GRANT&BILLIE → punaise mais ça pue quand tu passes par les toilettes...
l'avatar des scénarios ou membres des familles
sont totalement discutables pour autant qu'ils ne soient pas dans le bottin !
Venez car plus on est de fous et plus on rit, non ?
Chocolat et guimauves en cadeaux !
bonjour les YFTiens
et pleins de calins pour vous ainsi que tout notre amour !

Partagez | .
 

GRANT&BILLIE → punaise mais ça pue quand tu passes par les toilettes...


→ YOUR FAMILY TREE :: Pasadena ouvre ses portes le soleil et la ville :: A l'ouest de la ville :: Les toits de l'ouest de Pasadena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Lun 7 Mar - 13:04

billie & grantpunaise mais ça pue quand tu passes par les toilettes...
Je ne savais pas vraiment ou j’allais avec les Miller. Droit dans un mur ? Je voulais m’en rapprocher ou du moins laisser mes enfants s’en rapprocher. Ils avaient perdus des grands-parents et même si Brownie ne les avait jamais connus, il en avait besoin alors que Dawn avait été la fille de mes parents pendant des années. Je ne voulais pas les empêcher d’avoir de la famille. Je me sentais presque égoïste si je le faisais mais moi ? J’avais peur. Je ne savais pas vraiment quoi faire. Je n’avais même pas rencontrée mes autres frères et sœurs. Juste Grant. Il paraitrait même que Aurora ai fait de la prison. Je ne savais pas non plus quoi en penser. C’était étrange. Je ne voulais pas la juger de ça, je n’avais que des bribes de l’histoire et ce n’était pas facile de se faire une idée sans la connaitre mais dans un sens, j’avais peur. Réellement peur de me rapprocher d’inconnus. J’avais la même sensation avec Simon mais c’était différent. Lui ne m’avait jamais menti pendant des mois en sachant que j’étais sa fille. Lui m’avait accepté et sauvé la vie. Enfin c’était plus compliqué que ça mais bien plus facile qu’avec les Miller. Enfin bref, on s’en fout, non ? Pas vraiment. Je venais de garer ma voiture pile devant la maison des Millers, je sortais enfin prête à me dire : tu vas y aller seule et te rapprocher d’elle sans tes enfants ? Oui, voilà enfin c’était un peu ça. Je montais les marches des escaliers une à une. J’étais nerveuse. Totalement nerveuse et prête à exploser à cause de ça. Je sentais la lavande qui était plantée à côté de la porte. Ça sentait tellement bon que j’en avais les sens retournés. J’adorais ce parfum mais ça c’était… loin d’être suffisant pour que je me sente bien dans cette maison qui n’était même pas la mienne. Je frappais alors à la porte mais elle semblait ouverte. Inquiète, je rentrais enfin du moins je passais la tête et une jambe. « Hello ! Il y a quelqu'un ? », disais-je alors que je ne me sentais pas du tout en confiance. Et si Diego ou Aurora passait devant moi ? J’allais dire quoi ? J’allais faire quoi ? Je n’en savais rien. Je n’osais même pas entrer un peu plus mais je me souvenais qu’elle avait dit qu’en général, je devais faire comme chez moi sauf qu’en général, il n’y avait pas les enfants d’Anastasya dans le coin. Ils étaient absents quand je venais. Je sentais une boule dans le ventre tandis que j’entrais un peu plus. Je laissais mes ballerines frapper le sol mais comme je n’avais pas de talons autant dire que c’était inutile. Je rentrais dans le salon, allant vers la cuisine ou je semblais entendre du bruit mais non ce n’était rien que le four à microonde qui sonnait fonctionnait. Je sursautais d’ailleurs aussitôt qu’il sonnait tandis qu’en même temps un bruit de chasse tirée se fit entendre. Non. Une chasse ? Non les toilettes ? Paniquée à l’idée de tomber sur Aurore ou Diego, je me mettais à courir vers la sortie sans même savoir ou étaient les toilettes mais quand je sortais du salon, une porte me ravalait la façade. J’en chutais sur le cul mais aussi sur le dos. Une douleur violente qui s’atténuait assez rapidement s’éprit de moi. Je grimaçais doucement, n’ayant même pas le temps de paniquer que je me redressais, un peu sonnée. Je relevais mon regard vers cette porte, sentant aussi la fraicheur de printemps des toilettes. Ou pas. C’était sûrement le général caca qui était passé sortir direction la cuvette. Enfin je pense à l’odeur. Je me redressais sans demander ou attendre de l’aide afin de me mettre debout. Je me relevais, regardant alors cette personne face à moi. Soulagée. Oui, soulagée, je laissais échapper un soupir de soulagement. « Ouf, ce n’est que toi ! », disais-je alors que j’avais aussitôt peur qu’il interprète mal. « Désolée, la porte était ouverte et j’entendais du bruit, je me suis inquiétée mais j’avais peur de rencontrer Diego ou Aurora… », disais-je alors un peu honteuse. « Je ne les ai pas encore rencontré… ta mère hésite encore… », disais-je en soupirant avant de passer une main dans mes cheveux. Pourquoi j’avais dit « Ta » au lieu de notre ? Aucunes idées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Grant W. Miller
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t7593-miller-grant-legend-of-zelda-symphony-of-the-goddesses-je-ne-suis-pas-un-jeu-video-mais-les-secondes-sont-comme-des-notes-les-jours-des-partitions-et-ma-vie-simplement-une-symphonie-et-au-final-je-vis-tout-autant-d-aventures http://www.your-family-tree.net/t7654-miller-grant-requiescat-in-pace

❝ Métier : Compositeur de musique de film et jeux vidéo en essor, DJ réputé du plump club et professeur privé de musique
❝ cupidon : Mon cœur est aussi myope que mes yeux, il lui faudra plus qu'une prescription pour qu'il voit ce qui l'entour !
❝ post-it : Life, he realize, was much like a song. In the beginning there is mystery, in the end there is confirmation, but it's in the middle where all the emotion resides to make the whole thing worthwhile.


Né dans le Nebraska ▬ A grandit à Pasadena ▬ A fait le lycée en internat dans le Michigan, il ignore que c'est pour fuir la famille de sa mère ▬ A étudié à la Berklee College of Music à Boston pendant l'Université ▬ Un véritable prodige de la musique ▬ Reconnu dans le domaine de la musique, il est une célébrité en tant que DJ et sur les réseaux sociaux ▬ Une catastrophe avec les filles ▬ Myope comme une taupe, mais les lentilles lui donne des migraines ▬ Déteste la noix de coco, le gel de douche parfumé, les étiquettes qu'on peut donner aux personnes... ▬ Aime faire l'idiot, raffole de la pizza hawaïenne ▬ Connaît toutes les répliques de films qu'il considère comme des classiques du cinéma par cœur ▬ Était jusqu'à ses vingt-six ans puceau, mais voilà qu'il a atteint la ligue majeur... Même si en amour il reste un flop ! ▬ Fin juin 2016, il se fait agresser par un fan de sa meilleure amie chez elle durant une tempête


✻ ✻ ✻

❝ pseudo : monocle.
❝ crédits : @vava chounette @gif tumblr
❝ avatar : Grant Gustin
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Demandez ♥ [CLOSED]
❝ autres comptes : AIDEN ▬ (a.levine) l'ancien soldat qui se console en parlant aux écureuils. CARTER ▬ (a.kendrick) celle qui parle avec les aliens, mais qui ont pas pu l'avertir de se méfier de vegas ! ALVIN ▬ (m.bomer) l'agent du fbi qui tente de sauver sa vie avec des moyens quelques peu compromettant. JONAS ▬ (r.amell) l'étudiant qui vit de câlin et de spacecake ! DEVON ▬ (k.graham) la magicienne qui fuit sa famille. JAMIE ▬ (d.gillies) le cancérologue qui souhaite sauver les gens comme sa soeur. GWEN ▬ (s.johansson) la jeune femme qui a vécu un peu partout.

anciennement : baptist ▬ parti travailler en Afrique
❝ Points : 1421
❝ Messages : 2918
❝ depuis : 24/08/2014
❝ mes sujets : declannathanaelmegdawnshanabilliejadeaverydiegoaveryand You ?

Un petit plus
MY LIFE TREE:
Legend of GrantSymphony of the Goddesses✽✽✽

Legend of Grant
Symphony of the Goddesses
✽✽✽

mot doux de Grant W. Miller un Sam 26 Mar - 15:33

billie & grantpunaise mais ça pue quand tu passes par les toilettes...
Déposant le restant du dîner d’hier sans doute dans le four micro-onde, je mettais la minuterie. Je n’avais pas trop l’habitude de venir chez ma mère. J’avais beau avoir grandi avec elle, depuis mon internat j’avais quelque peu perdu ma place dans cette maison. Éloigner de cette famille, je ne trouvais pas toujours cette demeure comme mon chez moi, mais bon. Je faisais l’effort que ma mère souhaitait me voir faire, mais j’avais du mal à me servir un verre d’eau sans son accord, et c’est peu dire. Seulement, cette fois, j’étais chez elle alors qu’il n’y avait personne. J’étais venu la dépanner comme elle attendait de nouveau meuble, il devait y avoir quelqu’un à la maison. Et il semblait que j’étais le seul libre, j’avais dû réduire ma nuit de sommeil pour arriver avant qu’elle ne parte à la galerie. Elle m’avait donc expliqué que je pouvais me trouver de quoi manger dans le frigo, de l’argent pour le pourboire des livreurs et les heures entre lesquels ils devraient passer. Je ne savais pas trop quoi faire, mais j’avais passé l’avant-midi assis au piano qui se trouvait dans le salon. C’était à peu près tout ce que je m’autorisais à toucher sachant qu’à la base c’était le mien, mais n’ayant pas assez de place dans mon appartement, il était resté ici. J’avais arrêté de jouer quand on était venu sonner à la porte, je m’attendais à ce que ce soit les livreurs, mais non un témoin de Jéhovah… J’avais réussi à le faire fuir en lui demande toujours plus sur le sujet et posant des arguments qui finalement l’avait mis mal à l’aise. Ma mère pouvait être certaine qu’il ne frapperait plus à sa porte. Mais puisque j’avais été déranger, je me disais que c’était peut-être l’heure de manger quelque chose. C’est ainsi que je me retrouvais devant le four micro-onde à y mettre mon repas. J’en profitais aussi pour faire un saut à la toilette. Ce qui j’y faisais ne tenait qu’à moi, mais après avoir laver mes mains, j’ouvrais la porte. Un bam résonnait aussitôt et m’arrêtant dans mon mouvement, je tournais la tête pour chercher la provenance de ce son. Ce n’est pas un son très commun ! Sortant un peu plus de la salle de bain, je baissais mon regard sur une silhouette par terre. Je pensais être seul, mais faut croire que non ! À moins que ce ne soit l’invasion des gobelins ! Ils s’évadent des réfrigérateurs après avoir subi de l’esclavagisme. Mais non ! Ce n’était que Billie, ma demi-sœur. Alors qu’elle se relevait après ce sacré coup, je fermais la porte de la salle de bain. Glissant mes mains dans mes poches, j’haussais un sourcil en la regardant. Que moi ? Devais-je mal le prendre ? Je tournais la tête pour regarder la porte, j’avais du mal la fermer après la visite du témoin de Jéhovah. Glissant mes mains dans mes poches, je la regardais m’expliquer ses craintes. Ça m’était déjà arrivé de croire que ma mère voulait nous présenter Billie, mais finalement j’avais mal interprété ses propos. En même temps, elle ignorait que j’étais au courant ou si elle le savait elle ne m’en avait pas parler. Seulement, moi au lieu de prendre la poudre d’escampette, j’avais filé tout droit chez Billie dans l’intention de voir avec elle comment agir si on venait à être présenter. Au final, je ne l’avais pas vu et c’est Shana qui avait croiser mon chemin. Dire que ce jour-là j’avais été dépucelé… Remémorant ce souvenir, je sentais mes joues devenir rouge et je m’empressais de passer ma main sur mon visage. « T’en fais pas y’a personne à la maison, enfin sauf moi. » Je posais mon regard sur elle. « Je ne sais pas, elle ne m’a jamais parler de toi non plus… Donc je peux pas savoir si elle hésite ou non. » J’haussais les épaules, tout en glissant à nouveau ma main dans ma poche de pantalon. « J’ai bien cru qu’elle le ferait y’a quelques semaines, mais non c’était une fausse alerte. Je dois bien admettre que je commence à avoir hâte qu’elle lâche le morceau, parce que même moi je ne sais pas trop comment agir vis-à-vis de cette situation. » Un sourire en coin prenait place sur mes lèvres, puis je posais mon regard sur son front. « D’ailleurs ça va la tête ? Tu ne t’es pas raté en entrant dans la porte. » Je laissais mon sourire s’étirer. « Et il faudra revoir tes évasions, parce que franchement là c’est assez moche. » Je riais légèrement, avant de voir que mes mots pouvaient être interprété différemment. « Enfin, je ne veux pas dire que tu es moche, seulement ton évasion. » C’est à ce moment-là que je me dis que je ferais mieux de fermer ma gueule. « Tu as faim ? » Techniquement numéro un pour changer de sujet et camoufler l’embarras !

_________________

Sometimes to make a choice seems to be simple when it is not us whom it concerns. When it's our turn, everything complicates and although we want to hurt nobody, it is inevitable that a person suffers and it is nevertheless what we try to avoid as much as possible. Why everything is not simply easy ? Why we cannot live without knowing the disappointment ? I would nevertheless like to keep blindly and to have them both near me. Is it too much asked? I well think so, but if I had to make a choice, I believe that I preferred to avoid that to make it one of her sad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !

Invité
mot doux de Invité ► un Mer 6 Avr - 22:46

billie & grantpunaise mais ça pue quand tu passes par les toilettes...
Non mais cette maison, c’était. Je n’en savais rien. Une part de moi se disait que j’avais ratée ça et une autre ? Elle se disait simplement que c’était peut-être mieux car elle était aussi grande que celle de mes parents et donc. D’ailleurs je vous ai dit qu’il fallait que je la vende ? Et mon héritage ? Je ne voulais pas y toucher. Vraiment pas. Et là, je me retrouvais dans cette maison, je priais pour que les personnes qui ne crient pas au voleur arrive avec une hache pour me faire la peau. J’étais mine de rien chez des inconnus pour une bonne partie de la famille. Enfin je crois. J’inspirais doucement tandis que je regardais cet homme qui était mon grand frère face à moi. JE passais la main dans mes cheveux, honteuse. Je l’écoutais me dire qu’il n’y avait personne, soulagée je laissais échapper un léger soupire. « Ouf ! », concluais-je même si dans le fond, fallait que ça arrive un jour. Je l’écoutais avec attention passer du coq à l’âne comme je le faisais souvent en parler du secret que notre maman gardait. Notre mère. C’était tellement étrange enfin ça sonnait encore étrange à mes yeux mais le dire était encore plus bizarre. Je lui souriais quand il disait ne pas savoir comment agir car moi non plus. Comment agir après tout ? Pas moyen d’agir dans ce genre de situation. On n’a pas de secrets. « Je comprends ! », disais-je alors qu’il regardait mon front, j’avais peur d’avoir un gros cochon sur ma tête enfin une bosse quoi. Vous me comprenez. Je riais nerveusement en haussant les épaules avant de mettre la main dessus. Je grimaçais. « Ça devrait le faire… », Même si je me disais qu’une poche de glace ne serait pas de refus mais je ne me sentais pas encore assez à l’aise pour lui demander ou aller en chercher une. Je l’écoutais dire que c’était moche et même se rattraper de peur que je pense qu’il dise que j’étais moche. J’en riais doucement et sa question presque soudainement quant à savoir si j’avais faim m’amusait un peu plus. « T’es nerveux d’être face à ta petite sœur que tu ne connais pas vraiment ou c’est naturel chez toi ? », lui demandais-je d’un air amusé. « J’ai faim sans avoir faim mais mon front a envie de glace… même si j’ignore si ça se fait de demander de la glace à notre grand frère inconnu, c’est un truc qui se fait ? », lui demandais-je avec un air interrogateur tandis que je relevais les manches de mon cardigan en regardant autour de moi. J’avais déjà vue cette maison mais je la découvrais un peu plus à chaque fois. J’haussais doucement les épaules. « Au fait… en passant si tu me trouves moches, je te ferais signaler qu’on se ressemble quand même un peu ! », lui annonçais-je d’un air sournois en lui souriant doucement tandis que je me rapprochais en me pinçant le nez. « Mais on ne sent pas tous les deux la rose ! », commentais-je autant moqueuse qu’au départ. Vilaine ? Vous avez dit vilaine ? Moi ? Mais pas du tout. Je lui offrais un doux sourire en penchant la tête. « Je ne sais pas trop quand elle le dira mais je me dis… non pas pour prendre sa défense mais ça doit être difficile, faut lui laisser du temps, je pense… Je ne veux pas lui mettre la pression non plus même si venir en cachette et la laisser connaitre mes enfants en cachette n’est pas un choix facile à faire… c’est comme si elle me repoussait de vous… les repoussait aussi de vous-même si je sais que ce n’est pas ça… », je riais nerveusement. « Parfois ça peut être vexant ! », lui commentais-je en secouant doucement la tête. « Mais qu’importe, je suis contente de te voir… faut dire qu’on n’a pas eu la chance d’en parler depuis que enfin tu sais ! », disais-je en souriant. Je parlais de notre rencontre bien entendu car je ne savais rien de ses batifolages dans mon appartement. DANS MON APPARTEMENT. Avec ma meilleure amie. Ah oui, ça aussi. Elle a couchée avec MON FRÈRE. Heureusement que je n’en savais rien pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !


mot doux de Contenu sponsorisé ► un
Revenir en haut Aller en bas
 

GRANT&BILLIE → punaise mais ça pue quand tu passes par les toilettes...


→ YOUR FAMILY TREE :: Pasadena ouvre ses portes le soleil et la ville :: A l'ouest de la ville :: Les toits de l'ouest de Pasadena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-