Comment ça une nounou ? (Feat Lenaëlle ♥)
l'avatar des scénarios ou membres des familles
sont totalement discutables pour autant qu'ils ne soient pas dans le bottin !
Venez car plus on est de fous et plus on rit, non ?
Chocolat et guimauves en cadeaux !
bonjour les YFTiens
et pleins de calins pour vous ainsi que tout notre amour !

Partagez | .
 

Comment ça une nounou ? (Feat Lenaëlle ♥)


→ YOUR FAMILY TREE :: Pasadena ouvre ses portes le soleil et la ville :: Au sud de la ville :: Les toits du sud de Pasadena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Layali-Joy Blaze
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9549-blaze-layali-joy-si-tout-est-fini-moi-je-recommence http://www.your-family-tree.net/t9567-blaze-layali-joy-oui-mais-jamais-sans-moi
Pop corn !
❝ Métier : Lycéenne et modèle
❝ cupidon : n'est-ce pas ce bébé en couche culotte qui tire des flèches empoisonnées ?
❝ pseudo : PuddyPuddy
❝ crédits : pour le moment c'est moi
❝ avatar : Laneya Grace
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : je vais me calmer pour le moment =)
❝ Points : 1342
❝ Messages : 103
❝ depuis : 16/04/2016
❝ mes sujets : Dean BlazeJade BraxtonSarah-Jane HillsdoneLenaëlle MartinsCharly Wheeler

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Layali-Joy Blaze un Mer 4 Mai - 17:18
Feat
Lenaëlle Martins
et Layali-Joy Blaze
Une Babysitters ?! Mais quelle horreur !!
La journée avait plutôt bien commencé. Le samedi il n'y a pas d'école, donc aucune obligation de se lever tôt, c'est donc seulement en fin de matinée que je suis sortie de ma chambre. Allant à la cuisine pour manger un bol de céréales, je n'ai croisé personne dans la maison. Pourtant à la fenêtre, je vois la voiture de maman et si papa était partie en moto je l'aurais entendu. Alors je me suis baladée dans la maison avec mon bol remplis de lait en mangeant mes céréales. Je finis par sortir dans le jardin où tous deux se trouvaient là. Mon père avait du matériel pour bricoler et ma mère tentait de l'aider. Je m’assoies sur les marches de la terrasse en les observant. Je reste même plus que le temps de mon petit déjeuner, ils sont tellement occupé qu'ils n'ont pas encore remarqué ma présence, mais j'aime bien les voir tous les deux dans cette bulle qui semble les entourer. Pieds nus, je les rejoins en marchant sur le gazon. Mon père me souri quand il me voit arriver.
« Ho, bonjour ma princesse, tu te lève enfin !
-En fait, ça fait déjà deux bonnes heures que je vous observe de la terrasse et maman n'est pas très douée pour t'aider à reconstruire cette vieille cabane.
-Dis donc petite chipie, je fais de mon mieux ! »
Je retourne à l'intérieure et j'allume la télévision sur disney chanel pour regarder mes bêtises comme les appelles mes parents.

Quand le début de soirée arrive enfin, je fais le point sur cette journée durant laquelle je n'ai absolument rien fait ! Je tente de faire mon devoir de math lorsque mes parents passent la porte de ma chambre. Ils sont tout bien habillés prêt à sortir. Ce sera une soirée sans moi, une soirée en amoureux. Et ils ont fait appelle à une nounou pour me garder. Ils ont fait quoi ? Je ne suis pas d'accord du tout avec cela. Bien sûr, on se dispute et ils partent. Par la fenêtre de ma chambre, je regarde mes parents monter dans la voiture. Ouvrant les portières, ils regardent par là et me font un amical signe de la main. En guise de réponse je leur tire la langue. Je n'ai aucune envie d'être une enfant sage ce soir ! Je ne me rebelle pas contre le fait qu'ils sortent en amoureux, ils en ont le droit, le besoin, ce que je peux comprendre. En revanche, je ne comprends pas l'idée folle qu'ils ont eu d'appeler une nounou !! Je ne suis plus une enfant. Je suis une adolescente, bientôt une adulte. Je croise les bras sur ma poitrine. J'attends qu'ils montent dans la voiture et de les voir disparaître au coin de la rue pour qu'ils passent leur agréable soirée, pendant que je serais là avec la dame qui ne devrait pas tarder. Je tourne les talons, mon regard fait rapidement un tour d'horizon dans ma chambre. Bordel ? Prêt ! En bonne bordélique que je suis, je ne range pas souvent ma chambre et avec le déménagement ressent, j'ai beaucoup de mal à m'y retrouver encore.
« Bon et si nous allions préparer la venue de cette inconnue ? Mais qu'elle bonne idée mon amie ! »

Je descend les marches en courant, dans un fracas infernal, pour me précipiter dans le salon. Je branche la télé sur la chaîne des clips musicaux et je monte le volume. Puis je m'en vais à la cuisine. Ce soir j'ai envie de faire plaisir à tout le monde… Je vais donc préparer des crêpes ! J'ouvre un premier placard en souriant. J'attrape la farine que je dépose sur le plan de travail. Second placard, j'y prends un saladier en verre. Ensuite dans le frigo, je pioches quelques œufs que je mets dans le saladier et je prends la bouteille de lait. Je pose le tout à côté du paquet de farine. Pour finir, je sors de l'huile alimentaire et un fouet. Pour préparer des crêpes c'est très simple, il faut d'abord commencer par mettre 300g de farine dans le saladier, casser 3 œufs, 3 cuillères à soupe d'huile et commencer à fouetter avant de rajouter petit à petit 600ml de lait. Si l'on souhaite des crêpes sucrées, il suffit d'y rajouter 80g de sucre en poudre. Une fois la patte homogène, je prends la batteur électrique, c'est plus facile pour chasser les grumeaux que la patte peu faire. Généralement, ma mère ne me laisse pas m'occuper de cette étape, parce que j'en mets souvent partout. J'avoue être légèrement maladroite parfois, sauf que cette fois, c'est le but. Alors quand je commence à mixer le tout, il y en a plein partout dans la cuisine.

Comme ce n'est pas moi qui vais ranger la cuisine ce soir, je laisse tout à sa place. Et c'est justement le moment où je pense percevoir le bruit d'une voiture qui se gare devant la maison. Je vais voir à la fenêtre, c'est bien ça. Je vois une blonde en sortir. Fermant sa voiture avant de se diriger vers la maison. Je me dirige en vitesse vers la porte d'entrée pour fermer celle-ci à clé. Elle va en avoir du mal à me « garder » ce soir cette pauvre petite dame. Et maintenant, que vais-je pouvoir inventer ?
Jamais tu ne voudra revenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lenaëlle G. Martins
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9963-martins-lenaelle-everybody-deserves-a-second-chance http://www.your-family-tree.net/t9280-martins-lenaelle-where-s-this-life-that-we-have-lost-in-living
.
❝ Métier : Nounou dévouée à la petite marmaille de Lullaby & Aiden
❝ cupidon : Si la perfection existait, elle porterait ton nom. ♥
❝ post-it : Lieux de vie : Pasadena (0-8 ans), Denver (8-20 ans), Austin (20-28 ans), Pasadena (28 ans, aujourd'hui).
Particularités : Ancienne alcoolique, maniaque du ménage, maîtresse d'un chat et d'un chien.
Love : En couple avec Jensen depuis décembre 2015, habite avec lui depuis le printemps 2016.
Animaux : Un chien & un chat
Passe-temps : Lire des romans de Nicholas Sparks, le Sudoku, le tricot, dessiner des chatons.
❝ Age : 27
❝ pseudo : Mayiie
❝ crédits : (c) Mayiie & Tumblr
❝ avatar : Julianne Hough
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Demande-moi et on verra. ♥
❝ autres comptes : Kylian J. Hemsworth (feat. Jamie Dornan) - L'amoureux éperdu qui a décidé de redémarrer sa vie à zéro et peut-être récupérer sa fiancée du passé.
Jezabel M. Sanchez (feat. Sofia Vergara) - La Martha Stewart de sa génération qui aime sa famille plus que tout.
Bennett K. Morrigan feat. Julian Morris - L'ancien militaire qui tente de se définir dans cette nouvelle vie.
Breanna J. Hardy feat. Serinda Swan - L'actrice qui a quitté le rôle d'une vie pour arranger la sienne.
❝ Points : 1768
❝ Messages : 3035
❝ depuis : 11/04/2014
❝ mes sujets : AllieCaitlynCordéliaGraceJadeJayJensenJensenLayali-JoyLullabyRafaelSummerToi ?

Un petit plus
MY LIFE TREE:
There's no safer place for youthan here with me

There's no safer place for you
than here with me

mot doux de Lenaëlle G. Martins un Lun 9 Mai - 14:46
Layali-Joy & Lenaëlle
Comment ça, une nounou ?

M’occuper de jeunes enfants ou plus vieux, garçon ou fille, cela ne me gênait pas du tout, bien au contraire. Je savais bien que c’était mon boulot à plein temps, avec Nora, Dylan et Apple, mais quand je le pouvais, je ne disais pas non à l’éventualité de m’occuper d’autres enfants, surtout si cela pouvait arranger les parents. Évidemment, si jamais j’avais autre chose de prévu, je déclinais, mais quand on m’avait proposé de m’occuper d’une jeune demoiselle ce soir, compte tenu que je n’avais rien au programme et que Jensen finissait de travailler tard, fort probablement à la même heure à laquelle j’aurais terminé de m’occuper de cette jeune fille, je n’avais eu aucune raison de ne pas accepter. Plus encore, je n’eus pas de réticence à accepter, même si je dus admettre que par la suite, quand on m’avait dit que la jeune fille, Layali-Joy, était âgée de treize ans, je fus légèrement surprise. En effet, rarement on me demandait de garder des enfants de cet âge, parce que normalement, ils étaient en mesure de se débrouiller d’eux-mêmes, allaient chez des amis ou même, accompagnaient leurs parents. Après, je n’étais pas là pour juger les intentions des parents et plus encore, je ne les questionnai même pas, me contentant de m’en tenir à mes propres suppositions, les plus plausibles, évidemment. Après tout, peut-être que compte tenu que c’était en soirée, ils voulaient s’assurer que la petite aille dormir et qu’il y ait quelqu’un à la maison pour la rassurer, peut-être ils voulaient qu’elle ait de la compagnie. Bref, je n’en savais rien, préférant m’en tenir au fait que j’avais une heure à laquelle arriver et une adresse, tout simplement. Environ une heure avant le moment prévu, je me préparai donc, ayant eu toute la journée pour faire ce que j’avais à faire et prendre les choses un peu plus doucement que lorsque Lullaby et Aiden avaient besoin de moi. Une fois que je fus prête à partir, je pris ma voiture, et je me mis en route en direction de la demeure indiquée. Normalement, le trajet ne devrait pas être complexe, même si la maison était au sud de la ville et que j’habitais à l’ouest. Cependant, je n’avais pas prévu qu’un incident tout bête, soit deux voitures qui s’étaient rentrées dedans quand l’une d’entre elles avait tenté d’effectuer un dépassement en règle, vienne complètement bloquer la circulation sur la dite route. Prise au milieu de l’embouteillage, je n’avais pas pu le contourner de quelconque façon et ce, pendant plusieurs minutes, soit jusqu’à ce que je réussisse finalement à atteindre une intersection et que je fasse un détour pour trouver une autre route. Même si je n’y étais pour rien au fond, je ne sus faire mieux que de me sentir particulièrement coupable d’être en retard de la sorte. Paniquée, je garai ma voiture au premier endroit que je trouvai, légèrement décontenancée de ne pas voir le véhicule des parents. Puis, je regardai mon téléphone, voyant un message me prévenant comme quoi ils avaient dû partir. Sitôt, je répondis que j’étais désolée, et que je venais juste d’arriver, que j’allais entrer dans la maison sous peu. Après avoir été pardonnée par ce même moyen de communication, je sortis de ma voiture et je me dirigeai vers la porte d’entrée. Les propriétaires avaient également précisé que celle-ci était déverrouillée, mais lorsque je tournai la poignée, rien ne se passa. Me disant que peut-être que la jeune Layali l’avait fermée, par crainte ou je-ne-sais-quoi, parce qu’on m’avait dit qu'elle était gentille, quand même, je décidai de frapper à la porte. Dans un premier temps, je n’eus aucune réponse, alors je m’approchai de la fenêtre non loin, voyant soudainement ce qui me semblait être une silhouette, celle de la jeune adolescente. Enfin, était-ce elle ? Je l’espérais bien, parce que je ne voyais pas qui d'autre cela pourrait être. Ce n’était pas vraiment mon genre d’observer les demeures par les fenêtres, mais je devais être dans celle-ci, alors ce serait légèrement embêtant que je ne me manifeste pas. Dans une seconde tentative donc, je tapotai légèrement dans la vitre, faisant des signes de la main pour qu’on vienne m’ouvrir la porte, espérant que ça allait marcher pour le coup, parce que je ne me voyais clairement pas rôder autour de la maison et ainsi, attirer l’attention des voisins.

_________________
Because I love you  Tu m'as rendu l'espoir, mon amour. Tu m'as enseigné qu'il était possible de retrouver la joie de vivre, malgré toute la douleur que l'on a pu connaître. - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Layali-Joy Blaze
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9549-blaze-layali-joy-si-tout-est-fini-moi-je-recommence http://www.your-family-tree.net/t9567-blaze-layali-joy-oui-mais-jamais-sans-moi
Pop corn !
❝ Métier : Lycéenne et modèle
❝ cupidon : n'est-ce pas ce bébé en couche culotte qui tire des flèches empoisonnées ?
❝ pseudo : PuddyPuddy
❝ crédits : pour le moment c'est moi
❝ avatar : Laneya Grace
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : je vais me calmer pour le moment =)
❝ Points : 1342
❝ Messages : 103
❝ depuis : 16/04/2016
❝ mes sujets : Dean BlazeJade BraxtonSarah-Jane HillsdoneLenaëlle MartinsCharly Wheeler

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Layali-Joy Blaze un Jeu 12 Mai - 11:11
Feat
Lenaëlle Martins
et Layali-Joy Blaze
Une Babysitters ?! Mais quelle horreur !!
Ce que je sais, c'est que la nounou est arrivé. Ce que je sais d'autre, c'est que je ne souhaite pas sa présence ici ce soir, ni aucun autre soir. Je connais mes parents, ils me prennent encore pour leur bébé et me surprotège comme toujours. Surtout mon père, il a toujours été trop protecteur avec moi. Il serait capable de m'accompagner quand je pars me balader dans les rues de Pasadena, ou ailleurs. Ce devait être pour me sentir plus en sécurité qu'il m'avait offert un chien quand j'étais petite. Bon, quand ils sortaient tous les deux, j'avais aussi la babysitters à la maison, mais à l'époque j'étais petite ! Maintenant j'ai 13 ans presque quatorze, ce n'est plus quelque chose qui doit m'arriver que d'être gardée par une bonne femme que je ne connais pas ! Je me trouve assez grande pour rester seule, peut être pas une semaine entière, mais une soirée c'est plus que jouable.

Malgré tout ça, j'entends frapper à la porte. De sa voiture à l'entrée, elle ne s'est pas perdue, mince alors ! Pensant la décourager, je ne réponds pas. J'espère la voir partir. Je me tourne donc vers la fenêtre où je pense m'approcher pour la voir partir vers sa voiture et ensuite voir sa voiture disparaître. Le spectacle est tout autre puisque à cette fameuse fenêtre, je vois une tête blonde observer l'intérieur de la maison. Il ne fait aucun doute qu'elle m'a vue. Et maintenant, elle doit savoir que je suis au courant de sa présence puisque nos regards se croisent. Je m'approche donc de cette fenêtre.
« Oui bonjour, c'est pour quoi ? Vous ne savez pas que ce n'est pas bien d'espionner les gens chez eux ? J'espère au moins que vous n'êtes pas une pédophile, vous savez, j'ai bientôt 14 ans et je sais me défendre, mon père a voulu bien faire mon éducation, alors je connais la boxe ! »
Je ne peux retenir un sourire malicieux. Bien évidemment, je sais tout a fait qui elle est et pourquoi elle se tient là. Je peux même deviner qu'elle s'est penchée vers la fenêtre afin de savoir si j'étais dans les parages. Je ne pense pas la décourager si facilement. Mais je n'ai pas non plus dit mon dernier mot.
« Vous savez, mes parents m'ont toujours qu'il ne fallait pas ouvrir aux étrangers. Ho, vous m'excuserez, mais j'adore cette chanson, alors je vais y retourner, on reparlera peut être un jour. »

En vitesse, je suis reparti au milieu du salon, j'ai augmenté le volume de la télé pour laisser les stéréos cracher le son de cette musique qui n'est pas si géniale mais elle était une bonne excuse. Je monte sur le canapé pour sauter sur les coussins que maman adore ranger. Mon bonheur ne dure pas très longtemps, car sur la table basse, je vois mon téléphone s'allumer. Ce mobile m'annonce l'arrivé d'un nouveau message. C'est déjà papa qui m'envoie un message. Ils sont partit il y a quelques minutes à peine, et ça commence… Quand je vous disait qu'il me protégeait bien trop ! Dans le texto, il me demande comment ça se passe avec la nounou. Si je lui réponds que tout est parfait, tout pourrait bien se passer. Sauf si il a envoyé un message à la dame qui se trouve encore sur le paillasson… Ce qui est certain ! Et comment lui dire alors que tout se passe bien, la nounou est restée dehors et qu'ainsi je m'amuse comme une folle, sans lui donner envie de faire demi-tour ? Impossible. Et si je ne réponds pas, il serait capable d'appeler la police tout en rentrant avec maman… Il peut être très extrême quand il s'y met mon papa.

Attrapant mon téléphone, je lui réponds que tout va bien et que la nounou vient d'arriver. Tout en tapant le texto que j'envoie, je me dirige vers la porte pour ouvrir à la babysitters. En ouvrant la porte, j'observe la jeune femme blonde qui se tient devant moi. Et je lui souris.
« Pardon, je n'avais pas comprit que vous êtes la dame venu ici pour venir me garder, c'est que je suis grande, je pensais que mes parents me faisait confiance. Je soupçonne mon père de ne pas vouloir me voir grandir. Il croit encore que je ne m'intéresse pas aux garçons ! Je fais semblant pour lui faire plaisir »
Une fois qu'elle eu passé le palier de la porte, je la referme derrière elle. Je lui fais visiter rapidement la pièce principale. Le tour est vite fait puisque le salon donne sur la salle à manger qui donne sur une cuisine. Le tout donnant sur une grande baie vitrée donnant vue sur la véranda puis la terrasse et le jardin. Grande salle lumineuse. Elle peut voir le désordre que j'ai déjà mit dans la salon mais surtout celui de la cuisine. J'ai tout laissé en plan après avoir préparé la pâte pour faire des crêpes. Il faut que je trouve autre chose pour quand même, passer une bonne soirée malgré la présence de la babysitters.
Jamais tu ne voudra revenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lenaëlle G. Martins
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9963-martins-lenaelle-everybody-deserves-a-second-chance http://www.your-family-tree.net/t9280-martins-lenaelle-where-s-this-life-that-we-have-lost-in-living
.
❝ Métier : Nounou dévouée à la petite marmaille de Lullaby & Aiden
❝ cupidon : Si la perfection existait, elle porterait ton nom. ♥
❝ post-it : Lieux de vie : Pasadena (0-8 ans), Denver (8-20 ans), Austin (20-28 ans), Pasadena (28 ans, aujourd'hui).
Particularités : Ancienne alcoolique, maniaque du ménage, maîtresse d'un chat et d'un chien.
Love : En couple avec Jensen depuis décembre 2015, habite avec lui depuis le printemps 2016.
Animaux : Un chien & un chat
Passe-temps : Lire des romans de Nicholas Sparks, le Sudoku, le tricot, dessiner des chatons.
❝ Age : 27
❝ pseudo : Mayiie
❝ crédits : (c) Mayiie & Tumblr
❝ avatar : Julianne Hough
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Demande-moi et on verra. ♥
❝ autres comptes : Kylian J. Hemsworth (feat. Jamie Dornan) - L'amoureux éperdu qui a décidé de redémarrer sa vie à zéro et peut-être récupérer sa fiancée du passé.
Jezabel M. Sanchez (feat. Sofia Vergara) - La Martha Stewart de sa génération qui aime sa famille plus que tout.
Bennett K. Morrigan feat. Julian Morris - L'ancien militaire qui tente de se définir dans cette nouvelle vie.
Breanna J. Hardy feat. Serinda Swan - L'actrice qui a quitté le rôle d'une vie pour arranger la sienne.
❝ Points : 1768
❝ Messages : 3035
❝ depuis : 11/04/2014
❝ mes sujets : AllieCaitlynCordéliaGraceJadeJayJensenJensenLayali-JoyLullabyRafaelSummerToi ?

Un petit plus
MY LIFE TREE:
There's no safer place for youthan here with me

There's no safer place for you
than here with me

mot doux de Lenaëlle G. Martins un Lun 16 Mai - 14:56
Layali-Joy & Lenaëlle
Comment ça, une nounou ?

Ce n’était pas mon genre de faire appel à des techniques que je jugeais limite inhabituelles, un peu grossières même. Enfin, moi-même je n’aimerais pas qu’on vienne tapoter à la fenêtre de ma petite maison pour que je vienne ouvrir. Mon genre serait de prendre totalement peur et ne pas avoir envie d’ouvrir justement. Pourquoi m’étais-je permise de le faire malgré tout ? Parce que normalement, la petite demoiselle savait que j’arrivais, je l’espérais, en tout cas. Limite j’étais prête à le prendre pour acquis, mais la réaction qu’elle eut en se pointant dans la fenêtre me fit soudainement douter du contraire. Ce n’était pas ma faute, j’étais ce genre de personne qui voyait le bien chez les gens avant de percevoir quelconque mauvaise intention. Pendant un instant, je crus réellement qu’elle ignorait qui j’étais, qu’elle me prenait vraiment pour une maniaque ou quelque chose comme cela. Légèrement tendue, je reculai d’un pas, avant de comprendre que pour le coup, ma réaction était quelque peu pathétique. J’avais le droit d’être ici, peu importe la maladresse de mon geste, alors pourquoi je me montrerais embêtée alors que je n’avais rien, ou au pire pas grand-chose à me reprocher ? Reprenant ma contenance, je voulus alors expliquer à la jeune demoiselle que j’étais là pour venir passer la soirée en sa compagnie, me disant que ce serait peut-être plus appropriée comme expression par rapport au mot « baby-sitter ». Enfin, dans ma tête, cela sonnait mieux, et je ne savais pas ce qui en était de la demoiselle, mais vu son comportement, je ne saurais pas trop le dire. Par contre, avant que je puisse dire quoi que ce soit, elle quitta la fenêtre, mettant ce qui me semblait être de la musique à fond, me laissant alors sur le perron, toujours aussi confuse et embêtée. Soupirant fortement, même si je savais clairement que personne, pas même le voisin qui promenait son chien sur le trottoir d’en-face m’entendrait, je décidai de m’asseoir dans les marches, prenant mon téléphone pour tenter de voir quoi faire. Devrais-je appeler les parents de la jeune fille et leur expliquer le malentendu ? À mon avis, c’était fort probablement la chose la plus sage à faire, mais qu’en serait-il du reste de la soirée ? Passerais-je pour la moucharde de service ? Enfin, j’avais une bonne raison pour le faire à mon avis mais bon, je n’avais pas envie de m’aliéner la demoiselle, si elle se décidait finalement à m’ouvrir… Au bout du compte, avant que je puisse composer quelconque numéro, un message entra dans mon téléphone, celui de mon employeur pour la soirée. Inutile de mentionner que pour le coup, je me sentais quelque peu soulagée, parce que j’avais l’impression que maintenant, on me donnait l’occasion de le dire sans passer pour la méchante. Sans attendre plus longtemps, j’envoyai un message signifiant qu’il devait y avoir un malentendu, puisque j’étais toujours coincé à l’extérieur, que Layali-Joy m’avait vue mais qu’elle avait refusé de m’ouvrir. Enfin, j’avais utilisé des mots un peu plus soignés, mais en gros, c’était ce que mon message disait. En réponse, j’eus simplement droit à un « Je m’en occupe. », ce qui était bien suffisant pour moi. Mais comment allaient-ils s’en occuper ? Légèrement angoissée pour le coup, je tentai quand même de ne pas le montrer en restant assise là, ne pouvant malgré tout m’empêcher de tapoter légèrement du pied en signe de nervosité. Finalement, je n’eus pas à attendre bien longtemps, la porte s’ouvrir devant une demoiselle qui avait tout à coup changé de comportement, s’excusant de ne pas m’avoir ouvert la porte plus tôt. Naïve comme je pouvais l’être, j’étais sur le point de lui dire que ce n’était pas grave et même m’excuser de ce que j’avais fait aussi, mais je me ravisai quand elle vint à me faire comprendre qu’elle était quelque peu embêtée de se faire garder. Malgré moi, j’avais fait le lien dans ma tête entre son comportement précédent et son changement soudain d’attitude, d’où le fait que je me ravisai, entrant dans la maison en silence, me laissant guider par la jeune femme dans la maison. Mais sans que je le veuille, essentiellement parce que c’était plus fort que moi, je ne pus faire autrement que de remarquer le désordre. Détestant tout ce qui n’était pas rangé, qui n’était pas propre, je dus me faire violence pour ne pas ranger derrière, ne voulant pas provoquer une dispute. Et puis, je réalisai que je n’étais pas au bout de mes peines une fois devant la cuisine, où un véritable gâchis régnait. Inspirant profondément et en toute discrétion, je décidai de rester gentille, et je demandai:  « Tu… Tu as fait la cuisine ? » dans un petit sourire, tentant par la même occasion de m’intéresser à ce qu’elle avait pu faire, peut-être la cerner un peu mieux dans l’espoir que les choses se déroulent quand même bien, lui signifier que je n’étais pas là pour lui faire la morale ou quoi que ce soit, mais je sentais que c’était loin d’être gagné.

_________________
Because I love you  Tu m'as rendu l'espoir, mon amour. Tu m'as enseigné qu'il était possible de retrouver la joie de vivre, malgré toute la douleur que l'on a pu connaître. - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Layali-Joy Blaze
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9549-blaze-layali-joy-si-tout-est-fini-moi-je-recommence http://www.your-family-tree.net/t9567-blaze-layali-joy-oui-mais-jamais-sans-moi
Pop corn !
❝ Métier : Lycéenne et modèle
❝ cupidon : n'est-ce pas ce bébé en couche culotte qui tire des flèches empoisonnées ?
❝ pseudo : PuddyPuddy
❝ crédits : pour le moment c'est moi
❝ avatar : Laneya Grace
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : je vais me calmer pour le moment =)
❝ Points : 1342
❝ Messages : 103
❝ depuis : 16/04/2016
❝ mes sujets : Dean BlazeJade BraxtonSarah-Jane HillsdoneLenaëlle MartinsCharly Wheeler

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Layali-Joy Blaze un Mer 25 Mai - 22:34
Feat
Lenaëlle Martins
et Layali-Joy Blaze
Une Babysitters ?! Mais quelle horreur !!
La babysitter est là et bien là. Maintenant que je l'ai fait entrer, impossible pour moi de la mettre à la porte. Maudit papa ! Avec le déménagement et tout ce qui venait de se passer dans la famille, cela faisait bien longtemps que mes parents n'étaient pas sortis rien que tous les deux. Et si je suis contente qu'ils puissent s'en donner l'occasion, je n'aurais pas pensé qu'ils auraient encore fait appelle à une dame pour me garder comme un bébé. Et pourquoi cette blonde inconnue ? Ils auraient put m'envoyer chez mon frère ou ma sœur retrouvés il y a peu. Après tout, ne sommes nous pas venus nous installer à Pasadena pour mieux apprendre à les connaître et passer du temps avec eux ? Ou bien était-ce l'idée de base et chacun aurait décliné… Ils n'ont peut être pas tellement apprécié leur petite sœur. J'ai sans doute été un peu collante avec eux lorsque je les ai rencontré… Il faut dire que cela fait treize que j'attends de ne plus être toute seule dans la famille. Alors c'était pour moi un cadeau. Peut être empoisonné pour eux !

En temps normal, je pense que j'aurais put apprécier cette jolie blonde. Mais mon humeur du moment m'empêche de vouloir en savoir plus sur elle. Je l'ai laissée entrer c'est déjà ça. Si je voulais vraiment être méchante, j'aurais put ignorer le message de mon père et l'abandonner devant la porte. Voire être encore plus peste en téléphonant à la police racontant n'importe quoi sur une dame restant devant ma porte alors que je me trouve seule à la maison. Mais cela aurait sans doute donné raison à mes parents sur le fait que je ne puisse rester toute seule. En y réfléchissant quelques minutes, le fait de laisser rentrer cette nounou, lui montrer que je me débrouille très bien sans elle, pourrait pencher dans la balance. J'espère bien qu'elle se rangera de mon côté quand viendra le moment d'exposer à maman et surtout papa, que je suis apte à ne plus avoir besoin de compagnie pour me garder.

Je lui ai fait faire le tour de la maison. Du moins, le tour du salon, salle à manger, cuisine. Finissant par la cuisine que nous retrouvons dans bordel sans nom. Car en effet, j'ai fait la cuisine. J'aime faire la cuisine, j'aime beaucoup moins ranger après ! Je préfère laisser cela à mes parents pendant que moi je me régale. Et là en l’occurrence, j'ai tenté de faire une pâte à crêpe. Quoi de mieux que des crêpes ? Je regarde Blondie me sourire. Son sourire est crispé, je sens que quelque chose la démange. Ce doit être le bordel régnant un peu partout que j'ai put faire en à peine quelques minutes qui doit l'embêter. Si elle n'aime pas le désordre, elle va être servi ce soir. Et encore, elle a de la chance qu'il ai plus d'animaux. Petit moment nostalgique en pensant à Tywy qui aurait adoré aller se rouler dans la boue avant de venir courir partout dans la maison, adorant venir se coucher sur le canapé. On y trouve encore la couverture qu'on lui réservait. Je me tourne vers elle, tout sourire.
« Oui, je voulais manger des crêpes. Tu aimes les crêpes ? »
Qu'elle aime ou pas, je ferais mes crêpes quoi qu'elle en dise.

Sur tout ça, je passe de l'autre côté du plan de travail pour aller sortir la poêle à crêpe. Je n'attends pas qu'elle me donne son avis, j'agis comme si je me trouvais seule à la maison. Je la place sur la plaque et cuisson que je viens d'allumer. Laissant la poêle sur la plaque chauffante, je vais chercher du beurre dans le frigo. Je dépose une noisette de ce beurre dans la poêle et c'est parti. Abandonnant la première crêpe à sa cuisson, je vais attraper une assiette dans laquelle je déposerais toutes les crêpes une fois qu'elles seront cuites. Mais lorsque je me retourne pour revenir à la cuisson avec mon assiette, je m’emmêle les pieds et je trébuche. Ma grande maladresse me perdra un jour. Tentant de me rattraper, j'emporte dans ma chute la poêle et tout se retrouve par terre avec moi. Cette première crêpe, je crois qu'on ne la mangera pas finalement. Je me redresse, observant la porcelaine de maman en mille morceau autour de moi et la poêle à mes côtés. Je me pose la question de savoir si j'ai mal quelque part. Je pense avoir eu beaucoup de chance que la poêle chaude ne me soit pas tombée dessus !
Jamais tu ne voudra revenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lenaëlle G. Martins
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9963-martins-lenaelle-everybody-deserves-a-second-chance http://www.your-family-tree.net/t9280-martins-lenaelle-where-s-this-life-that-we-have-lost-in-living
.
❝ Métier : Nounou dévouée à la petite marmaille de Lullaby & Aiden
❝ cupidon : Si la perfection existait, elle porterait ton nom. ♥
❝ post-it : Lieux de vie : Pasadena (0-8 ans), Denver (8-20 ans), Austin (20-28 ans), Pasadena (28 ans, aujourd'hui).
Particularités : Ancienne alcoolique, maniaque du ménage, maîtresse d'un chat et d'un chien.
Love : En couple avec Jensen depuis décembre 2015, habite avec lui depuis le printemps 2016.
Animaux : Un chien & un chat
Passe-temps : Lire des romans de Nicholas Sparks, le Sudoku, le tricot, dessiner des chatons.
❝ Age : 27
❝ pseudo : Mayiie
❝ crédits : (c) Mayiie & Tumblr
❝ avatar : Julianne Hough
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Demande-moi et on verra. ♥
❝ autres comptes : Kylian J. Hemsworth (feat. Jamie Dornan) - L'amoureux éperdu qui a décidé de redémarrer sa vie à zéro et peut-être récupérer sa fiancée du passé.
Jezabel M. Sanchez (feat. Sofia Vergara) - La Martha Stewart de sa génération qui aime sa famille plus que tout.
Bennett K. Morrigan feat. Julian Morris - L'ancien militaire qui tente de se définir dans cette nouvelle vie.
Breanna J. Hardy feat. Serinda Swan - L'actrice qui a quitté le rôle d'une vie pour arranger la sienne.
❝ Points : 1768
❝ Messages : 3035
❝ depuis : 11/04/2014
❝ mes sujets : AllieCaitlynCordéliaGraceJadeJayJensenJensenLayali-JoyLullabyRafaelSummerToi ?

Un petit plus
MY LIFE TREE:
There's no safer place for youthan here with me

There's no safer place for you
than here with me

mot doux de Lenaëlle G. Martins un Mar 31 Mai - 13:38
Layali-Joy & Lenaëlle
Comment ça, une nounou ?


Ce fut un  « Hum… Oui, j’aime bien. » un peu crispé que je servis à la demoiselle au moment où elle me demanda si j’aimais les crêpes. Après tout, qui n’aimait pas cela ? Personnellement, je ne connaissais pas grand-monde qui disait complètement détester les crêpes, raison étant, à mon avis, qu’il y avait toujours moyen de les adapter selon ses goûts. Certains préféraient les crêpes sucrées, avec des fruits, de la sauce et tout ce qui venait avec, tandis que d’autres préféraient celles plus salées, avec du jambon, du fromage et autres. De mon côté, je n’étais pas vraiment difficile mais surtout, cela dépendait du moment de la journée. Si c’était pour un repas plus consistant, une crêpe dite salée me semblait plus appropriée, mais pour un petit-déjeuner ou un dessert, je ne me faisais pas prier pour y ajouter de la confiture, du Nutella, bref, ce qui se trouvait là. Par contre, dans l’immédiat, je ne savais pas laquelle me ferait envie. À vrai dire, je ne savais même pas si cela me faisait envie, en réalité. Non pas parce que je pensais que la petite n’avait pas fait du bon boulot dans la préparation de sa pâte à crêpes, mais plutôt parce que pour moi, il n’était pas nécessaire de faire un tel gâchis pour une préparation de la sorte. Songeait-elle à nettoyer le tout une fois qu’elle aurait terminé ? Encore une fois, je n’avais pas envie d’être méchante, mais j’avais la drôle d’impression que non, elle ne le ferait pas, et cela était d’autant plus embêtant. Malgré tout, je ne dis rien de plus, et cela ne sembla pas vraiment affecter la demoiselle pour autant. Comme si je n’existais pas, comme si je ne lui avais jamais répondu, en réalité, elle se dirigea vers le plan de travail, commençant à faire cuire sa préparation de crêpes. Qu’étais-je supposé faire, de mon côté ? Cela ne me gênerait pas de lui donner un coup de main, non pas que je la croyais incapable, mais simplement pour être gentille. Mais voudrait-elle vraiment que je le fasse ? Depuis le début, j'avais la sensation qu’elle ne voulait pas que je sois là, donc bon… Peut-être ferais-je mieux de m’en tenir au fait de surveiller la maison, être là en cas de besoin, jusqu’à ce que ses parents rentrent ? Limite, cela me semblait être un meilleur plan, même si je n’étais pas prête à arriver à cette conclusion tout de suite. Après tout, ce n’était pas dans ma nature, m’asseoir et ne rien faire. Enfin, ce n’était pas dans ma nature non plus de m’occuper d’adolescentes, mais bon, il y avait une première fois à tout, n’est-ce pas ? Cependant, avant de poser quelconque geste, je décidai de rester dans la cuisine, histoire de voir si tout se passait bien, peut-être même tenter le coup et ranger un peu, un strict minimum. Au final, je me congratulai d’être restée sur place, puisque peu de temps après, le désastre survint. Enfin, désastre était peut-être là un grand mot, mais ce fut assez pour que je sursaute et que rapidement, je me porte au secours de la jeune Layali. Rapidement, je m’emparai de la poêle, qui, heureusement, ne l’avait pas heurtée, et je la mis sur le plan de travail, dans un endroit où je savais qu’elle ne continuerait pas à chauffer et qu’en plus, elle ne brûlerait rien, puisque même si la jeune demoiselle venait de commencer à les faire cuire, celle-ci devait être quand même plutôt chaude. Ensuite, c’est là que je vis soudainement la porcelaine autour, mais je compris que ce n’était clairement pas le moment de m’en horrifier. Non, pas du tout même, parce que la petite était encore au sol, et je savais que c’était sa sécurité qui prônait avant tout. Prudente, je m’approchai donc, et je demandai, toujours avec gentillesse:  « Est-ce que ça va ? » J’aurais bien voulu m’approcher un peu plus, histoire de l’aider à se relever pour le coup, mais la porcelaine et tout ce qui se trouvait au sol m’en empêchant, je jugeai qu’il était peut-être préférable de lui demander:  « Fais attention hein… Il y a un balai et un porte-poussière quelque part pour que je puisse enlever tout ça ? »

_________________
Because I love you  Tu m'as rendu l'espoir, mon amour. Tu m'as enseigné qu'il était possible de retrouver la joie de vivre, malgré toute la douleur que l'on a pu connaître. - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Layali-Joy Blaze
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9549-blaze-layali-joy-si-tout-est-fini-moi-je-recommence http://www.your-family-tree.net/t9567-blaze-layali-joy-oui-mais-jamais-sans-moi
Pop corn !
❝ Métier : Lycéenne et modèle
❝ cupidon : n'est-ce pas ce bébé en couche culotte qui tire des flèches empoisonnées ?
❝ pseudo : PuddyPuddy
❝ crédits : pour le moment c'est moi
❝ avatar : Laneya Grace
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : je vais me calmer pour le moment =)
❝ Points : 1342
❝ Messages : 103
❝ depuis : 16/04/2016
❝ mes sujets : Dean BlazeJade BraxtonSarah-Jane HillsdoneLenaëlle MartinsCharly Wheeler

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Layali-Joy Blaze un Dim 5 Juin - 11:54
Feat
Lenaëlle Martins
et Layali-Joy Blaze
Une Babysitters ?! Mais quelle horreur !!
Quand j'annonce avoir fait des crêpes pour le dîner ce soir, elle ne semble pas si emballée que ça par l'option que je lui propose pour le repas de cette soirée. Elle m'annonce pourtant aimer cela, mais sans être vraiment emballée à l'idée d'en faire tout un repas. Peut être aurait-elle préférée manger quelque chose qui aurait été un vrai repas. Est-ce ce type de dame qui fait attention à sa ligne ? De mon côté, je n'ai pas de problème au niveau de mon poids. De plus, il semblerait que j'ai une certaine facilité à dépenser tout ce que je mange, j'aurais même plus de problèmes à prendre quelques kilos que d'en perdre. Si aujourd'hui les médecins ne s'inquiètent plus vraiment, cela fait partie de mon métabolisme, lorsque j'étais plus jeune, certains ont put s'inquiéter de me voir parfois perdre jusqu'à 5 kilos entre deux visites. Et pourtant, mes parents peuvent vous le dire, j'ai toujours eu très bon appétit.
« Tu ne semble pas vraiment apprécier, tu aurais préféré autre chose ? Tu peux regarder dans les placards si tu veux quelque chose de plus équilibrer, tu fais peut être attention à ta ligne. »
Bon d'accord, je suis peut être un peu méchante avec la jeune femme alors qu'elle est là sur l'initiative de mes chers parents, mais ils auront le droit aussi à subir ma mauvaise humeur. C'est dommage, pour le moment ça tombe sur elle.

Je ne souhaitais pas que la dame me voit dans cette drôle de situation. Oui, je le sais bien, je suis une grande maladroite, et cela allait finir par arriver. Mais j'aurais souhaité, le temps de cette soirée, être moins empotée. Je commence à me demander si ce n'est pas à cause des deux pieds gauches que j'ai, que mes parents demandent encore à ces femmes adultes de venir me garder quand ils sortent. Mais est-ce vraiment utile que quelqu'un vienne me surveiller ? Je suis, certes, d'une grande maladresse, pourtant il ne m'est jamais arrivé rien de grave. En effet, je n'ai pas encore porté de plâtre, ni j'ai terminé à l'hôpital. Dans un sens, c'est une bonne chose, ça doit m'endurcir d'être si gauche. Enfin, là tout de suite, je me sens un peu nulle de ne pas avoir réussi à faire attention plus de cinq minutes. Quand ils rentreront, mes parents ne seront même pas étonnés d'apprendre que je suis encore tombée.

Dans ce désastre, j'ai quand même réussi à éviter le pire. Bon, d'accord, j'ai quand même cassé l'assiette de maman et il y a de la porcelaine partout autour de moi sur le sol de la cuisine. Et la poêle chaude avec la crêpe en cuisson ne sont pas passé très loin. Je regarde autour de moi, je n'ose pas vraiment bouger pour le moment, attendant d'évaluer l'état des dégâts. Et c'est mieux aussi, si en me relevant, je ne pose pas les mains où il ne faut pas. La poêle se trouvant quand même assez loin devant moi, aucun risque que je pose une main dessus. D'autant plus que voilà la jeune dame venu de l'autre côté du comptoir, qui ramasse l'appareil chaud me demandant comment ça va.
« C'est bon, ma mère ne dira rien pour sa vaisselle, elle a l'habitude que je la casse, ne t'inquiète pas pour ta paye, tu l'aura comme vous avez convenu. »
Je la repousse avec une certaine véhémence. Ayant déjà connu de nombreuses personnes embauchées pour me garder, la dernière n'était pas vraiment sympa avec moi lorsque je tombais. Je n'ai jamais voulu rapporter à mes parents qu'elle était si peu amicale, pensant vraiment qu'elle serait la dernière de la liste des nounous, et pourtant, en voilà une autre…

Me redressant doucement pour me mettre à genoux entourée par la porcelaine en morceau, j'observe la babysitter qui vient de me poser une question plutôt étrange.
« Un porte poussière ? Tu veux parler d'une pelle ? T'es bizarre toi »
Qui utilise encore ce mot ? Est-ce son dialecte d'origine ? Ou peut être est-ce qu'elle a plutôt l'habitude de travailler pour des gens plus riche que nous le sommes et alors ils parlent d'une façon plus soutenue que nous pouvons le faire. Enfin, je hausse les épaules, pas besoin de tout cela pour ramasser quelques morceaux de vaisselles. Je commence d'ailleurs à ramasser les plus gros morceau à la main et il suffira de finir le reste avec le petit aspirateur.
« Ne t'embête pas avec ce ''porte poussière'', je ne vais pas me couper, j'ai l'habitude »
Enfin, j'espère ne pas me couper.
Jamais tu ne voudra revenir !


Hrp : j'ai mit un peu de temps à te répondre, désolée, j'espère que ça te plaira, j'avoue que de mon côté, j'ai du mal à jouer les pestes avec ton personnage, je me sens mal pour elle >o<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lenaëlle G. Martins
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9963-martins-lenaelle-everybody-deserves-a-second-chance http://www.your-family-tree.net/t9280-martins-lenaelle-where-s-this-life-that-we-have-lost-in-living
.
❝ Métier : Nounou dévouée à la petite marmaille de Lullaby & Aiden
❝ cupidon : Si la perfection existait, elle porterait ton nom. ♥
❝ post-it : Lieux de vie : Pasadena (0-8 ans), Denver (8-20 ans), Austin (20-28 ans), Pasadena (28 ans, aujourd'hui).
Particularités : Ancienne alcoolique, maniaque du ménage, maîtresse d'un chat et d'un chien.
Love : En couple avec Jensen depuis décembre 2015, habite avec lui depuis le printemps 2016.
Animaux : Un chien & un chat
Passe-temps : Lire des romans de Nicholas Sparks, le Sudoku, le tricot, dessiner des chatons.
❝ Age : 27
❝ pseudo : Mayiie
❝ crédits : (c) Mayiie & Tumblr
❝ avatar : Julianne Hough
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Demande-moi et on verra. ♥
❝ autres comptes : Kylian J. Hemsworth (feat. Jamie Dornan) - L'amoureux éperdu qui a décidé de redémarrer sa vie à zéro et peut-être récupérer sa fiancée du passé.
Jezabel M. Sanchez (feat. Sofia Vergara) - La Martha Stewart de sa génération qui aime sa famille plus que tout.
Bennett K. Morrigan feat. Julian Morris - L'ancien militaire qui tente de se définir dans cette nouvelle vie.
Breanna J. Hardy feat. Serinda Swan - L'actrice qui a quitté le rôle d'une vie pour arranger la sienne.
❝ Points : 1768
❝ Messages : 3035
❝ depuis : 11/04/2014
❝ mes sujets : AllieCaitlynCordéliaGraceJadeJayJensenJensenLayali-JoyLullabyRafaelSummerToi ?

Un petit plus
MY LIFE TREE:
There's no safer place for youthan here with me

There's no safer place for you
than here with me

mot doux de Lenaëlle G. Martins un Ven 10 Juin - 2:40
Layali-Joy & Lenaëlle
Comment ça, une nounou ?


J’étais consciente que la situation n’était pas idéale pour la jeune demoiselle qui devait penser que d’avoir une nounou, même si c’était pour une soirée, à son âge était quelque peu absurde. Par contre, je n’étais pas placée pour dire quoi que ce soit, parce que mes employeurs étaient ses parents et non elle. De plus, je ne pouvais pas vraiment poser mon avis sur la question parce que non seulement, ce n’était pas à moi de prendre cette décision mais de plus, moi-même je n’avais pas eu le meilleur des exemples quand j’avais l’âge de la petite demoiselle, ma mère se moquant bien de me laisser avec une baby-sitter quand elle sortait le soir. Et puis, ce n’était pas vraiment le temps de décider si oui ou non c’était une bonne idée, la seule chose que je pouvais faire était de composer avec la situation, sauf que même si je voulais difficilement l’admettre, cela devenait de plus en plus complexe. Pourquoi ? Parce que visiblement, Layali n’était pas décidée à me laisser quelconque chance. D’abord avec tout ce qui s’était passé précédemment, puis finalement en se permettant de passer des commentaires qui, je n’allais pas le cacher, étaient plutôt désagréables. Enfin, je n’avais pas de problèmes de poids ou quoi que ce soit, donc je n’avais pas à me sentir complexée, mais de quel droit se permettait de dire un tel truc ? Était-ce comme ça tout le temps, ou bien c’était contre moi ? Que ce soit l’un ou l’autre, je décidai de ne pas répondre, histoire de ne pas envenimer les choses et surtout, me retrouver dans une situation gênante. Parce que j’avais tendance à être maladroite également, dans mes déplacements, dans mes mots, et je savais que mon genre serait de dire un truc de travers et ainsi, faire en sorte que cette soirée se passe encore plus mal qu’en ce moment. Me taisant donc, j’intervins seulement lorsque je vis la vaisselle par terre, me disant que le plus simple était de venir en aide à la demoiselle en ramassant la vaisselle, quelque chose comme cela. Je me disais qu’elle ne m’en voudrait pas, qu’il n’y avait pas place à passer un commentaire mais rapidement, je me rendis compte que je me trompais royalement. Même là, alors que je voulais simplement lui venir en aide, sans aucune autre intention mal placée ou quelque chose du genre, Layali trouva le moyen de me repousser, ayant également l’arrogance de parler de ma paye. SI seulement elle savait à quel point c’était le cadet de mes soucis, cette paye. Si jamais je tenais vraiment à cet argent, j’aurais fait des heures supplémentaires pour Lullaby et Aiden, je ne me serais pas cassée la tête. J’avais accepté essentiellement parce que cela me faisait plaisir de venir en aide lorsque je le pouvais et lorsque c’était dans mon champ d’expertise. Mais encore une fois, je décidai de ne pas céder à l’énervement. De toute façon, cela aurait été difficile, compte tenu que j’étais quasi exclusivement concentrée sur le fait que tout trainait au sol, que je ne voulais pas que Layali se blesse et qu’il ne reste pas un morceau de vaisselle qui ferait en sorte que quelqu’un d’autre se blesse au final. Et encore là, c’était moi qui étais bizarre ? Clairement, qu’importe ce que je ferais, cela ne changerait rien, j’en avais l’impression. Peut-être étais-je en train de tirer ces conclusions plutôt rapidement, mais quelque chose me disait que ce n’était clairement pas cette histoire de vaisselle cassée qui allait changer quelque chose. Pourquoi cela changerait justement ? J’avais beau être blonde, un peu naïve sur les bords, mais je l’avais bien compris qu’elle ne voulait pas me voir ici. Autrement, se serait-elle vraiment jouée de moi en m’enfermant à l’extérieur précédemment ? Soupirant doucement devant ce constat, j’en vins à faire quelque chose qui ne me plaisait pas du tout, mais malheureusement, c’était ce que je pensais être mon ultime option. Je me relevai, puis je dis, aussi calmement que possible:  « Bon, d’accord. » Je marquai une petite pause, le temps de m’éloigner en faisant attention où je mettais les pieds pour ne pas me blesser, après tout. Puis, toujours avec ce même calme, j’ajoutai:  « Si tu n’as pas besoin de moi, alors je serai au salon. Tu n’auras qu’à venir me voir si tu le souhaites. » Je me détestais intérieurement de faire une chose pareille, mais à ce point, pouvais-je vraiment faire autre chose ? Tout ce que j’espérais, c’était que ça n’allait pas se retourner contre moi, par exemple si jamais Layali décidait de raconter à ses parents que je n'en avais pas foutu une ou quelque chose comme cela. C’était contradictoire par rapport à ce qu’elle avait dit précédemment, mais bon, à ce point, je ne savais plus à quoi m’attendre, je ne savais pas quoi penser, je ne savais pas comment réagir. J’avais l’impression que peu importe ce que je ferais, j’allais me retrouver dans cette situation gênante qui me déplaisait grandement, même si pour le moment, je ne pouvais pas dire quoi que ce soit, ce qui rendait le tout encore plus frustrant. Sans patienter ou insister plus longtemps, je tournai les talons, puis je commençai à me diriger vers le salon, non sans toutefois jeter de temps à autre des coups d’oeil du côté de la cuisine pour m’assurer qu’effectivement, tout se passait bien. Rester en arrière-plan était suffisant pour moi, je n’allais pas totalement l’ignorer pour autant, cela ne se faisait pas à mon avis.


HJ:
 

_________________
Because I love you  Tu m'as rendu l'espoir, mon amour. Tu m'as enseigné qu'il était possible de retrouver la joie de vivre, malgré toute la douleur que l'on a pu connaître. - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Layali-Joy Blaze
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9549-blaze-layali-joy-si-tout-est-fini-moi-je-recommence http://www.your-family-tree.net/t9567-blaze-layali-joy-oui-mais-jamais-sans-moi
Pop corn !
❝ Métier : Lycéenne et modèle
❝ cupidon : n'est-ce pas ce bébé en couche culotte qui tire des flèches empoisonnées ?
❝ pseudo : PuddyPuddy
❝ crédits : pour le moment c'est moi
❝ avatar : Laneya Grace
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : je vais me calmer pour le moment =)
❝ Points : 1342
❝ Messages : 103
❝ depuis : 16/04/2016
❝ mes sujets : Dean BlazeJade BraxtonSarah-Jane HillsdoneLenaëlle MartinsCharly Wheeler

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Layali-Joy Blaze un Sam 11 Juin - 17:19
Feat
Lenaëlle Martins
et Layali-Joy Blaze
Une Babysitters ?! Mais quelle horreur !!
Jouer les pestes de la sorte ne me ressemblait pas du tout. Je sais que ce que je fais est mal et je me sens quand même un peu mal. Surtout face à cette dame, qui malgré tout ce que j'ai put faire contre, malgré tous les pics que j'ai put lui lancer, garde son calme et reste là. Je sais aussi qu'elle est là parce que mes parents lui ont demandé, faisant appelle à elle pour jouer les nounous, dans le fond elle n'y est pour rien si je ne passe pas la soirée seule comme je l'aurais préféré. Je sais bien qu'elle est ici parce que papa et maman vont la payer. Mais elle pourrait se contenter d'être sur le canapé, regarder la télé et c'est tout. Au contraire quand je me casse la figure, elle vient prêt de moi pour savoir comment je vais. Je l'ai repoussée comme je le fais depuis le début de la soirée. Car je suis en colère d'être encore gardée par une nounou à mon âge. Dans le fond, elle n'est pas fautive de cette situation, mais comme c'est elle qui est présente avec moi pour jouer les babysitters, c'est elle qui trinque et subit ma mauvaise humeur.

Papa a toujours dit que j'étais caractérielle. Autant quand tout va bien, je peux être une jeune fille adorable et plus encore. Et à l'inverse, quand quelque chose me contrarie, rien ne va plus. Ce n'est pas très souvent que je pique une colère car il m'en faut beaucoup. Je ne suis pas en colère ce soir, juste terriblement frustrée d'être considérée encore comme un bébé par mes parents et cette dame nounou. En fait, ce n'était pas vraiment contre elle que je me rebellais, mais contre l'idée d'être encore gardée à mon âge. Et malheureusement pour la jeune femme, ça tombait sur elle. Mais je devais garder à l'esprit que si je devenais gentille maintenant par regret de lui faire toutes ces petites méchancetés, mes parents feront de nouveaux appelle à elle la prochaine fois qu'ils se feront une soirée tous les deux. Il n'était pas encore temps de faiblir devant la gentillesse de la nounou. Le but ce soir, lui donner envie de ne pas revenir !

Je l'ai donc repoussée quand elle est venu vers moi après ma maladresse. Elle s'éloigna doucement, m'informant qu'elle serait dans le salon. Sa voix laissait entendre que c'en était de trop pour elle. Certes elle finira sa mission de garde ce soir, mais je suppose qu'elle n'aura pas cette envie de revenir. Enfin dans le doute… Finalement seule dans la cuisine, entourée de tous ces morceaux de vaisselle brisée, je prenais conscience de l'image affreuse que je donnais de moi à cette femme. J'aurais peut être du m'y prendre autrement. Plutôt que de songer à cette soirée comme d'un moment où je suis gardée, j'aurais put songer à la considérer comme une compagnie. Si je n'avais pas été immature, nous aurions put être amies en quelque sorte. On aurait passé une bonne soirée, on aurait rigolé. Je pensais m'amuser à lui jouer de sales tours et j'avoue qu'au début, cela m'amusait. Mais plus vraiment maintenant, car dans le fond, cette fille là, ce n'est pas moi. J'aime faire des blagues, certes, mais à des amis avec qui je pourrai rigoler de ces blagues.

Je me lève donc et ramasse la vaisselle cassée. Prenant les morceaux de porcelaine en main avant de les jeter dans la poubelle, je fais attention à ne pas me couper. Du moins pas de manière grave, car il est déjà trop tard, je me suis légèrement entaillé le pouce. Rien de bien grave, une petite coupure. Je passe mon doigt sous l'eau et comme c'est habituel avec moi, j'ouvre le tiroir où maman range les pansements pour un coller un sur le petit bobo. Une fois les dégâts réparés, je reprends la cuisson des crêpes. Je sors une nouvelle assiette qui ne termine pas par terre cette fois pour déposer les crêpes au fur et à mesure. Quand une vingtaine de crêpes sont cuites, je m'arrête trouvant que c'est déjà bien pour commencer à manger. Et je vais voir la jeune femme au salon.
« Je dois passer pour une affreuse jeune fille de treize et plutôt immature, j'en ai bien conscience, mais j'en ai marre d'être traitée comme un bébé par mes parents et j'étais en colère, c'est tombé sur toi… Tu veux une crêpe ? »
Je tends l'assiette vers elle, un peu pour me faire pardonner. Je ne suis pas certaine qu'elle voudra excuser mon comportement et elle en aurai tous les droits.
« Je ne t'ai même pas demandé comment tu t'appelais. »
Jamais tu ne voudra revenir !


Hrp : Rassure toi, ça ne vient ni de toi, ni te tes réponses que je trouve parfaite =) c'est juste que je me sens trop mal pour ton perso qui est si adorable, j'ose pas continuer de jouer la peste x) du coup j'ai un peu fait évoluer la situation, j'espère que ça te conviendra quand même ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lenaëlle G. Martins
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9963-martins-lenaelle-everybody-deserves-a-second-chance http://www.your-family-tree.net/t9280-martins-lenaelle-where-s-this-life-that-we-have-lost-in-living
.
❝ Métier : Nounou dévouée à la petite marmaille de Lullaby & Aiden
❝ cupidon : Si la perfection existait, elle porterait ton nom. ♥
❝ post-it : Lieux de vie : Pasadena (0-8 ans), Denver (8-20 ans), Austin (20-28 ans), Pasadena (28 ans, aujourd'hui).
Particularités : Ancienne alcoolique, maniaque du ménage, maîtresse d'un chat et d'un chien.
Love : En couple avec Jensen depuis décembre 2015, habite avec lui depuis le printemps 2016.
Animaux : Un chien & un chat
Passe-temps : Lire des romans de Nicholas Sparks, le Sudoku, le tricot, dessiner des chatons.
❝ Age : 27
❝ pseudo : Mayiie
❝ crédits : (c) Mayiie & Tumblr
❝ avatar : Julianne Hough
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Demande-moi et on verra. ♥
❝ autres comptes : Kylian J. Hemsworth (feat. Jamie Dornan) - L'amoureux éperdu qui a décidé de redémarrer sa vie à zéro et peut-être récupérer sa fiancée du passé.
Jezabel M. Sanchez (feat. Sofia Vergara) - La Martha Stewart de sa génération qui aime sa famille plus que tout.
Bennett K. Morrigan feat. Julian Morris - L'ancien militaire qui tente de se définir dans cette nouvelle vie.
Breanna J. Hardy feat. Serinda Swan - L'actrice qui a quitté le rôle d'une vie pour arranger la sienne.
❝ Points : 1768
❝ Messages : 3035
❝ depuis : 11/04/2014
❝ mes sujets : AllieCaitlynCordéliaGraceJadeJayJensenJensenLayali-JoyLullabyRafaelSummerToi ?

Un petit plus
MY LIFE TREE:
There's no safer place for youthan here with me

There's no safer place for you
than here with me

mot doux de Lenaëlle G. Martins un Mer 15 Juin - 16:21
Layali-Joy & Lenaëlle
Comment ça, une nounou ?


Tout le temps que j’entendis le bruit typique des morceaux de vaisselle qui s’entrechoquent, signifiant que quelqu’un est en train de la manipuler, je jetai des coups d’oeil du côté de la cuisine, m’assurant ainsi qu’un accident n’avait pas lieu. Mais je ne dis rien. Ce n’était pas l’envie qui me manquait de m’approcher et aider la demoiselle à terminer de ramasser son gâchis, mais je ne le fis pas. C’était ce que je lui avais promis, ce que je m’étais promis par la même occasion, et j’allais m’entêter à garder cette idée même si clairement, elle ne me plaisait pas. Enfin, ça ne me plaisait pas non plus d’avoir été repoussée de la sorte, rabaissée par une adolescente à qui je n’avais rien fait autre que me pointer chez elle à la demande de ses parents, sans lui exiger d’aller au lit ou quoi que ce soit du genre. Enfin, je ne pensais pas m’être montrée chiante ou quoi que ce soit en fait, si je me souvenais bien, je n’avais pas pu en placer une, mais bon, je n’en fis rien, encore une fois, me contentant de simplement rester là, regarder tant et aussi longtemps qu’elle n’eut pas terminé de tout ramasser. Quand je me rendis compte qu’elle en était maintenant à faire cuire ses fameuses crêpes, et que je compris qu’elle allait s’en sortir sans moi pour le coup - puisque même si je ne l’admettais pas à voix haute, elle semblait plutôt douée et débrouillarde en cuisine, juste un peu bordélique à mon goût, mais bon, ce n’était pas à moi de juger - je décidai de finalement porter mon attention ailleurs. Je voulus sortir mon téléphone portable, non pas pour me plaindre auprès de ses parents, mais seulement pour regarder mes messages, peut-être en envoyer un à mon petit-ami, bref, tout ce qui pourrait me calmer un peu, mais je me rendis compte, sitôt que je l’eus sorti de ma poche, que je n’y arriverais pas. Pourquoi ? Parce que malgré moi, je tremblais. Je ne saurais pas m’expliquer pourquoi précisément, je ne saurais pas dire si c’était le stress d’avoir été enfermée dehors, l’angoisse du gâchis, ou bien les mauvaises relations que nous semblions entretenir, Layali et moi-même, ou bien un mélange de tout cela. Rangeant donc tant bien que mal mon téléphone dans ma poche, je me contentai de m’asseoir sur le canapé, fixer un point devant moi, tenter de faire le vide dans ma tête, inspirer profondément et une fois calmée, trouver une solution à tout cela. Tout de suite, je me dis que tenter de faire en sorte que la petite demoiselle s’entende bien avec moi était à oublier. Je n’allais quand même pas lui proposer un film ou quelque chose du genre… Que ferait-elle ? M’enverrait-elle promener de nouveau ? Me repousserait-elle encore une fois ? Par contre, peut-être pouvais-je trouver une idée pour faire en sorte que nous soyons capables de cohabiter dans la même maison le temps d’une soirée ? Cette éventualité me semblait sitôt plus raisonnable, mais comment pourrais-je y parvenir ? Je n’eus pas le temps d’y réfléchir que soudainement, Layali-Joy revint vers moi. Sitôt, je me tendis, ne sachant pas trop ce qui allait se passer. Heureusement, j’eus le réflexe de me radoucir rapidement lorsque je me rendis compte qu’elle n’était pas là pour faire la guerre, mais au contraire, faire la paix. Je ne savais pas si c’était là parfaitement honnête de sa part, mais disons que je n’allais pas cracher dessus non plus, parce que cela signifiait que même si cela ne durait quelques minutes, au moins, nous aurions un petit temps de répit. Souriant doucement, je hochai la tête positivement, ajoutant à ce geste un:  « Oui, je veux bien. » pour lui signifier que cela me ferait plaisir de manger une crêpe avec elle. Après tout, elle avait été dans la cuisine un bon moment, je me doutais bien qu’elle n’en avait pas fait qu’une seule et qu’elle allait en manger également, il me semblait que c’était là de la pure logique. Prenant entre mes mains l’assiette qu’elle me tendit, je me levai du canapé, me disant que ce serait peut-être mieux de la déposer sur la table pour manger là où c’était le plus approprié, histoire d’éviter un nouveau gâchis. Cependant, cela ne m’empêcha pas de porter mon attention vers la demoiselle, puis rire doucement à son nouveau propos pour lui montrer que ça aussi, ce n’était pas un drame. Pour tout dire, je n’y avais pas fait gaffe, comme si je prenais pour acquis que ses parents le lui avaient dit mais bon, puisque ce n’était pas le cas, autant rectifier le tir en lui disant:  « Je m’appelle Lenaëlle. » Puis, après une brève pause, plutôt que d’imposer quoi que ce soit, histoire de ne pas ruiner cette bonne entente pour le coup, je dis:  « Tu veux manger où ? », surtout qu’après tout, c’était elle, en quelques sortes, la maîtresse de la maison et bon, à mon avis, elle était assez vieille pour décider où manger, surtout qu’en plus, c’était elle qui avait préparé tout ça, et cela me semblait être un succès, comme je le lui signifiai en me permettant de lui dire:  « Elles semblent délicieuses, tes crêpes. »

Spoiler:
 

_________________
Because I love you  Tu m'as rendu l'espoir, mon amour. Tu m'as enseigné qu'il était possible de retrouver la joie de vivre, malgré toute la douleur que l'on a pu connaître. - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !


mot doux de Contenu sponsorisé ► un
Revenir en haut Aller en bas
 

Comment ça une nounou ? (Feat Lenaëlle ♥)


→ YOUR FAMILY TREE :: Pasadena ouvre ses portes le soleil et la ville :: Au sud de la ville :: Les toits du sud de Pasadena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-