holden&pearl → les fantômes de nos vies ressurgissent toujours un jour même quand on les évite !
l'avatar des scénarios ou membres des familles
sont totalement discutables pour autant qu'ils ne soient pas dans le bottin !
Venez car plus on est de fous et plus on rit, non ?
Chocolat et guimauves en cadeaux !
bonjour les YFTiens
et pleins de calins pour vous ainsi que tout notre amour !

Partagez | .
 

holden&pearl → les fantômes de nos vies ressurgissent toujours un jour même quand on les évite !


→ YOUR FAMILY TREE :: Pasadena ouvre ses portes le soleil et la ville :: Au centre de la ville :: La paroisse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Dim 17 Avr - 19:52

Pearl & holdenles fantômes de nos vies ressurgissent toujours
un jour même quand on les évite !

Les choses commençaient à se corser depuis mon arrivée. Je n’aurais jamais crue avoir encore envie de fuir depuis que j’étais là. Non jamais. J’étais bien. J’aimais le faire de me sentir en sécurité qu’importe où je vais et de ne pas savoir qu’un démon du passé pourrait vouloir me kidnapper. Personne ne savait qui j’étais ou ne pouvait vouloir en profiter. Bien sûr je n’avais pas officiellement changée de nom mais j’utilisais mon nom de naissance en général. Sauf que oui, les choses se corsent alors que j’allais à la boulangerie comme tous les matins. Pleins de choses à faire dans la journée. Je passais par la librairie enfin le marchand de journaux et une photo attirait mon regard. Normalement, je m’en fiche des journaux. Je ne regarde pas non plus vraiment le journal parlé enfin si mais pas le journal local. Je préfère les animations amusantes à la radio également. Je ne reste pas enfermée dans une ignorance totale. Mais quel était cette photo si ce n’est celle du nouveau maire ? Je palissais alors que je voyais le visage de l’homme qui n’est d’autres que mon père. Je m’approchais du stand et ne regardant même pas le vendeur. Non. Même pas. « Ça va mademoiselle ? », me demandait-il alors que j’étais blanche comme… enfin la poudre à lessiver bien qu’elle ne soit pas toujours blanche. Je pense. J’inspirais doucement en relevant à peine le regard vers le vieil homme. Je reposais aussitôt celui-ci faire le paquet de journaux et je prenais le premier sur la pile en regardant alors le gros titre. LE NOUVEAU MAIRE, QUI EST-IL ? Non mais ? C’était quoi ce bordel. Je fronçais le sourcil en relevant le regard vers le vendeur. « C’est vraiment le nouveau maire cet homme ? », il riait ce vendeur. Devait-il me prendre pour une idiote qui se peinture les ongles avec des chansons de Selena Gomez au lieu de lire les journaux ? Sûrement. « Bien sûr et ce depuis bientôt 2 mois, je pense ! », disait-il tandis que je ne savais pas comment réagir à cette annonce. J’en devenais presque encore plus blanche si cela en était possible. Je riais nerveusement en reposant mon regard vers le journal. « Intéressant ! », soufflais-je alors à moi-même en lisant les premières lignes de l’article. Je ne voyais rien sur moi. Les gens ne devaient sûrement pas savoir encore s’il avait des enfants ou même une femme enfin il avait même une maitresse mais elle est morte. Je me pinçais doucement les lèvres en relevant le regard vers le vendeur de journaux qui m’observait encore. « Cela semble réellement vous choquer, vous le connaissez ? », demandait-il alors qu’il fronçait les sourcils un peu trop nombreux et gris qu’il avait. De son allure, il me faisait réellement penser au papa de Belle dans le Disney de la belle et la bête en plus grand et moins rondouillet. « On peut dire ça ! », disais-je avant de lui sourire. « Je vous le prend ! », disais-je tandis que je pliais le journal pour le mettre entre mon bras et mon buste, bien coincé par mon coude. J’allais avec ma main libre dans ma poche pour sortir un billet et payant alors le vendeur. Normalement je ne l’aurais pas acheté mais il me semblait sympathique puis on a tous des bouches à nourrir. Oui, j’étais comme ça prête à acheter sans en avoir le besoin pour aider les autres. Je lui offrais un dernier sourire quand il me rendait ma monnaie et je m’éloignais avant de rouvrir le journal, finissant mon article tandis que je traversais la rue pour aller à la boulangerie. Je ne regardais pas vraiment devant moi, une voiture freinant pour m’éviter et par chance, pas un bobo. Je remerciais le conducteur d’un signe de tête mais je ne voyais pas son visage à cause du reflet d’un rayon de soleil sur son pare-brise. J’allais chercher mon pain et quelques pâtisseries avant d’aller continuer le long de la rue à quelques pâtés de maison. Lisant encore le journal bien que j’avais arrêtée pour passer ma commande, je relevais à nouveau le regard pour contempler cette paroisse. J’y avais rapidement mis les pieds quelques fois. En fait, j’aimais bien venir à l’église juste pour penser à maman. Je n’avais pas sa tombe donc c’était à peu près tout ce que j’avais. Je rentrais, marchant le long de l’allée. Je n’étais pas là pour elle. Non. Mais ça me faisait toujours bizarre. Mes ballerines frôlant le sol alors que je n’osais même pas lever le pied de peur de déranger la femme de ménage, je m’approchais d’une porte qui menait aux bureaux. Je la poussais sans trop savoir si j’en avais le droit, regardant avec timidité à chacun de mes pas si je trouvais quelqu’un. J’aurais pu demander des renseignements à la femme de ménage mais sérieusement ? Elle avait sûrement mieux à faire que de guider une personne aussi paumée que moi. Je posais un regard rapidement vers mon journal, je regardais alors la photo du maire à nouveau. Je soupirais doucement. Je me demandais s’il avait déjà rencontré le pasteur que je venais voir. Non pas par ce qu’il est pasteur mais par ce que j’ai quelque chose pour lui. Je me sentais stupide à être là aussi mais bon. Il n’y avait personne, j’étais seule… mais des pas arrivaient non loin. J’avais presque envie de me cacher comme une voleuse. Une voix dans les couloirs. Etais-ce lui ? Je n’avais jamais entendue sa voix enfin pas d’assez près que pour la reconnaitre. Je me cachais sans vraiment savoir pourquoi derrière une poutre. Je n’étais peut-être pas légale dans ma présence. Avais-je le droit d’entrer comme ça dans un couloir de la paroisse ? Je n’en savais rien. Je ne connaissais pas assez cet endroit pourtant j’étais là pour le voir alors pourquoi me cacher de lui. Je me sentais stupide, grognant dans mon coin. « T’es vraiment idiote, Pearl ! », me disais-je à moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Holden J. Jones
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t342-grip-tight-hum-laugh-cry http://www.your-family-tree.net/t5084-holden-i-could-see-for-miles

❝ Métier : pasteur + propriétaire de la station de radio de pasadena et d'un label de musique
❝ cupidon : veuf
❝ crédits : endlessly epic + tumblr
❝ avatar : Robert Downey Jr
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ autres comptes : aaron, declan & rafael
❝ Points : 1326
❝ Messages : 2839
❝ depuis : 19/03/2014

Un petit plus
MY LIFE TREE:
parce que papajoneselle n'a pas encore son rang ♥

parce que papajones
elle n'a pas encore son rang

mot doux de Holden J. Jones un Dim 15 Mai - 13:31
holden & pearl
les fantômes de nos vies ressurgissent toujours un jour même quand on les évite
Holden ne savait pas vraiment ce qu'il cherchait. Non, c'était faux. C'était plutôt ce qu'il cherchait à éviter. Passer le plus clair de son temps au boulot, à l'église, avait to ujours été monnaie courante chez Holden. Passionné par son job et ne comptant pas ses heures, il lui était arrivé de nombreuses fois de rentrer plus tard que voulu chez lui. Mais Jane l'y attendait. Ses enfants l'y attendait. C'était différent désormais. Seuls Andrew et Grace vivaient encore dans la demeure familiale, mais multipliaient les aller-retours, occupés par leur vie de jeunes adultes. Puis il y avait Eliott. Qu'Holden laissait bien trop avec la nourrice ces jours-ci à cause du boulot. Le pasteur pouvait sentir la honte pulser dans ses veines. Jamais de sa vie il n'avait négligé ses enfants, et voilà qu'il commençait? Il y avait juste quelque chose d'extrêmement douloureux dans le fait de se retrouver seul chez lui avec son bébé qui était encore bien trop jeune pour comprendre que la moitié de son monde s'était déjà écroulé. Bien sur il avait ressenti l'absence de sa mère, devenant parfois inconsolable à attendre une paire de bras qui ne viendrait plus jamais. Holden se sentait tellement impuissant. Il fallait qu'il se reprenne, qu'il lève un peu le pied de la pédale et prenne du temps pour se reconstruire au lieu d'éviter la chose en se noyant dans le travail. Ok. Holden était dans son bureau, l'église étant vide en l'instant présent. Cela lui laissait le temps de ranger. C'était idiot, mais ces dernières semaines il n'avait pas eu la force de faire grand-chose, encore moins de faire du ménage! Son bureau était jonché de documents plus ou moins importants, côtoyant les emballages plastiques des snacks qui avaient constitués la majorité de ses repas ces derniers jours. Une fois à court de broutilles à faire pour occuper son esprit, Holden estima qu'il était temps de faire un tour dans les parties communes histoire de voir si quelqu'un était là. Sinon, peut être allait-il rentrer chez lui, profiter du reste de la journée pour passer un peu de temps avec son fils. La porte du bureau se referma silencieusement derrière lui, ses pas tout aussi discret dans le couloir le menant au cœur de l'église. Il était rare qu'il y croise quelqu'un. Il n'y avait pas beaucoup de monde amenés à emprunter ce chemin de toute manière, à part quelques bénévoles. Si bien qu'il leva quelque peu la tête, un bruit captant son attention. Le frottement d'une chaussure contre le sol, le froissement des vêtements après un mouvement brusque. Holden ralentit la cadence légèrement, tendant l'oreille. Rien. Voilà qu'il entendait des choses maintenant. Alors il continua son chemin, et franchement il aurait peut être dû plus prêter attention, cela lui aurait évité de risquer une crise cardiaque. Puisqu'en passant près d'une poutre, il pivota la tête pour une raison quelconque et sentit son cœur manquer un battement en remarquant une silhouette. Il fit un bon bond en arrière, sa main se levant automatiquement jusqu'à sa poitrine comme pour empêcher son cœur de s'en extraire. Ce n'était qu'une jeune fille, réalisa-t-il une fois la surprise passée. Sans doute n'allait-elle pas le poignarder au sein de sa propre église, ajoutant une énième touche macabre à l'arbre familial des Jones. « Vous m'avez fait peur !» dit-il à défaut d'autre chose. Que faisait-elle là? Holden ne l'avait jamais vu auparavant. Il n'était pas particulièrement inquiet de la voir dans cette partie de l'église, après tout il n'y avait pas grand-chose de valeur à y voler, mais tout de même. « Qu'est-ce que vous faites ici à vous cacher? » demanda-t-il, sans jugement dans sa voix. Après tout peut être avait-elle une bonne raison. Peut être quelqu'un la pourchassait-elle et l'église avait été la cachette la plus proche? Allez savoir.

_________________


you speak of destiny
as if it was fixed ✻ the stars, the moon, they have all been blown out. then I heard your heart beating, you were in the darkness too, so I stayed in the darkness with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

holden&pearl → les fantômes de nos vies ressurgissent toujours un jour même quand on les évite !


→ YOUR FAMILY TREE :: Pasadena ouvre ses portes le soleil et la ville :: Au centre de la ville :: La paroisse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-