stranger's like you + alvin & leilah
l'avatar des scénarios ou membres des familles
sont totalement discutables pour autant qu'ils ne soient pas dans le bottin !
Venez car plus on est de fous et plus on rit, non ?
Chocolat et guimauves en cadeaux !
bonjour les YFTiens
et pleins de calins pour vous ainsi que tout notre amour !

Partagez
 

stranger's like you + alvin & leilah


→ YOUR FAMILY TREE :: la naissance et les actes et vous avez une famille :: Il faut marcher pour grandir :: En la mémoire du passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
stranger's like you + alvin & leilah Empty
mot doux de Invité ► un Jeu 5 Mar - 10:28
stranger's like you
Leilah Jones & Alvin Prescott

Leilah se réveilla se matin en sursaut. Un autre cauchemar, encore et toujours ce même cauchemar. Elle porte sa fille dans ses bras, elle lui sourit. Puis elle l'a pose délicatement dans son petit berceau, elle cligne des yeux et plus de bébé. Disparu. Cette petite fille sans prénom. Elle ouvrit les yeux, encore abasourdi par ce cauchemar. Le corps transpirant, elle fila directement sous la douche, il paraît que cela aide à remettre les idées en place. Elle jeta un bref coup d'oeil à son radio réveil qui affichait seulement quatre heures du matin. Elle poussa un long soupire avant d'attraper son peignoir pour se rendre dans sa salle de bain. Dehors la nuit était encore bien présente et la rue calme. Elle se plongea sous une douche bouillante espérant oublier ses images, mais en vain. Une fois sortie de la douche, elle se vêtue très simplement d'un leggins et d'un tee-shirt. Elle n'avait aucunement l'envie de manger quelque chose, comme à chaque fois, ce maudit rêve lui donnait la nausée. Elle a déjà parlé de se rêve à Jane qui, à chaque fois, lui conseille d'aller un psychologue, comme on dit, une douleur partagée et une douleur moins lourde à porter. Mais Leilah n'en a jamais eu le courage et trouve toujours l'excuse de son travail pour fuir cette idée et se donner une bonne excuse. A d'autre ! Elle profita de se temps ''libre'' pour faire du ménage, elle astiqua sa salle de bain de fond en comble, son casque sur les oreilles. Une heure plus tard, elle se rendit compte que sa salle de bain n'avait jamais autant brillé, et pourtant dieu sait que Leilah est une maniaque du ménage. Elle jetta un petit regard sur la pendule du salon et vit affiché sur l'horloge, six heure du matin seulement. Elle profita de ce temps pour prendre le temps de se sécher les cheveux et de prendre le temps de s'occuper d'elle avant de s 'habiller. Elle enfila ensuite un chemisier blanc et jupe taille haute noir qu'elle associa à des escarpins noirs. A sept heure du matin l'air étant encore frais, elle attrapa son trench coat burberry pour aller prendre son petit déjeuner à l'extérieur avant de se rendre au travail.

Elle arrêta sa voiture sur un petit parking, non loin du page and coffee, un petit café calme et familiale dans lequel on pouvait démarrer sa journée en toute sérénité. Elle entra et vit déjà quelque personne assise autour d'une boisson chaude, un livre dans la main. Elle s'avanca vers le comptoir et commanda un thé ainsi qu'un croissant. A bas le régime, après une bonne heure de ménage, il lui fallait bien un peu de calories. En attendant de recevoir sa commande, la jeune femme balaya la petite salle du regard. Elle reconnu une silhouette assise seul sur une petite table retirée. Alvin Prescott. Sa mémoire visuelle ne lui jouait jamais de tour. Une fois que le serveur lui donna sa commande, Leilah se rendit vers Alvin. « Salut Leilah, je suis content de te voir, tu m'as manqué durant tout ce temps ! Tu es toujours aussi radieuse dis moi ! » Son petit ironique n'était sans pour lui rappeler qu'il n'était jamais plus d'un mois sans donner aucune nouvelle. A la mort de Katrina, Leilah avait promis à Alvin d'être là en cas de besoin, de jour comme de nuit, mais il fallait croire, qu'il avait préférer faire son deuil seul de son côté.

Emi Burton


Dernière édition par Leilah S. Jones le Jeu 12 Mar - 10:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alvin R. Prescott
Alvin R. Prescott
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t5676-alvin-i-ve-loved-you-all-aloned http://www.your-family-tree.net/t9457-prescott-alvin-la-tragedie-de-la-mort-est-en-ceci-qu-elle-transforme-la-vie-en-destin
stranger's like you + alvin & leilah Tumblr_nx5yr7bp2e1rqmy9yo5_250
❝ Métier : Ancien agent du FBI, qui fut un temps bodyguard, maintenant sans emploi
❝ cupidon : Veuf et même si parfois ses pensés vont à sa défunte femme, son coeur est prit par Melody
❝ post-it : Lieu de naissance, New Jersey → Né d'un père alcoolique et d'une mère battue, je connus la violence physique très jeune. → À six mois, j'ai fuis avec ma mère le New Jersey pour ma propre protection. → Je n'ai jamais vécu bien longtemps dans une ville. → À 5 ans, ma mère se fit assassiner par mon père qui nous avait retrouvé. Je suis retourné vivre chez ma tante. → Je suis fils unique, mais ma tante a adoptée une petite fille lorsque j'avais dix ans, Liv. → Je n'ai jamais revu mon père depuis qu'il a tué ma mère, je suppose qu'il s'est fait arrêter. → Je suis tombé amoureux d'une infirmière urgentiste et deux ans plus tard nous étions marié. → Après notre mariage on a déménagé à Pasadena. → Même si j'étais un bourreau de travail, j'ai toujours sut rester fidèle. → Après six années de mariage, elle a été assassiné par mon coéquipier. → J'ignorais et j'ignore toujours qu'elle avait une liaison avec celui-ci. → Je ne suis pas très habile avec les enfants. → J'ai découvert que mon coéquipier était un flic véreux et faisait affaire avec la mafia. → On me soupçonne d'avoir assassiné ma femme. → Le FBI m'a suspendu jusqu'à preuve du contraire. → Je suis donc rendu un flic ripou, alors que je n'y suis pour rien. → Je vais tenter de blanchir ma réputation ! → J'ai kidnappé la copine de mon coéquipier pour trouver une façon de faire éclater au grand jour la vérité. Seulement, ce n'est pas si facile que ça...
stranger's like you + alvin & leilah Tumblr_nvzucqEEHR1qcis4mo1_250
❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : angel180886 @vava / tumblr @gif / strawberry insane @sign
❝ avatar : Matthew Bomer
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : 1 à 2 rp encore
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'ambulancier qui veut aider son prochain, mais ne s'aide pas lui-même. GRANT ▬ (g.gustin) L'homme à la tête d'adolescent pré-pubère. CARTER ▬ (a.kendrick) la maman qui ne s'est pas quoi penser du père de son enfant. JONAS ▬ (r.amell) le pro du spacecake, wesh ! DEVON ▬ (k.graham) la métisse qui retrouve son passé abandonné. JAMIE ▬ (d.gillies) l'homme qui ne comprend pas le sens du mot amour et encore moins de celui de la fidélité. GWEN ▬ (s.johansson) celle qui raffole de la nourriture américaine et vendrait son âme pour un hot-dog !

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1324
❝ Messages : 1428
❝ depuis : 23/02/2015
❝ mes sujets : melodycommémoration
love it's some shitbut it's the life

love it's some shit
but it's the life

stranger's like you + alvin & leilah Empty
mot doux de Alvin R. Prescott un Mar 10 Mar - 9:51
leilah & alvin

stranger's like you
Ma vie était depuis un moment partie de vrille et c’était peu de le dire. Je ne savais plus où donner de la tête, la découverte que Katherina m’avait trompée avec mon coéquipier avait littéralement bouleversé encore plus les choses. J’avais abandonné Melody, je me cachais chez une jeune fille avait l’amabilité de m’héberger. Je n’avais pas à me plaindre, mais dormir sur le sol commençait à être pesant. Je devais me trouver une meilleure cachette, mais je ne savais pas où. Je me laissais le temps pour y réfléchir chamboulant encore plus mes plans avec cette fête foraine qui m’avait encore plus amoché. Et c’était le cas de le dire. Toutefois, ce matin j’étais parti bien avant que Cordélia ne se réveille. J’avais besoin d’être seul de réfléchir, de penser à la suite. J’avais fait mes adieux à Melody et pourtant, je continuais à penser à elle perpétuellement. Je ne connaissais pas cette fille, un mois ce n’est rien… J’étais hélas tourmenté par mes sentiments. Je venais de perdre Katherina, c’était trop tôt ? Lui pardonnais-je déjà son infidélité ? Je n’en savais trop rien, encore-là je me sentais perdu et sans réponse. Je m’étais donc promené dans Pasadena, accompagnant la ville dans son éveille. L’heure d’été commençait à approcher tout comme le printemps qui démontrait une certaine hausse de température, bien que l’on était encore au début de mars. La ville me semblait un peu trop paisible et pourtant c’était le cas. Seulement, ma vie allait tellement à 100 miles à l’heure que cette adrénaline me faisait complètement oublier le reste de la planète. Vers 6h50, je m’arrêtais devant la porte de page & coffee. Les portes étaient ouvertes depuis quelques minutes et j’entrais en me dirigeant pour passer une commande basique. Un très grand café noir, sans sucre ni lait, ainsi qu’un breakfast sandwich dans un muffin anglais. Je n’avais pas mangé ce type de plat depuis un moment, je n’en raffolais pas particulièrement, mais pour combler un estomac vide, c’était mieux que le vent. Je prenais un livre au hasard, puisque de toute manière je n’avais pas vraiment l’intention de lire. Et avec mon café d’une main, le sandwich de l’autre et le livre sous le bras, j’allais m’asseoir dans un coin libre. Le silence ne me gênait pas, bien que le bruit ne tarde pas à venir plus les minutes s’écoulaient. Assis dans un fauteuil dirait-on confortable, j’ouvrais le livre de George Orwell. Les conséquences d'un acte sont incluses dans l'acte lui-même, avait-il dit. Sans vouloir l’admettre, je ne pouvais que lui accorder raison. Mes actes commençaient sérieusement à me faire douter. Tout en pensant à ces évènements, je me frottais les lèvres d’un air soucieux. Ma barbe n’était pas fait depuis quelques jours, chose qui démontrait mon laisser aller. Je n’aimais pas cette apparence d’homme non soigné. J’avais toujours préféré la barbe taillée de près, les cheveux lissés et des habits trois pièces. Aujourd’hui, je n’avais rien de tout cela. Je portais une paire de jeans, une chemise quelque peu fripé et sans compter mes cheveux même pas peigné. Je n’avais pas non plus mon borsalino, mais au point où j’en étais, je devenais plus discret sans. Je ne réussissais pas à cacher ma surprise en entendant une voix près de moi. Trop près. Sortant de ma torpeur, je tournais mon regard bleuté vers celle qui c’était sans nul doute adresser à moi. Cette chevelure rousse, ce sourire captivant et cette élégance. Je reconnu aussitôt Leilah, ses paroles m’avaient fait sourire effaçant cet air renfrogné de mon visage. Je me levais donc pour lui faire la bise. « Bonjour Leilah, désolé de ne pas t’avoir téléphoné… Disons qu’en ce moment ma vie est un véritable roman. » Je prenais une pause, oui ma vie était bel et bien un roman, cependant j’en ignorais le prochain chapitre. « Tu sais, tu es toujours radieuse. Allez, je t’en prie joins-toi à moi. », continuais-je en lui présentant le fauteuil en face du mien. Je connaissais approximativement son ressentit vis-à-vis de toute cette histoire. Ou du moins, ce qu’elle en connaissait. C’était après tout une personne qui avait partagé des moments dans ma vie. Une amie chère à mes yeux, mais comme avec beaucoup d’autre, je n’avais pas donné signe de vie. Je n’avais même pas essayé d’entrer en communication avec eux, seul Robin en savait un peu plus. En agissant ainsi, j’essayais surtout de les protéger. Peut-être que j’agissais mal, mais comment protéger des personnes quand votre vie est en danger ? Mon visage le démontrait bien par l’ecchymose à la mâchoire et la coupure à la joue. Néanmoins, je ne voyais pas l’utilité de préciser leur provenance. Une question qui n’allait sûrement pas tarder à venir. « Comment vas-tu ? » C’était banal, mais là encore j’appréhendais cette question et tout ce qui pouvait conduire à un seul et unique sujet : Katherina et son décès.

_________________

To love at all is to be vulnerable. Love anything and your heart will be wrung and possibly broken. If you want to make sure of keeping it intact you must give it to no one, not even an animal. Wrap it carefully round with hobbies and little luxuries; avoid all entanglements. Lock it up safe in the casket or coffin of your selfishness. But in that casket, safe, dark, motionless, airless, it will change. It will not be broken; it will become unbreakable, impenetrable, irredeemable. To love is to be vulnerable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
stranger's like you + alvin & leilah Empty
mot doux de Invité ► un Jeu 12 Mar - 10:37
stranger's like you
Leilah Jones & Alvin Prescott

Après la mort de Katrina, son accusation...etc.. Leilah se doutait bien que son ami n'a pas du avoir des jours facile. En tant qu'amie, Leilah l'a toujours cru innocent, il l'aimait tellement, elle se souvient des regards amoureux qu'il lançait à son épouse. Leilah donnerait n'importe quoi pour qu'un jour un homme l'a regarde de la même manière. Malgrés tout, on ne sait pas jamais vraiment tout ce qu'il se passe dans un couple quand on est une personne extérieur. Pendant longtemps, Leilah a envié leur bonheur, il faut dire qu'en amour, elle n'a jamais été très chanceuse, ou du moins, elle ne s'est jamais laissé de chance avec un homme. Exigeante ? Oui un peu trop sûrement, mais peut être aussi parce qu'elle est très exigeante avec elle -même. Et puis, tout le monde n'apprécie pas forcement sa spontanéité légendaire. Avec Alvin, cela n'avait jamais posé de soucis, il faut dire qu'il peut aussi avoir de la répartie. « Je le sais déjà, mais merci du compliment » L'avantage avec Leilah, c'est qu'une conversation est rarement ennuyeuse et puis après plus d'un mois sans avoir vu son ami, il fallait qu'elle s'amuse un peu pour rattraper ce temps perdu. Mais comme toute plaisanterie, on dit que les meilleurs sont les plus courtes et on ne peut pas rire de tout. Remarquez tout de même que Leilah place toujours son petit air d'ironie au moment opportun, il faut me dire que cela sort de sa bouche avec un naturel incomparable. Leilah tira la chaise se trouvant juste devant elle, pour s'asseoir face à son ami. Elle posa aussitôt sa tasse de thé qui commençait sérieusement à lui brûler la main. Elle en bu aussitôt une gorgée et en profita de quelques secondes de silence pour croquer dans sa viennoiserie, son ventre commençait à crier horriblement famine. Puis Alvin lui demanda comment elle allait. Aujourd'hui, cette question n'était pas forcement la meilleure à poser à Leilah, sinon, elle serait encore chez elle, venait juste de se réveiller après une bonne nuit de sommeil. Mais non, encore ce cauchemar et personne pour l'entendre, et puis Leilah n'a jamais voulu embêter quelqu'un avec son passé, il est déjà assez douloureux pour elle, pas la peine de mettre une autre personne dans la confidence et l'embarra, tout le monde connaissait son père ici, et malgré tout, elle ne veut pas non plus ternir l'image que chacun avec du père Jones. « Bien bien, je me suis réveillée un peu tôt ce matin alors au lieu de regarder mon chat pendant une heure, je suis venue déjeuner ici et...là tu es ici aussi ! ». En venant ici, Leilah voulait surtout être dans un lieu neutre avec quelques personnes à observer pendant une petite heure, histoire d'avoir autre chose en tête. Finalement, se retrouver ici avec Alvin est plutôt une bonne chose, voire un ami, ça change les idées, quoi qu’ici, c'est surtout lui que devait avoir besoin d'être entouré. Le mois que Alvin avait laissé passé sans donner de nouvelles donnait, à Leilah, l'impression qu'il n'avait pas envie d'être tellement entouré, ou du moins, de parler de ça. « Tu es passé de l'autre côté pendant ce mois ?...Jolie maquillage ! » Leilah sourit en désignant le jolie hématome qu'Alvin portait sur son visage autrefois si soignée.

Emi Burton



PS : tu ne fera pas attention au premier poste qui est légèrement modifié...au lieu de citer le modèle dans une réponse, j'ai édité le poste avec la nouvelle réponse... Crying or Very sad stranger's like you + alvin & leilah 3885577338 stranger's like you + alvin & leilah 671512599
Revenir en haut Aller en bas
Alvin R. Prescott
Alvin R. Prescott
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t5676-alvin-i-ve-loved-you-all-aloned http://www.your-family-tree.net/t9457-prescott-alvin-la-tragedie-de-la-mort-est-en-ceci-qu-elle-transforme-la-vie-en-destin
stranger's like you + alvin & leilah Tumblr_nx5yr7bp2e1rqmy9yo5_250
❝ Métier : Ancien agent du FBI, qui fut un temps bodyguard, maintenant sans emploi
❝ cupidon : Veuf et même si parfois ses pensés vont à sa défunte femme, son coeur est prit par Melody
❝ post-it : Lieu de naissance, New Jersey → Né d'un père alcoolique et d'une mère battue, je connus la violence physique très jeune. → À six mois, j'ai fuis avec ma mère le New Jersey pour ma propre protection. → Je n'ai jamais vécu bien longtemps dans une ville. → À 5 ans, ma mère se fit assassiner par mon père qui nous avait retrouvé. Je suis retourné vivre chez ma tante. → Je suis fils unique, mais ma tante a adoptée une petite fille lorsque j'avais dix ans, Liv. → Je n'ai jamais revu mon père depuis qu'il a tué ma mère, je suppose qu'il s'est fait arrêter. → Je suis tombé amoureux d'une infirmière urgentiste et deux ans plus tard nous étions marié. → Après notre mariage on a déménagé à Pasadena. → Même si j'étais un bourreau de travail, j'ai toujours sut rester fidèle. → Après six années de mariage, elle a été assassiné par mon coéquipier. → J'ignorais et j'ignore toujours qu'elle avait une liaison avec celui-ci. → Je ne suis pas très habile avec les enfants. → J'ai découvert que mon coéquipier était un flic véreux et faisait affaire avec la mafia. → On me soupçonne d'avoir assassiné ma femme. → Le FBI m'a suspendu jusqu'à preuve du contraire. → Je suis donc rendu un flic ripou, alors que je n'y suis pour rien. → Je vais tenter de blanchir ma réputation ! → J'ai kidnappé la copine de mon coéquipier pour trouver une façon de faire éclater au grand jour la vérité. Seulement, ce n'est pas si facile que ça...
stranger's like you + alvin & leilah Tumblr_nvzucqEEHR1qcis4mo1_250
❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : angel180886 @vava / tumblr @gif / strawberry insane @sign
❝ avatar : Matthew Bomer
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : 1 à 2 rp encore
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'ambulancier qui veut aider son prochain, mais ne s'aide pas lui-même. GRANT ▬ (g.gustin) L'homme à la tête d'adolescent pré-pubère. CARTER ▬ (a.kendrick) la maman qui ne s'est pas quoi penser du père de son enfant. JONAS ▬ (r.amell) le pro du spacecake, wesh ! DEVON ▬ (k.graham) la métisse qui retrouve son passé abandonné. JAMIE ▬ (d.gillies) l'homme qui ne comprend pas le sens du mot amour et encore moins de celui de la fidélité. GWEN ▬ (s.johansson) celle qui raffole de la nourriture américaine et vendrait son âme pour un hot-dog !

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1324
❝ Messages : 1428
❝ depuis : 23/02/2015
❝ mes sujets : melodycommémoration
love it's some shitbut it's the life

love it's some shit
but it's the life

stranger's like you + alvin & leilah Empty
mot doux de Alvin R. Prescott un Jeu 19 Mar - 20:48
leilah & alvin

stranger's like you
Ces derniers jours avaient été terribles et j’en ressentais encore les dégâts. Des courbatures comme des dommages plus psychiques. Je n’avais pourtant pas levé le drapeau blanc face à tout ce qui se trouvait sur ma route. Je devais simplement prendre du recul, réfléchir et analyser la situation. Seulement, je ne savais plus où donner de la tête. J’étais en train de penser à cette idée de quitter l’appartement de Cordélia, je devais m’en aller avant que les ennuis arrive jusqu’à elle. Je ne savais pas à quel point Edward pouvait être cruel, mais il était certain que je devais me méfier de lui. Enfin, cette idée se construisait lorsque Leilah fit son apparition. Je ne m’attendais pas à la voir ici, ni même à voir quelqu’un que je connaissais. Bien que Pasadena soit une grande ville, les gens ont souvent le don d’apparaître dans un moment peu opportun. Pourtant, j’étais heureux de la voir là devant moi. Cette familiarité me faisait oublier pendant un instant ces soucis qui pimentaient ma vie. Je la regardais prendre place devant moi, passant ma main dans mes cheveux que j’avais laissé gagner. Mes doigts démêlèrent quelques nœuds, mais rien de bien flagrant où j’aurais pu grimacer vu leur teneur. Je ne parlais pas, préférant rester en silence, un silence que je finissais tout de même par rompre. Je lui posais cette question si commune, si monotone puisqu’on l’a tellement entendu et réentendu. Néanmoins, je ne me voyais pas lui parler du dernier Iron man… Un film que j’avais vu un soir où j’étais seul avec Katherina. Je relevais mon regard vers elle. « Oui… Je suis là aussi. » Ma voix avait manqué de chaleur, toutefois ce n’était pas mon intention. Ces mots étaient simplement sortis de ma bouche alors que mon regard c’était perdu dans mon verre de café en carton. Je regardais le fumet danser avec l’air, je n’en avais pas pris une goutte. Je ne savais même pas si j’allais le boire ou simplement le jeter tel un consommateur des temps moderne. Je n’avais pas non plus prit une seule bouchée de mon breakfast sandwich, je n’avais pas envie de ressentir ce goût de levure dans ma bouche ou bien cet œuf industriel. Mais je savais que je devais manger, nourrir mon estomac n’était pas vraiment une option. Je laissais mes coudes sur mes genoux, prenant mon menton rugueux entre mes mains. « Disons surtout que je tentes de rester en vie. » J’avais parlé sans peser mes mots. Étais-ce une bonne chose de lui dire cela. Allais-je l’inquiéter ? Peut-être, mais mon cerveau ne réfléchissait plus, je n’avais pas un seul moment à moi. Je vivais presque dans la clandestinité. Il m’arrivait de piraté des comptes en banque depuis que Melody n’était plus avec moi. J’avais besoin d’argent pour vivre et je ne pouvais faire autrement. J’étais pitoyable, mais c’était Edward qui m’avait conduit à devenir ainsi. Je le savais à mes trousses et j’essayais du mieux que je pouvais de disparaître. C’était fini le temps des singeries, si je voulais vivre encore demain, je me devais de faire profil bas. Je poussais un soupire, réalisant finalement ce que je venais de dire. Je me redressais, prenant une logue respiration. Ma main caressait ma joue meurtrie. « Ce n’est pas ce que je voulais dire… » J’étais désemparé, je ne savais plus quoi dire. J’avais tout de l’animal sans défense. Je commençais à en avoir marre de cette vie de cavale. C’était complètement surnaturel ! On ne voyait cela que dans les romans policiers et cet homme devant Leilah, moi, vivait une véritable aventure. Certain payerait cher pour avoir un peu d’aventure, moi je donnerais tout pour retrouver ma maison, ma femme et de la quiétude. Beaucoup de quiétude. Je devenais de plus en plus parano. D’ailleurs, du coin de l’œil je regardais cet homme à la table d’à côté. Son aérosol d’asthme qui trait dans sa poche ou tout du moins cette chose qui ressemblait à une pompe, ce rouge à lèvre apposé bien trop proprement sur le col de sa chemise et ce churros qu’il portait à sa bouche pour le manger goulument. Le simple fait de le regarder me rendait sceptique, il ne me semblait pas être là par hasard. Un sbire d’Edward, je ne savais pas trop. Si ça avait été le cas, il m’aurait sauté à la gorge en moins de deux. Mais la tête de cet homme ne me revenait pas. J’avais déjà vu ce long nez retrousser, ces épaules basses et cette fossette au menton. Je n’arrivais pas à le replacer. « Alors dit moi, comme on ne s’est pas vu depuis un moment, il doit bien être arrivé quelque chose ? Tu as rencontré quelqu’un ? » Je tentais de détourner la conversation, bien qu’il n’était pas facile de faire abstraction de celle-ci alors qu’il suffisait de voir ma tête pour ramener au sujet. J’essayais aussi un sourire, mais l’hématome à ma mâchoire élançait une douleur vive aussitôt que je gardais cette expression trop longtemps. Moi qui avait le sourire si facile… C’était pour ainsi dire plus le cas depuis quelques jours.

_________________

To love at all is to be vulnerable. Love anything and your heart will be wrung and possibly broken. If you want to make sure of keeping it intact you must give it to no one, not even an animal. Wrap it carefully round with hobbies and little luxuries; avoid all entanglements. Lock it up safe in the casket or coffin of your selfishness. But in that casket, safe, dark, motionless, airless, it will change. It will not be broken; it will become unbreakable, impenetrable, irredeemable. To love is to be vulnerable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
stranger's like you + alvin & leilah Empty
mot doux de Invité ► un Lun 23 Mar - 19:38
stranger's like you
Leilah Jones & Alvin Prescott

Leilah fut tout de même surprise de trouver son ami ici. Pasadena n'est finalement pas si grand que cela, où alors c'est simplement les habitants qui ont les mêmes fréquentation. La jeune femme se rendait bien compte que le Alvin qu'elle connaissait si bien et appréciait énormément n'était plus le même. Qui resterait le même après une telle épreuve ? L'assassinat de son épouse, apprendre à même temps que cette même personne nous a trompé et pour couronner le tout, se faire accuser du meurtre ! Si Leilah avait pu, elle aurait pris la défense d'Alvin, mais tous le monde sait qu'il ne vaut mieux pas être de la partie lorsqu'un procès touche à quelqu'un de proche, il y en a toujours un qui finira par y laisser des plumes. Le mieux que la rouquine puisse faire c'est d'être simplement là, être simplement Leilah, son amie. Son impression ne fut que confirmé lorsqu'Alvin lui répondit qu'il tentait de survivre. Leilah ne su pas quoi répondre sur le moment, il avait le droit d'être triste, d'en vouloir à la terre entière, ou encore, de n'avoir goût à rien, comment lui reprocher. « Tu sais que je suis là si tu as besoin... » C'est certainement la meilleure chose que Leilah pouvait lui dire, sortir une de ses petites répliques n'arrangerait rien dans le présent. Lui offrir, ou plutôt simplement lui proposer son aide, c'est le moins qu'elle puisse faire pour lui montrer qu'il n'est pas obliger de rester seul dans de tel moment.  « Je comprend, t'inquiète pas, t'as le droit de ne rien dire, mais je peux aussi écouter, je peux être très sérieuse et attentive tu sais ! » Voyant son ami dans la détresse, elle aimerait tellement pouvoir l'aider, lui rendre son sourire et sa joie de vivre, mais comment ? Et puis, rien ne sert de lui forcer la main, au risque d'entacher leur relation. Dans de tel moment, mieux ne rien dire que dire une bêtise. Un ami à l'écoute vaut parfois mieux qu'un ami à écouter. Puis Alvin changea brusquement le sujet de conversation, à trop ressasser les problèmes...Malgré tout, Leilah aurait préféré que la conversation se détourne sur les croissants servie dans ce salon de thé ! « Quelqu'un ? C'est à dire, tu sais je rencontre chaque jour des tas de personnes, comme ce serveur pas très mignon, ni aimable d'ailleurs ! » Ce fut un moyen pour la jeune femme d'éviter le sujet, mais connaissant Alvin, il n'hésitera pas à la harceler sur le sujet, pour l'embêter d'une part, mais aussi pour s'éviter à lui même de devoir de ses propres problèmes. Beaucoup de personnes utilisent ce mécanisme, l'esprit se protège en allant chercher ailleurs. La magie du corps humain et de la psychologie. « Non plus sérieusement, avant que tu me harcèles, il y a bien un homme, mais, comment dire, ce ne serait pas une bonne idée au niveau professionnel ! » Ce qui est vrai ! Tomber amoureuse d'un avocat, qui se trouve être son patron depuis des années, ce n'est pas très judicieux. Surtout lorsqu'elle se retrouve plaidoyer avec lui et son regard mystérieux chaque semaine ! Mais malgré cette perspective, Leilah n'arrive à le sortir de son esprit, rien n'y fait ! Même son caractère arrogant et son ego surdimensionné ont réussi à l'a charmer !

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Alvin R. Prescott
Alvin R. Prescott
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t5676-alvin-i-ve-loved-you-all-aloned http://www.your-family-tree.net/t9457-prescott-alvin-la-tragedie-de-la-mort-est-en-ceci-qu-elle-transforme-la-vie-en-destin
stranger's like you + alvin & leilah Tumblr_nx5yr7bp2e1rqmy9yo5_250
❝ Métier : Ancien agent du FBI, qui fut un temps bodyguard, maintenant sans emploi
❝ cupidon : Veuf et même si parfois ses pensés vont à sa défunte femme, son coeur est prit par Melody
❝ post-it : Lieu de naissance, New Jersey → Né d'un père alcoolique et d'une mère battue, je connus la violence physique très jeune. → À six mois, j'ai fuis avec ma mère le New Jersey pour ma propre protection. → Je n'ai jamais vécu bien longtemps dans une ville. → À 5 ans, ma mère se fit assassiner par mon père qui nous avait retrouvé. Je suis retourné vivre chez ma tante. → Je suis fils unique, mais ma tante a adoptée une petite fille lorsque j'avais dix ans, Liv. → Je n'ai jamais revu mon père depuis qu'il a tué ma mère, je suppose qu'il s'est fait arrêter. → Je suis tombé amoureux d'une infirmière urgentiste et deux ans plus tard nous étions marié. → Après notre mariage on a déménagé à Pasadena. → Même si j'étais un bourreau de travail, j'ai toujours sut rester fidèle. → Après six années de mariage, elle a été assassiné par mon coéquipier. → J'ignorais et j'ignore toujours qu'elle avait une liaison avec celui-ci. → Je ne suis pas très habile avec les enfants. → J'ai découvert que mon coéquipier était un flic véreux et faisait affaire avec la mafia. → On me soupçonne d'avoir assassiné ma femme. → Le FBI m'a suspendu jusqu'à preuve du contraire. → Je suis donc rendu un flic ripou, alors que je n'y suis pour rien. → Je vais tenter de blanchir ma réputation ! → J'ai kidnappé la copine de mon coéquipier pour trouver une façon de faire éclater au grand jour la vérité. Seulement, ce n'est pas si facile que ça...
stranger's like you + alvin & leilah Tumblr_nvzucqEEHR1qcis4mo1_250
❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : angel180886 @vava / tumblr @gif / strawberry insane @sign
❝ avatar : Matthew Bomer
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : 1 à 2 rp encore
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'ambulancier qui veut aider son prochain, mais ne s'aide pas lui-même. GRANT ▬ (g.gustin) L'homme à la tête d'adolescent pré-pubère. CARTER ▬ (a.kendrick) la maman qui ne s'est pas quoi penser du père de son enfant. JONAS ▬ (r.amell) le pro du spacecake, wesh ! DEVON ▬ (k.graham) la métisse qui retrouve son passé abandonné. JAMIE ▬ (d.gillies) l'homme qui ne comprend pas le sens du mot amour et encore moins de celui de la fidélité. GWEN ▬ (s.johansson) celle qui raffole de la nourriture américaine et vendrait son âme pour un hot-dog !

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1324
❝ Messages : 1428
❝ depuis : 23/02/2015
❝ mes sujets : melodycommémoration
love it's some shitbut it's the life

love it's some shit
but it's the life

stranger's like you + alvin & leilah Empty
mot doux de Alvin R. Prescott un Dim 5 Avr - 4:26
leilah & alvin

stranger's like you
Dans ce genre de moment, il est parfois préférable d’avoir des amis prêt de nous. Seulement, j’avais tellement peur qu’il arrive quelque chose à ceux qui m’entoure, ces gens à qui je tenais, que j’avais pris la fuite. Je voulais garder mes distances, m’éloigner le plus possible pour ainsi ne mettre personne en danger. C’était peut-être la pire des idées, mais je sentais que je n’avais tout simplement pas le choix. Si je perdais une fois de plus quelqu’un à qui je tenais, je pourrais jamais m’en remettre, ma femme était déjà une perte de trop. Surtout qu’elle n’avait rien à voir dans cette histoire, ou du moins c’est ce que je croyais. Pourtant, depuis que j’avais découvert qu’elle était l’amante d’Edward, je doutais de tout, mais surtout d’elle. Avait-elle joué double jeu ? Cette simple idée me tétanisait. Malgré cela, j’étais prêt à accepter sa rédemption si d’une quelconque façon c’était possible. Comment ? Je n’en avais pas la moindre idée, c’était sans doute impossible. Autant ne pas y penser, ça valait mieux. J’avais porté mon regard clair vers mon amie, tentant un sourire en coin. Même si elle me disait être présente pour moi, je savais que ce n’était pas quelque chose que je pouvais espérer. Non pas que je ne croyais pas en elle, seulement lui parler de tout cela impliquait certaine chose que je ne voulais pas aborder. « Je sais ça, mais je ne veux simplement pas te mêler à toute cette histoire. Tu ne mérites pas de souffrir par ma faute. » J’avais d’une quelconque façon parler dans un murmure, pourtant, je voulais qu’elle me croit. Qu’elle me croit sans toutefois poser des questions, car avec des questions je savais que je serais obligé de lui fournir des réponses. Mais serait-elle capable d’entendre celles-ci, je ne savais pas quoi en penser. Je remarquais cet homme assis à la table non loin de nous, je l’avais déjà vu quelque part, mais où je l’ignorais. Je l’observais, avant de détourner le sujet vers Leilah, meilleur moyen de fuir mes responsabilités. Comme bon ami que j’étais, bien que peu présent en ce moment, je désirais en savoir plus. Comment elle allait, elle m’avait déjà répondue, mais je poussais le sujet un peu plus loin. Je savais à quel point elle pouvait se sentir seule et la voir accompagner ne pouvait que m’enchanter. Après tout, elle était une belle femme agréable à regarder. Je lui souhaitais tout le bonheur du monde, un bonheur que j’avais connu, mais qui s’était envolé. Allais-je le retrouver un jour ? Peut-être en compagnie de Melody, mais pour l’instant je me tenais aussi loin d’elle que des autres et cela au risque d’en avoir le cœur briser. Car plus les jours passaient et plus je m’éloignais, plus je sentais mon cœur se briser. À la plaisanterie de Leilah, je laissais mon sourire s’élargir avant de l’effacer par une grimace de douleur. Je voulais me montrer le plus naturel que possible, mais j’arrivais à peine avec l’élancement que je ressentais au niveau de ma joue. Je laissais donc ce sourire de côté reprenant une forme de sérieux, bien que j’aie toujours envie de lui sourire. Je buvais finalement une gorgée de mon café à la robe noire. M’étouffant bruyamment en l’entendant parler de possible « conflit » professionnel. « Et depuis quand est-ce que ce genre de détail arrête la grande Leilah Jones ? »  Je laissais un sourire fendre mes lèvres, il était moins prononcé que les précédents, mais c’était voulu avant que j’en perde ma mâchoire. « Non, mais il n’y a pas de mal à ça. Enfin, si on aime on n’y peut rien. On ne choisit pas cela. » Je laissais mon regard m’échapper repensant au passé. Ma rencontre avec Katherina à l’hôpital de Manhattan, ma demande en mariage et ce mensonge qui avait vécu sous notre toit. Je me passais une main sur le visage, cachant mon regard alors que pour la première fois, je laissais mes sentiments m’envahir. J’avais laissé ma rage sortir avec Melody dans le motel, mais là c’était différent. Je n’avais pas l’effet de l’alcool et je ne me trouvais pas devant n’importe qui. Non. C’était plus dur que je l’aurais cru de tout retenir en moi. Un hoquet de pleure s’échappait de mes lèvres, alors que je tentais de sécher mes larmes avec ma main. « Pardon. », m’excusais-je dans un soubresaut. Je me redressais cachant mes larmes tout en laissant ma main passer sur mes lèvres. Mais il était plus dur que je le croyais, laissant ma peine planer sur mon visage. « Ne laisse pas cette histoire te glisser entre les doigts. On ne sait jamais ce qui peut arriver demain. »

_________________

To love at all is to be vulnerable. Love anything and your heart will be wrung and possibly broken. If you want to make sure of keeping it intact you must give it to no one, not even an animal. Wrap it carefully round with hobbies and little luxuries; avoid all entanglements. Lock it up safe in the casket or coffin of your selfishness. But in that casket, safe, dark, motionless, airless, it will change. It will not be broken; it will become unbreakable, impenetrable, irredeemable. To love is to be vulnerable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
stranger's like you + alvin & leilah Empty
mot doux de Invité ► un Mer 8 Avr - 20:29
stranger's like you
Leilah Jones & Alvin Prescott

Leilah ne savait quoi répondre, elle ne pouvait le faire à accepter son aide. Peut être qu'il a peur d'être pris en pitié ou bien il ne préfère peut être pas être entouré. Quoiqu'il en soit, Leilah ne veut pas le forcer, il sait qu'elle peut être présente en cas de besoin, ou s'il change d'avis, c'est le plus important. La jeune femme se fit violence pour ne pas en demander plus à Alvin. Avocate dans l'âme, approfondir chaque propos était sa spécialité, elle aurait presque pu être psychiatre ou psychologue. Mais là, elle ne posa plus de questions. Elle ne voulait pas risquer de le froisser ou quelque chose du genre, autant préserver leur amitié et continuer à passer ensemble de bon moments, il est sûrement bien besoin ces derniers temps d'ailleurs. « Comme tu voudras ! » La jeune femme sourit et attrapa sa tasse. Elle bu quelques gorgées de son breuvage encore bouillant. Elle reposa presque aussitôt la tasse. Si elle n'avait pas un minimum d'éducation et d'élégance, elle aurait sûrement recraché son thé, mais se força à tout avaler et elle pu sentir sa boisson lui brûler la moitié de l’œsophage. Elle laissa échapper une petite toux, elle va désormais attendre avant d'y retoucher. Au moins, ce petit incident de parcours aura détendu la situation qui avait pris une tournure assez triste jusqu'à présent. De son côté, Alvin n'a perdu de temps pour changer de sujet, Leilah remarquait bien son mal être évident, ses traits tirés et ses jolies coquards. Cela n'est pas de ses habitudes de se laisser aller. Il a anguille sous roche c'est certain, mais non, Leilah ne lui posera plus de questions de pour le moment. Elle passa une main dans ses longs cheveux avant de tenter à nouveau de boire une gorgée de son thé, elle avait tellement soif qu'elle ne pouvait plus attendre. Elle en profita pour manger un morceau de son croissant avant de répondre à son ami. Puisqu'il ne voulait parler de lui, il préféra enchaîner sur la vie amoureuse déserte de la jeune femme. « Depuis que cet homme s'est mon patron ! » Voilà elle l'avait dit, mais avec Alvin, Leilah peut être certaine que son petit secret sera bien gardé. Puis d'ailleurs, au bureau, ce ne doit pas être un secret pour beaucoup. En effet, Leilah se comporte de plus en plus bizarrement avec lui ses derniers, il y a bien un ou deux employés qui se sont aperçues de la chose, ou qui l'ont supposé ! Tout ce sait et surtout, les rumeurs, fondées ou non, vont bon train dans un cabinet d'avocat aussi prestigieux soit-il. « Tu as raison...ça fait longtemps que j'essaye de l'oublier mais c'est plus fort que moi ! Il est tout l'opposé que ce que je recherche chez un homme mais...je...c'est comme ça !» A cet instant présent, si Leilah avait eu une margarita, elle l'aurait avalé cul sec pour être sur de penser à autre chose pendant un instant. Dans un monde utopique, Leilah aurait sa fille auprès d'elle et aurait depuis longtemps déclaré sa flamme à Julian. Sauf que, dans la réalité, elle n'arrive pas à retrouver la trace de sa fille et Julian est un coureur de jupon invétéré qui semble avoir une peur bleu des engagements et surtout des relations de plus d'un soir. Et Leilah, elle, aimerait un homme qui veuille s'engager et fonder une famille. Malheureusement les deux ne sont pas compatible. Parfois, elle aime à se dire qu'il va changer.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Alvin R. Prescott
Alvin R. Prescott
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t5676-alvin-i-ve-loved-you-all-aloned http://www.your-family-tree.net/t9457-prescott-alvin-la-tragedie-de-la-mort-est-en-ceci-qu-elle-transforme-la-vie-en-destin
stranger's like you + alvin & leilah Tumblr_nx5yr7bp2e1rqmy9yo5_250
❝ Métier : Ancien agent du FBI, qui fut un temps bodyguard, maintenant sans emploi
❝ cupidon : Veuf et même si parfois ses pensés vont à sa défunte femme, son coeur est prit par Melody
❝ post-it : Lieu de naissance, New Jersey → Né d'un père alcoolique et d'une mère battue, je connus la violence physique très jeune. → À six mois, j'ai fuis avec ma mère le New Jersey pour ma propre protection. → Je n'ai jamais vécu bien longtemps dans une ville. → À 5 ans, ma mère se fit assassiner par mon père qui nous avait retrouvé. Je suis retourné vivre chez ma tante. → Je suis fils unique, mais ma tante a adoptée une petite fille lorsque j'avais dix ans, Liv. → Je n'ai jamais revu mon père depuis qu'il a tué ma mère, je suppose qu'il s'est fait arrêter. → Je suis tombé amoureux d'une infirmière urgentiste et deux ans plus tard nous étions marié. → Après notre mariage on a déménagé à Pasadena. → Même si j'étais un bourreau de travail, j'ai toujours sut rester fidèle. → Après six années de mariage, elle a été assassiné par mon coéquipier. → J'ignorais et j'ignore toujours qu'elle avait une liaison avec celui-ci. → Je ne suis pas très habile avec les enfants. → J'ai découvert que mon coéquipier était un flic véreux et faisait affaire avec la mafia. → On me soupçonne d'avoir assassiné ma femme. → Le FBI m'a suspendu jusqu'à preuve du contraire. → Je suis donc rendu un flic ripou, alors que je n'y suis pour rien. → Je vais tenter de blanchir ma réputation ! → J'ai kidnappé la copine de mon coéquipier pour trouver une façon de faire éclater au grand jour la vérité. Seulement, ce n'est pas si facile que ça...
stranger's like you + alvin & leilah Tumblr_nvzucqEEHR1qcis4mo1_250
❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : angel180886 @vava / tumblr @gif / strawberry insane @sign
❝ avatar : Matthew Bomer
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : 1 à 2 rp encore
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'ambulancier qui veut aider son prochain, mais ne s'aide pas lui-même. GRANT ▬ (g.gustin) L'homme à la tête d'adolescent pré-pubère. CARTER ▬ (a.kendrick) la maman qui ne s'est pas quoi penser du père de son enfant. JONAS ▬ (r.amell) le pro du spacecake, wesh ! DEVON ▬ (k.graham) la métisse qui retrouve son passé abandonné. JAMIE ▬ (d.gillies) l'homme qui ne comprend pas le sens du mot amour et encore moins de celui de la fidélité. GWEN ▬ (s.johansson) celle qui raffole de la nourriture américaine et vendrait son âme pour un hot-dog !

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1324
❝ Messages : 1428
❝ depuis : 23/02/2015
❝ mes sujets : melodycommémoration
love it's some shitbut it's the life

love it's some shit
but it's the life

stranger's like you + alvin & leilah Empty
mot doux de Alvin R. Prescott un Mar 23 Juin - 0:19
leilah & alvin

stranger's like you
Assis dans ce café, je faisais tout en mon possible pour que le sujet de conversation ne tourne pas autour de moi. Je croyais que ça allait être plus difficile que cela, m’attendant à une panoplie de questions venant de la part de la rouquine. Seulement, il en était autrement. Elle gardait le silence et je ne pouvais que la remercier d’agir ainsi à mon égard. Peut-être que je la connaissais mal finalement, non pas que je ne lui portais pas d’attention particulière. J’avais simplement toujours cru qu’elle était le genre de personne à toujours mettre son nez. C’était peut-être qu’un stéréotype préconçu envers les avocats. Toujours en savoir plus, un peu comme les journalistes. Mais en même temps elle était loin de ressembler à ces avocats que j’avais déjà côtoyés. Elle n’avait pas ce quelque chose d’exaspérant qu’on certain d’entre eux. Cette manie de se voir comme des putains, aidant celui qui avait le plus gros portefeuille. Je voyais très mal celle-ci dans ce rôle, elle avait plus de cœur que cela. Je buvais une longue gorgée de café, celui-ci passant du chaud au tiède. L’arôme qui s’en dégageait tenait d’une graine de café soutenue, corsée et à la fois velouté. J’amenais le sujet vers elle, ne passant par quatre chemins pour parler de ses amours. Je n’allais très certainement pas tourner autour du pot ou rester silencieux. J’aurais néanmoins peut-être du tourner ma langue sept fois avant de parler. Je perdais mon regard dans l’ondulation de mon breuvage, relevant mon regard qu’une fois qu’elle eut avoué être amoureuse de son patron. Personnellement, je n’y voyais aucun mal. L’amour était un sentiment sauvage, on ne pouvait pas le comprendre et il choisissait toujours son propre dessein. On ressentait toujours ce rayon de chaleur quand on croyait avoir trouvé cette personne, mais aussi des lacérations beaucoup plus douloureuses quand il y avait des anicroches. Pourtant, c’était ce tout qui formait quelque chose de fort, une émotion qu’on désirait revivre encore et encore. L’humain n’étant pas créé pour rester seul, cet unique sentiment pouvait faire pencher la balance. Je laissais un sourire planer sur mes lèvres comme un enfant ayant découvert où ses parents cachaient la jarre à biscuit. Un secret qu’on garde un peu que pour soit dans l’espoir qu’il ne soit pas partagé. J’aurais pu faire la sourde oreille et divulguer cet information, mais en date d’aujourd’hui je n’aurais même pas sut à qui dire cela. Et puis, ce n’était pas mon genre de bavassé ce que l’on me confiait. Je n’arrivais même pas à parler de mes propres soucis, alors dire les secrets des autres, sûrement pas. Je lui conseillais donc de foncer, une réaction tout à fait légitime. Étant peut-être la personne le mieux placer de son entourage à savoir que demain pouvait prendre de fin même avant de le voir arriver, on ne pouvait pas rester là se morfondre. Il fallait foncer, ne pas avoir de regret et ainsi vivre sa vie pleinement. « Tu sais, ce n’est pas forcément les personnes qui se ressemblent qui vont forcément bien ensemble. Les différences sont aussi des atouts. Il suffit simplement de bien s’accorder à l’un comme l’autre. » Je prenais une autre longue gorgée de café. « Katherina et moi étions bien différent et pourtant ce n’allait pas si mal que cela entre nous. Même si bon parfois on ne sait pas ce qui se passe sous notre propre toit. Même avec Melody, nous sommes loin d’être… » Je me taisais, j’étais en train de trop parler. Je passais ma main sur ma nuque légèrement embarrassé d’avoir franchi cette barrière sans avoir pris le temps de peser mes mots.

_________________

To love at all is to be vulnerable. Love anything and your heart will be wrung and possibly broken. If you want to make sure of keeping it intact you must give it to no one, not even an animal. Wrap it carefully round with hobbies and little luxuries; avoid all entanglements. Lock it up safe in the casket or coffin of your selfishness. But in that casket, safe, dark, motionless, airless, it will change. It will not be broken; it will become unbreakable, impenetrable, irredeemable. To love is to be vulnerable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !


stranger's like you + alvin & leilah Empty
mot doux de Contenu sponsorisé ► un
Revenir en haut Aller en bas
 

stranger's like you + alvin & leilah


→ YOUR FAMILY TREE :: la naissance et les actes et vous avez une famille :: Il faut marcher pour grandir :: En la mémoire du passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-