoin de découvrir la demeure des autres, ce lieu si particulier ou voter ami comme votre ennemi passe le plus clair de son temps. On se demande toujours ce qui réside derrière une porte fermée et une paire de rideau épais, et Declan n’échappait pas à la règle. Il y avait-il beaucoup de pièce ? Carter était-elle une maniaque du rangement ? Quels livres se trouvaient sur ses étagères ? La cuisine était-elle ouverte sur le salon ? Chaque question qui traversait l’esprit de Declan se voulait plus stupide que la précédente, mais cela n’en enlevait tout de même pas l’attrait. Malgré ce que Carter et lui avaient vécus ces dernières semaines, ils ne pouvaient pas prétendre se connaître. Entrer dans l’appartement de Carter était déjà un pas dans cette direction. La jeune femme l’invita à entrer, et s’il était venu jusqu’au porche ce n’était certainement pas pour faire demi-tour. Aussitôt son regard balaya chaque recoin visible, des bibelots à l’agencement général de la pièce. Carter s’affaira aussitôt, rassemblant des vêtements égarés et s’excusant pour le désordre. Declan ne pu s’empêcher de remarquer que ce qu’elle fourrait dans ses bras appartenait clairement à un homme. S’il s’agissait des fringues de son petit ami secret, elle n’avait pas besoin de les enlever, mais Declan s’empêcha de faire cette remarque à voix haute, sachant très bien qu’il n’arriverait pas à la délivrer d’un ton neutre. Il ne savait pas pourquoi ça l’agaçait alors il préféra balayer sa remarque d’un geste de la main. « Ne te déranges pas » dit-il, faisant quelques pas dans la pièce. Le désordre ne le dérangeais pas le moins du monde. Si Carter voyait son appart, elle comprendrait ! Ce qui amena Declan à se demander s’il allait devoir rendre la pareille dans le futur. Montrer son appart minable à Carter ? Il n’y voyait pas vraiment l’intérêt. Il n’a rien à cacher, mais rien à montrer non plus. Ce n’est pas comme si le bébé allait vivre avec lui de toute manière, donc il allait se passer volontiers de l’inspection générale et du jugement qui pouvait en résulter. Cette ligne de réflexion l’amena inévitablement à repenser à toute cette situation et au drame qu’ils avaient évité il y a quelques minutes de cela. Animé par la panique et l’adrénaline, Declan s’était senti étrangement éloquent et déterminé à la clinique, qualités qui faisaient rarement surface chez lui. La pression était brutalement retombée en revanche, et Declan se sentait plus maladroit qu’autre chose, à tourner en rond dans le salon de Carter pendant qu’elle faisait Dieu sait quoi ! Elle revint finalement après quelques minutes dans la pièce, et la remarque naissante sur les lèvres de Declan s’évapora. Si elle avait quitté la pièce dans un hoody dissimulant toute forme, elle était revenue dans quelque chose d’à peine décent pour la compagnie étrangère qu’était Declan et ce-dernier s’efforça de dégager son regard de la poitrine de Carter pour répondre à sa question. «
Oui je veux bien, merci
» répondit-il, soulagé d’avoir bientôt quelque chose pour occuper ses mains et son attention. Il manqua presque la phrase de Carter, et ne su que faire de sa personne lorsqu’il intégra la portée du remerciement. C’était presque facile de jouer le prince charmant au secours de la princesse quand on fonce tête baissée, mais maintenant dans l’intimité de chez Carter, il préférait s’enfoncer une fourchette dans la main que d’avoir cette conversation. «
C’est rien
» souffla-t-il, une main glissant dans sa nuque pour masquer son embarras. « Tu l’aurais regretté » ajouta-t-il dans une arrière pensée quelques secondes plus tard. Declan n’en avait aucune idée. Il avait beau avoir un diplôme en psychologie, il ne pouvait prétendre comprendre la relation compliquée entre une mère et l’enfant qu’elle porte en elle. Mais si elle l’avait vraiment voulu, ce n’est pas l’avis et la vague promesse d’un collègue désagréable qui lui aurait fait changer d’avis. Et en même temps ça remarque lui donnait envie de percuter le mur. Pour qui se prenait-il, un donneur de leçon ? Comme s’il savait mieux que Carter ce qui était bien pour elle ? Bon dieu qu’il était fatigué. Et dire qu’il fallait qu’il rendre la voiture avant de pouvoir rentrer chez lui et s’étouffer dans ses draps.


_________________


you speak of destiny
let's see ✻ where we wake up tomorrow, best laid plans ometimes are just a one night stand. I'll be damned cupid's demanding back it's arrow, so let's get drunk on our tears
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !


un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter Empty
mot doux de Contenu sponsorisé ► un
Revenir en haut Aller en bas
 

un droit de vie ou de mort, tout cela pour le simple fait d'aimer ◮ Decter


→ YOUR FAMILY TREE :: la naissance et les actes et vous avez une famille :: Il faut marcher pour grandir :: En la mémoire du passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-