A la recherche de Julian, les retrouvailles. (Julian Silvester)
l'avatar des scénarios ou membres des familles
sont totalement discutables pour autant qu'ils ne soient pas dans le bottin !
Venez car plus on est de fous et plus on rit, non ?
Chocolat et guimauves en cadeaux !
bonjour les YFTiens
et pleins de calins pour vous ainsi que tout notre amour !

Partagez | .
 

A la recherche de Julian, les retrouvailles. (Julian Silvester)


→ YOUR FAMILY TREE :: Pasadena ouvre ses portes le soleil et la ville :: A l'ouest de la ville :: Les universitaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Soan Cartwithe
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t10000-cartwithe-soan-c-est-pas-parce-que-je-suis-bipolaire-que-je-suis-contagieux http://www.your-family-tree.net/t10020-cartwithe-soan-si-t-as-un-curly-on-peut-eventuellement-etre-amis#212214

❝ Métier : Serveur au restaurant du petit-déjeuner (Quartier Ouest). Suit des cours par correspondance afin de devenir éducateur de chiens guides d'aveugles
❝ cupidon : Célibataire mais probablement amoureux des beaux yeux de Julian Silvester...
❝ post-it : HOBBY ► la lecture, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo, le sport, la musique.

QUALITÉS ► courageux, ambitieux, joueur, protecteur, loyal, à l’écoute. DÉFAUTS ► jaloux voire possessif, têtu, maladroit, influençable par moments, rancunier, impulsif.

AUTRES PETITES CHOSES ► je suis un traitement pour ma bipolarité car sans ça je suis tantôt une pile électrique ou tantôt tout l'inverse... Si vous me voyez torse nu vous pourrez admirer mon tatouage qui représente un aigle accroché à un fusil.

MES GOÛTS ►vous voulez savoir ce que j’aime dans la vie ? je vous répondrai les choses qui me permettent de m’évader et oublier mes problèmes. lesquelles ? il y a en premier lieu les bouquins. j’ai toujours adoré lire mais encore plus depuis que je n’avais pas grand-chose d’autre à faire enfermé en hôpital psychiatrique. et heureusement que j’avais les livres pour me divertir car j’aurais probablement pété les plombs un bon paquet de fois sans ça. un autre moyen qui me permet de me changer les idées est le fait de regarder des séries télévisées. ca peut être du policier, du surnaturel, du suspense ou autres puisque je regarde un peu de tout suivant mon humeur du moment et ce dont j’ai besoin. un bon moyen que j’ai trouvé pour me défouler c’est de faire du sport. je touche un peu à tout même si ce que je pratique le plus régulièrement est le jogging ainsi que la musculation et la natation. je suis également quelqu’un qui aime manger aussi bien du sucré que du salé même si j’ai un plus gros penchant pour le second. de plus j’aime bien cuisiner. oh je ne suis pas un grand cuistot mais ça me détend quelques fois lorsque je passe derrière les fourneaux pour faire des cookies ou toute autre chose. mon plus gros faible niveau nourriture salé est le fromage. c’est simple je pourrais en manger à n’importe quelle heure. la viande ou la charcuterie aussi, je suis très viandard comme le disait ma mère. mais attention je ne mange que des animaux dits de « ferme » cochon, lapin, poulet, coq, dinde… jamais vous ne me ferez avaler du sanglier, de la biche etc… oh il y a également les chips, surtout celles au poulet, un pur délice. côté sucré en revanche mes petits plaisirs sont le chocolat, le caramel et la noix de coco avant tout. sinon j’aime beaucoup les animaux et j’envisage de peut-être en adopter un ou deux une fois que je serai bien installé et que j’aurai de quoi subvenir à leurs besoins. et le meilleur pour la fin… la personne la plus importante à mes yeux a toujours été, est et restera julian silvester quoi qu’il arrive.

ce que je n’aime pas dans la vie ? le fait d’être malade en premier lieu. qu’est-ce que je paierais cher pour ne plus souffrir de cette saloperie de bipolarité qui a détruit ma vie. je déteste me faire réveiller le matin par la sonnerie stridente du radioréveil. les insomnies qui parfois m’empêchent de dormir et me font ruminer ont le don de me rendre dingue. j’ai du mal à supporter qu’on me dise ce que je dois faire ou non. sinon pour citer d’autres choses que je n’aime pas, je dirais : le mensonge, l’injustice, la politique qui ne m’intéresse absolument pas alors n’essayez même pas de m’en parler. une chose qui m’agace aussi c’est avoir l’impression de marcher un peu au ralenti à cause du traitement que je suis obligé de prendre. avoir une pêche d’enfer me manque vraiment. mais je sais que si j’arrête de prendre mes médicaments je risque à tout moment de retomber dans mon état dépressif et je n’y tiens pas forcément… niveau nourriture je ne suis pas très friand des légumes en dehors de quelques exceptions. je ne mange pas non plus de poisson, déjà parce que je déteste l’odeur mais surtout parce que je suis certain que le goût est aussi hideux que l’odeur donc pas moyen que j’y goûte. et puis je préfère vraiment les voir nager que de les avoir dans mon assiette.
❝ Age : 32
❝ pseudo : vanou1307
❝ crédits : Avatar: vanou1307, gif profil & gif sign : vanou1307
❝ avatar : Perfect Cameron Monaghan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Libre comme l'air.
❝ Points : 1380
❝ Messages : 102
❝ depuis : 07/06/2016
❝ mes sujets : JulianMonroe

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Soan Cartwithe un Dim 12 Juin - 1:36
A la recherche de Julian, les retrouvailles.
Soan & Julian




Cela fait trop longtemps maintenant que je n'ai plus revu mon meilleur ami Julian. Cinq ans pour être exact. Ce matin j'avais piqué une crise contre ma mère et lui avais dit tout ce que j'avais sur le coeur depuis trop longtemps. Elle n'avait pas du tout apprécié les reproches que je lui avais faits mais personnellement ça m'avait fait un bien fou de lui déballer ce que je pensais sur son comportement envers moi. Elle avait crié et pleuré mais moi n'en pouvant plus j'étais allé dans ma chambre et avais mis quelques affaires dans un sac à dos car je ne comptais pas rester une minute de plus dans cette prison dorée qu'était sa maison. Je n'en pouvais plus non plus du boulot qu'elle m'avait trouvé au McDonald's. Du coup sans hésité j'avais tout envoyé boulé et tant pis si ça lui faisait des histoires avec la personne qu'elle avait convaincue de m'embaucher il y a un an. Avant de partir j'étais allé sur mon ordinateur afin de scanner une ancienne photographie de mon ami et moi à la belle époque. Dès que le scan fut terminé j'en avais profité pour l'imprimer car j'en aurai sûrement besoin une fois arrivé à Pasadena. Je la laissais sécher et la rangeais soigneusement dans un porte-documents que je glissais dans mon sac à dos que je refermais et accrochais sur mes épaules. J'éteignis ensuite mon ordinateur et retournais au rez-de-chaussée où j'enfilais une paire de basket. Ma mère essayait encore de me retenir mais je ne changerai point d'avis. J'étais décidé à quitter Los Angeles afin de retrouver mon ami et démarrer une nouvelle vie à Pasadena, sans ma mère... Du coup je l'ignorais royalement et quittais la maison sans même un au revoir ou un regard envers elle.

Une fois dehors je m'étais rendu à pied jusqu'à l'arrêt de bus qui me conduirait hors de cette ville. Pasadena n'était qu'à quinze kilomètres d'ici. De ce fait je ne serais pas très longtemps dans le bus enfin sauf s'il y avait des embouteillages, ce qui serait fort possible à cette heure-ci d'ailleurs... Le car était enfin arrivé, j'étais monté à l'intérieur et avais payé ma place au conducteur, m'installant ensuite juste derrière lui puisqu'il y avait une place libre à cet endroit. Durant le trajet je m'étais contenté d'écouter l'émission de radio qui était diffusée, les animateurs se faisaient appeler Dear Mom et Sexy McNews si j'avais bien retenu leurs pseudonymes. En même temps j'avais regardé le paysage qui défilait sous mes yeux pendant qu'on roulait.

J'espérais qu'une fois arrivé en ville je trouverais assez facilement l'université où étudiait mon ami s'il y était toujours d'ailleurs. Qui sait s'il n'avait pas arrêté les études ou dit n'importe quoi à l'employée de maison de ses parents. Si ça se trouve il n'était pas non plus à Pasadena... Tout était si incertain en fait. J'étais parti un peu sur un coup de tête. Je soupirais me demandant si j'arriverai vraiment à le retrouver un jour. Je me levais de mon siège afin d'aller demander un renseignement au chauffeur. "Excusez-moi de vous déranger mais est-ce que vous savez où se situe l'université de Pasadena ? Et y a-t-il un arrêt de bus près de celle-ci ?" L'homme au volant me répondit sans toutefois quitter la route des yeux, ce qui était sûrement mieux pour la sécurité de tous. "Vous ne me dérangez pas du tout jeune homme. En effet je sais où elle se trouve et oui il y a bien un arrêt juste à côté de celle-ci, je vous préviendrai quand nous y serons. Je suppose que vous souhaitez vous rendre là-bas ?" J'hochais de la tête tout en répondant. "Merci beaucoup Monsieur et oui c'est bien là que je souhaite aller." Il me fit un sourire tout en me répondant. "Dans ce cas pas de souci, vous pouvez retourner vous asseoir je vous appellerai le moment venu." Je repartis donc aussitôt à ma place déjà un peu plus rassuré de savoir que le bus s'arrêtait vraiment tout près de celle-ci. Au moins je n'aurai pas à chercher pendant des heures pour la trouver. Ce qui était déjà une bonne chose.

Après je ne sais combien de temps de route le chauffeur m'indiqua que nous étions arrivés devant l'université. Je le remerciai une nouvelle fois avant de descendre. Une fois dehors je remarquais de suite la grande bâtisse et inspirais un grand coup pour me donner du courage. Je regardais ma montre, ça allait bientôt être la pause de midi. Je me hâtais donc d'avancer jusqu'aux grilles de l'établissement scolaire où quelques jeunes attendaient déjà devant. Je me dirigeais dans leur direction et une fois non loin d'eux j'enlevais mon sac de mon dos, je l'ouvris et fouillais à l'intérieur afin d'en sortir mon porte-documents que j'ouvris puis récupérais la photo qui était dedans. Une fois en main, je rangeais le reste à sa place initiale et refermais mon sac avant de l'accrocher de nouveau dans mon dos. Quelques filles étaient là, j'avançais vers elles avec ma photo en main. Certes Julian avait sûrement changé depuis le temps tout comme moi mais j'espérais qu'il était tout de même reconnaissable. "Bonjour, excusez-moi de vous déranger mais j'aurai besoin d'un petit renseignement." Une jeune femme blonde me souria et prit la parole. "Bonjour, tu ne nous déranges pas, que peut-on faire pour toi beau gosse ?" Je déglutissais difficilement face à ses propos. *Non mais je rêve ou elle me drague celle-là ?* Peu importait je me fixais sur mon objectif et montrais la photo. "Est-ce que vous connaissez ce garçon ?" Dis-je en pointant du doigt mon ami. "Il s'appelle Julian Silvester, en principe il est étudiant ici..." Les quatre demoiselles regardèrent la photo et me répondirent toutes quasiment en choeur qu'elles ne le connaissaient pas. Je grimaçais, pas ravi de cette réponse mais après tout ça ne serait sûrement pas facile de le retrouver... Et j'allais sûrement entendre ça plusieurs fois. "Ok merci quand même, bonne fin de journée..." Je retournais me mettre un peu plus à l'écart et la sonnerie de midi se fit entendre au même moment. Des tas d'étudiants allaient sûrement sortir pour rentrer manger chez eux ou en ville. Il fallait que je me prépare à demander au plus grand nombre possible s'ils connaissaient Julian ou non.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Julian Silvester
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9950-silvester-julian-les-secrets-sont-destructeurs http://image.noelshack.com/fichiers/2016/21/1464440480-irl.png

❝ Métier : Etudiant
❝ cupidon : ne m'a pas encore piqué.
❝ post-it : J'ai deux tatouages sur l'épaule droite, une libellule et un oiseau, symbole de la liberté que je recherche avant tout. Je sais chanter mais je ne le fais pas. Je déteste la télévision et la politique j'expliquerai ça plus tard. Ah oui, j'ai un frère... Vivant et non dans le coma comme je le pensais. Je suis allergique aux fruits secs et tant mieux car je n'aime pas ça.Je suis addict à l'alcool et aux drogues mais aussi aux jeux vidéo. Je n'ai plus vu mon meilleur ami depuis 5 ans et il me manque. J'aime regarder les hommes mais je me trouve des excuses car pour moi je ne suis pas attiré.
❝ pseudo : Lydia
❝ crédits : Avatar : TAG
❝ avatar : Steven Mcqueen
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Tulipes
❝ disponibilité : 7
❝ autres comptes : Jade H. Braxton ▬ Charly N. Wheeler
❝ Points : 2185
❝ Messages : 312
❝ depuis : 01/04/2016
❝ mes sujets : DevonJaredSoanJoeAvery

Un petit plus
MY LIFE TREE:
Modérateur en chocolat

Modérateur en chocolat
mot doux de Julian Silvester un Dim 12 Juin - 18:17
Soan et Julian
a la recherche de julian, les retrouvailles


Quelle joie que de ne plus vivre sur le campus, merci cousin adoré d’avoir accepté de me prendre chez-toi. Franchement, c’est génial, je n’ai plus cet imbécile de colocataire dans les pattes et je peux faire ce que je veux. Puis j’ai l’impression d’être comme chez les parents, c’est luxueux, confortable. Bon je crois que je profite peut-être un peu trop puisque je n’ai plus les moyens de me payer tout ça mais j’essaierai de trouver quelque chose pour venir en aide à mon cousin quand même. Je lui donnerai un peu de mon salaire au spa, ou je ne sais pas encore. Je trouverai bien un truc. Ou j’en profite simplement comme le pauvre mec que je suis devenu ? C’est aussi une bonne idée non ? Soit je m’étais levé de bonne humeur bien que j’étais en retard en cours puisque je n’ai pas mis mon réveil et que personne ne m’a réveillé non plus. Au moins, j’ai pu dormir un peu plus longtemps que d’habitude et ça m’a fait vraiment du bien. Du coup, comme je savais que j’allais manquer les cours du matin, je ne me suis pas pressé non plus. J’ai bien pris le temps pour une douche, pour manger ce que je trouvais dans l’armoire et pour me poser devant la télévision. Il ne m’est même pas venu à l’idée que je devais réviser, je ferai ça encore plus tard. De toute façon, je vais réussir, ça n’est pas comme si j’avais le choix. Je suis complètement dans la merde en dehors de ça. Au bout de quelques heures à rien faire, je me dis finalement que je devrai peut-être me rendre en cours, surtout ceux de l’après-midi puisque je n’ai pas été à ceux du matin. Je n’ai pas envie, ça me fatigue tout ça mais je n’ai pas le choix, ils donnent toutes les informations importantes. Bon si je trouve une bonne raison pour ne pas y aller, je n’irai sans doute pas et je demanderai à Théa de me donner toutes les informations dont j’ai besoin. Puis mon cousin a fait des études de médecine aussi donc ça aide. Soit. Je sors enfin de chez moi pour pouvoir bouger. Je monte directement sur la moto avant de partir en trompe en direction du bâtiment universitaire. La route n’est pas trop longue, puis je n’ai pas pour habitude de prendre mon temps non plus, bien au contraire. Ce qui m’énerve le plus c’est sans aucun doute la circulation dans le centre-ville. Je râle la plupart du temps. Normal pour une personne impatiente comme moi. Assez rapidement, j’arrive sur le parking. Comme d’habitude je me gare, j’attache la moto et je garde le casque avec moi. Je ne fais confiance à personne et je ne laisse donc pas mes affaires dans la moto. J’avance doucement pour me rendre vers le devant et pouvoir rentrer simplement en espérant trouver des gars que je connais pour passer le temps avant le commencement des cours. Mais mon avancée fut de courte durée quand j’entends des filles m’appeler. Je hausse un sourcil me demandant ce qu’elles me veulent. Bon, après je sais comment je suis, j’aime faire mon intéressant. Je pensais que c’était pour ma beauté ou mon numéro, donc j’en joue un peu. Mais elles me disent finalement qu’un gars me cherche. Surpris je demande si elles savent qui c’est. Mais visiblement non, elles ont juste dit à quoi il ressemblait. Je dois dire que quand j’ai entendu qu’il était roux, je me suis posé la question. Mais dans ma tête c’était impossible que ça soit Soan. Je vais donc voir vers l’endroit où elles m’indiquent. Je regarde un petit peu partout avant de voir un jeune homme roux un petit peu plus long. J’avance doucement en sa direction. « - Hey ! C’est toi qui me cherches ? » Demandais-je directement en arrivant vers lui ne l’ayant pas encore bien regardé. J’arrive finalement devant lui et voit directement son visage. Je reste un peu con… Parce qu'ouais, il a changé mais on le reconnaît quand même de par son visage. J’ai l’impression de rêver. Puis si ça se trouve ça n’est même pas lui. Mais j’ai quand même l’impression. « - Qu’est-ce que tu as grandis. » C’est plus qu’idiot comme entrée en matière je le sais très bien mais je suis vraiment sur le cul, comme si j’avais encore beaucoup de difficultés à le croire tellement ça fait longtemps. Mais il a tellement changé. Bon de mon côté, j’ai coupé mes cheveux, je suis peut-être un peu plus musclé aussi mais en dehors de ça, ça passe encore, enfin je crois.

_________________

Le jour où je me rendrai compte de mes sentiments, le jour où j'acceptera qui je suis vraiment, toi et moi nous vivrons notre histoire passionnément. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Soan Cartwithe
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t10000-cartwithe-soan-c-est-pas-parce-que-je-suis-bipolaire-que-je-suis-contagieux http://www.your-family-tree.net/t10020-cartwithe-soan-si-t-as-un-curly-on-peut-eventuellement-etre-amis#212214

❝ Métier : Serveur au restaurant du petit-déjeuner (Quartier Ouest). Suit des cours par correspondance afin de devenir éducateur de chiens guides d'aveugles
❝ cupidon : Célibataire mais probablement amoureux des beaux yeux de Julian Silvester...
❝ post-it : HOBBY ► la lecture, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo, le sport, la musique.

QUALITÉS ► courageux, ambitieux, joueur, protecteur, loyal, à l’écoute. DÉFAUTS ► jaloux voire possessif, têtu, maladroit, influençable par moments, rancunier, impulsif.

AUTRES PETITES CHOSES ► je suis un traitement pour ma bipolarité car sans ça je suis tantôt une pile électrique ou tantôt tout l'inverse... Si vous me voyez torse nu vous pourrez admirer mon tatouage qui représente un aigle accroché à un fusil.

MES GOÛTS ►vous voulez savoir ce que j’aime dans la vie ? je vous répondrai les choses qui me permettent de m’évader et oublier mes problèmes. lesquelles ? il y a en premier lieu les bouquins. j’ai toujours adoré lire mais encore plus depuis que je n’avais pas grand-chose d’autre à faire enfermé en hôpital psychiatrique. et heureusement que j’avais les livres pour me divertir car j’aurais probablement pété les plombs un bon paquet de fois sans ça. un autre moyen qui me permet de me changer les idées est le fait de regarder des séries télévisées. ca peut être du policier, du surnaturel, du suspense ou autres puisque je regarde un peu de tout suivant mon humeur du moment et ce dont j’ai besoin. un bon moyen que j’ai trouvé pour me défouler c’est de faire du sport. je touche un peu à tout même si ce que je pratique le plus régulièrement est le jogging ainsi que la musculation et la natation. je suis également quelqu’un qui aime manger aussi bien du sucré que du salé même si j’ai un plus gros penchant pour le second. de plus j’aime bien cuisiner. oh je ne suis pas un grand cuistot mais ça me détend quelques fois lorsque je passe derrière les fourneaux pour faire des cookies ou toute autre chose. mon plus gros faible niveau nourriture salé est le fromage. c’est simple je pourrais en manger à n’importe quelle heure. la viande ou la charcuterie aussi, je suis très viandard comme le disait ma mère. mais attention je ne mange que des animaux dits de « ferme » cochon, lapin, poulet, coq, dinde… jamais vous ne me ferez avaler du sanglier, de la biche etc… oh il y a également les chips, surtout celles au poulet, un pur délice. côté sucré en revanche mes petits plaisirs sont le chocolat, le caramel et la noix de coco avant tout. sinon j’aime beaucoup les animaux et j’envisage de peut-être en adopter un ou deux une fois que je serai bien installé et que j’aurai de quoi subvenir à leurs besoins. et le meilleur pour la fin… la personne la plus importante à mes yeux a toujours été, est et restera julian silvester quoi qu’il arrive.

ce que je n’aime pas dans la vie ? le fait d’être malade en premier lieu. qu’est-ce que je paierais cher pour ne plus souffrir de cette saloperie de bipolarité qui a détruit ma vie. je déteste me faire réveiller le matin par la sonnerie stridente du radioréveil. les insomnies qui parfois m’empêchent de dormir et me font ruminer ont le don de me rendre dingue. j’ai du mal à supporter qu’on me dise ce que je dois faire ou non. sinon pour citer d’autres choses que je n’aime pas, je dirais : le mensonge, l’injustice, la politique qui ne m’intéresse absolument pas alors n’essayez même pas de m’en parler. une chose qui m’agace aussi c’est avoir l’impression de marcher un peu au ralenti à cause du traitement que je suis obligé de prendre. avoir une pêche d’enfer me manque vraiment. mais je sais que si j’arrête de prendre mes médicaments je risque à tout moment de retomber dans mon état dépressif et je n’y tiens pas forcément… niveau nourriture je ne suis pas très friand des légumes en dehors de quelques exceptions. je ne mange pas non plus de poisson, déjà parce que je déteste l’odeur mais surtout parce que je suis certain que le goût est aussi hideux que l’odeur donc pas moyen que j’y goûte. et puis je préfère vraiment les voir nager que de les avoir dans mon assiette.
❝ Age : 32
❝ pseudo : vanou1307
❝ crédits : Avatar: vanou1307, gif profil & gif sign : vanou1307
❝ avatar : Perfect Cameron Monaghan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Libre comme l'air.
❝ Points : 1380
❝ Messages : 102
❝ depuis : 07/06/2016
❝ mes sujets : JulianMonroe

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Soan Cartwithe un Jeu 16 Juin - 22:29
A la recherche de Julian, les retrouvailles.
Soan & Julian




Depuis quelques minutes j’étais enfin arrivé à Pasadena et plus particulièrement devant l’université où mon ami Julian était censé être étudiant. Je ne savais pas si c’était vraiment le cas mais j’espérais que oui car sans ça je n’avais aucune idée de l’endroit où je pourrais le trouver dans cette ville. Du moins s’il se trouvait vraiment ici… Peut-être que j’aurais mieux fait d’y réfléchir à deux fois avant de me pointer ici avec aucune certitude de le trouver. Mais non je n’avais pas pris le temps pour ça et j’avais foncé tête baissée grâce à l’infime espoir que j’avais eu lorsque l’employée des Silvester m’avait indiqué que je pourrais le trouver ici. Je m’étais placé le long du muret non loin des grilles de l’établissement scolaire. Je ne tenais pas vraiment à me retrouver au milieu de la cohue maintenant que des tas d’étudiants se bousculaient pour rentrer dans la cour ou en sortir. Je ne savais pas vraiment vers qui me rendre pour demander s’ils connaissaient mon ami. Mais là je voyais bien que de suite ça ne servait à rien d’aller demander quoi que ce soit puisqu’ils étaient quasiment tous en train de courir. J’allais donc attendre que l’effervescence retombe un peu pour ensuite aller trouver des personnes qui seraient sans doute plus calmes et plus à même de bien vouloir regarder ma photographie pour ensuite répondre par la négative ou la positive à ma question. J’étais justement en train de regarder cette fameuse photo lorsque je sentis une présence non loin de moi ainsi qu’une voix masculine qui semblait s’adresser à moi. J’arquais un sourcil, surtout en entendant ce qu’il venait de me dire. Je relevais la tête et là j’avais l’impression d’avoir un fantôme devant moi. J’étais tellement surpris que j’en avais lâché ma photo par terre. Si on m’avait dit que ça serait si facile de tomber sur lui je ne l’aurais absolument pas cru. Et pourtant… Je me penchais pour récupérer la photo et jetais tantôt un œil sur celle-ci tantôt un autre vers le garçon devant moi. Il n’y avait pas de doute c’était sûrement lui. Certes les traits de son visage s’étaient un peu durcis en quelques années mais je reconnaissais bien là mon petit Julian. J’étais limite bouche bée devant lui, ne sachant que dire tellement j’étais pris de court et que j’avais encore du mal à y croire.

Finalement je fus sorti de mon état de choc lorsqu’il parla à nouveau en me disant un truc qui me fit rire avant que je me mordille la lèvre inférieure. « Non mais sérieusement Julian c’est tout ce que tu trouves à me dire après toutes ces années ? On croirait une mamie qui parle à son petit-fils là… » Et voilà que je partais de nouveau à rire avant de finalement prendre la parole à nouveau. « Mais si j’ai grandi, toi aussi ! Ça ne fait aucun doute… D’ailleurs t’es toujours légèrement plus grand que moi. » Mon Dieu cette conversation on ne peut plus bateau qu’on avait là… J’espérais que ça s’arrangerait après parce que là ce n’était pas du tout ce à quoi je m’étais attendu lorsque j’avais osé imaginer nos retrouvailles. Me sentant un peu cruche je décidais de ranger la photographie, dans mon porte-documents qui lui-même retourna au fond de mon sac. Ce dernier je le remis sur mon dos avant de me tourner de nouveau vers le grand brun. Je devais bien l’avouer il n’avait pas du tout perdu de son charme. Il était même encore plus canon que dans mes souvenirs. Pour le moment je ne trouvais pas quoi dire d’autre, j’étais assez gêné en fait. Je me posais beaucoup de questions et cela devait sûrement y être pour beaucoup. C’était bien la première fois que je me retrouvais dans cet état-là devant mon ami. Je me demandais s’il était content de me revoir ou pas. Peut-être qu’il aurait préféré ne pas me revoir puisqu’il n’avait jamais essayé de me recontacter depuis ce fameux jour où ma mère lui avait demandé de ne plus venir me voir. Après tout il avait peut-être fait une croix sur moi. Ce qui ne m’étonnerait pas tellement… Il fallait bien avouer aussi que ma mère n’y était pas allée de mainmorte.



Dernière édition par Soan Cartwithe le Lun 27 Juin - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Julian Silvester
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9950-silvester-julian-les-secrets-sont-destructeurs http://image.noelshack.com/fichiers/2016/21/1464440480-irl.png

❝ Métier : Etudiant
❝ cupidon : ne m'a pas encore piqué.
❝ post-it : J'ai deux tatouages sur l'épaule droite, une libellule et un oiseau, symbole de la liberté que je recherche avant tout. Je sais chanter mais je ne le fais pas. Je déteste la télévision et la politique j'expliquerai ça plus tard. Ah oui, j'ai un frère... Vivant et non dans le coma comme je le pensais. Je suis allergique aux fruits secs et tant mieux car je n'aime pas ça.Je suis addict à l'alcool et aux drogues mais aussi aux jeux vidéo. Je n'ai plus vu mon meilleur ami depuis 5 ans et il me manque. J'aime regarder les hommes mais je me trouve des excuses car pour moi je ne suis pas attiré.
❝ pseudo : Lydia
❝ crédits : Avatar : TAG
❝ avatar : Steven Mcqueen
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Tulipes
❝ disponibilité : 7
❝ autres comptes : Jade H. Braxton ▬ Charly N. Wheeler
❝ Points : 2185
❝ Messages : 312
❝ depuis : 01/04/2016
❝ mes sujets : DevonJaredSoanJoeAvery

Un petit plus
MY LIFE TREE:
Modérateur en chocolat

Modérateur en chocolat
mot doux de Julian Silvester un Lun 20 Juin - 13:03
Soan et Julian
a la recherche de julian, les retrouvailles


Revoir Soan, là comme ça devant moi après des années loin de lui… C’est comme revoir un fantôme franchement. Et j’ai le droit d’utiliser cette expression puisque c’est vraiment la sensation que ça me donne. C’est tellement ridicule de penser des choses comme ça mais ça ne peut être autrement. Je le regarde et bien évidemment, la seule chose que je trouve à lui dire c’est une stupide remarque sur sa grandeur. Bon en même temps je n’ai pas tout à fait tort, il en a pris des centimètres quand même. J’avoue que mon cœur bat un peu plus rapidement qu’habituellement et que je le trouve incroyablement beau. Mais j’essaie de faire disparaître toutes ces choses puisque ça n’est pas normal selon moi que je pense à des choses comme ça. Surtout à propos d’un homme, qu’il soit mon meilleur ami ou non. Je n’ai aucun droit d’avoir ce genre de regard sur lui. Je ne suis pas gay. Enfin c’est ce que j’essaie de me faire entendre… Ca n’est pas facile tous les jours mais je m’en persuade et c’est sans doute mieux comme ça. Je ne savais pas ce que je pouvais dire de plus, je ne sais pas quoi faire en fait. Jusqu’à ce qu’il prenne parole. Sa voix a changé un peu aussi non ? Enfin il me semble. J’ai l’impression que tout a changé chez-lui. En tout cas il me fait rire directement. « - Ouais désolé, ça n’est pas vraiment la meilleure chose que j’ai pu dire. » Dis-je doucement. Je suis tellement heureux de le voir, à l’intérieur de moi c’est la fête mais j’ai du mal à montrer tout ça devant tant de gens. Tout comme avoir des gestes affectifs avec lui en public. Ce n’est pourtant pas l’envie qui me manque mais je n’ai pas envie qu’on me prenne pour ce que je ne suis pas une fois encore. Je souris doucement. « - Mhhh. Un petit peu ce n’est pas faux. » Dis-je en me mettant à ses côtés. Je me dis que ça ne doit pas être facile pour lui non plus. C’est comme si nous nous rencontrions pour la première fois. C’est tellement ridicule dans un sens. J’essaie donc de trouver une solution. Je pose la main contre son épaule avant de sourire. « - Suis-moi on va ailleurs. » J’ai vu la photo qu’il a en même temps. Mais je n’ai pas eu le temps de la regarder plus que ça en même temps. Il a été bien trop rapide pour la ranger. Je cherche dans mes poches directement pour sortir les clés du dortoir. Je suis censé les rendre aujourd’hui puisque je ne vis plus là mais elles peuvent me servir encore une fois. Ca n’est pas si pressant, il reste encore quelques jours de cours. J’avance finalement, en regardant à ce qu’il me suive bien comme je le lui ai demandé. Enfin ça n’est pas un ordre non plus mais je préfère qu’on soit un peu seul. Avant qu’il ne pense que je ne suis pas heureux de le voir là. Je marche assez rapidement, allant directement dans le bâtiment. Je monte ensuite les étages puis me rends jusqu’à la porte de mon dortoir. Je l’ouvre regardant rapidement si le gars avec qui je le partage est là. Heureusement pour moi non. Je laisse entrer Soan puis je ferme la porte derrière nous. Je pose mon sac rapidement sur le lit. Puis je reviens ensuite vers mon meilleur ami pour pouvoir le prendre dans mes bras. « - Je suis tellement heureux de te revoir. » Je respire doucement en profitant un petit peu. Bon je ne voulais pas le faire trop longtemps. Faut dire que nous n’avons pas trop eu le temps de parler après le baiser que je lui ai donné. Et j’ai un peu peur de ce qu’il pense, de ce qu’il croit, enfin ouais j’ai peur. Je me détache donc de lui calmement en sortant mon paquet de cigarettes, j’en prends une puis le lui tends directement. Je vais ouvrir légèrement la fenêtre puis me pose contre celle-ci. Je l’observe quelques minutes de plus. « - Je pensais… En fait je pensais ne pas te revoir avant… Sept ans. » Les années d’études qu’il me reste en fait. Parce que je comptais bien le retrouver même si je n’ai pas vraiment forcé les choses auprès de sa mère c’est vrai. Je le regarde attentivement avant de sourire encore une fois. « - Comment tu as fait ? Pour me retrouver ? » C’est une question que je me pose aussi. Parce que mes parents n’en ont rien à foutre de ma gueule puis je n’ai rien dit à ceux-ci. Ils m’ont caché que mon frère était en vie. Alors ils n’ont rien besoin de savoir sur moi.

_________________

Le jour où je me rendrai compte de mes sentiments, le jour où j'acceptera qui je suis vraiment, toi et moi nous vivrons notre histoire passionnément. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Soan Cartwithe
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t10000-cartwithe-soan-c-est-pas-parce-que-je-suis-bipolaire-que-je-suis-contagieux http://www.your-family-tree.net/t10020-cartwithe-soan-si-t-as-un-curly-on-peut-eventuellement-etre-amis#212214

❝ Métier : Serveur au restaurant du petit-déjeuner (Quartier Ouest). Suit des cours par correspondance afin de devenir éducateur de chiens guides d'aveugles
❝ cupidon : Célibataire mais probablement amoureux des beaux yeux de Julian Silvester...
❝ post-it : HOBBY ► la lecture, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo, le sport, la musique.

QUALITÉS ► courageux, ambitieux, joueur, protecteur, loyal, à l’écoute. DÉFAUTS ► jaloux voire possessif, têtu, maladroit, influençable par moments, rancunier, impulsif.

AUTRES PETITES CHOSES ► je suis un traitement pour ma bipolarité car sans ça je suis tantôt une pile électrique ou tantôt tout l'inverse... Si vous me voyez torse nu vous pourrez admirer mon tatouage qui représente un aigle accroché à un fusil.

MES GOÛTS ►vous voulez savoir ce que j’aime dans la vie ? je vous répondrai les choses qui me permettent de m’évader et oublier mes problèmes. lesquelles ? il y a en premier lieu les bouquins. j’ai toujours adoré lire mais encore plus depuis que je n’avais pas grand-chose d’autre à faire enfermé en hôpital psychiatrique. et heureusement que j’avais les livres pour me divertir car j’aurais probablement pété les plombs un bon paquet de fois sans ça. un autre moyen qui me permet de me changer les idées est le fait de regarder des séries télévisées. ca peut être du policier, du surnaturel, du suspense ou autres puisque je regarde un peu de tout suivant mon humeur du moment et ce dont j’ai besoin. un bon moyen que j’ai trouvé pour me défouler c’est de faire du sport. je touche un peu à tout même si ce que je pratique le plus régulièrement est le jogging ainsi que la musculation et la natation. je suis également quelqu’un qui aime manger aussi bien du sucré que du salé même si j’ai un plus gros penchant pour le second. de plus j’aime bien cuisiner. oh je ne suis pas un grand cuistot mais ça me détend quelques fois lorsque je passe derrière les fourneaux pour faire des cookies ou toute autre chose. mon plus gros faible niveau nourriture salé est le fromage. c’est simple je pourrais en manger à n’importe quelle heure. la viande ou la charcuterie aussi, je suis très viandard comme le disait ma mère. mais attention je ne mange que des animaux dits de « ferme » cochon, lapin, poulet, coq, dinde… jamais vous ne me ferez avaler du sanglier, de la biche etc… oh il y a également les chips, surtout celles au poulet, un pur délice. côté sucré en revanche mes petits plaisirs sont le chocolat, le caramel et la noix de coco avant tout. sinon j’aime beaucoup les animaux et j’envisage de peut-être en adopter un ou deux une fois que je serai bien installé et que j’aurai de quoi subvenir à leurs besoins. et le meilleur pour la fin… la personne la plus importante à mes yeux a toujours été, est et restera julian silvester quoi qu’il arrive.

ce que je n’aime pas dans la vie ? le fait d’être malade en premier lieu. qu’est-ce que je paierais cher pour ne plus souffrir de cette saloperie de bipolarité qui a détruit ma vie. je déteste me faire réveiller le matin par la sonnerie stridente du radioréveil. les insomnies qui parfois m’empêchent de dormir et me font ruminer ont le don de me rendre dingue. j’ai du mal à supporter qu’on me dise ce que je dois faire ou non. sinon pour citer d’autres choses que je n’aime pas, je dirais : le mensonge, l’injustice, la politique qui ne m’intéresse absolument pas alors n’essayez même pas de m’en parler. une chose qui m’agace aussi c’est avoir l’impression de marcher un peu au ralenti à cause du traitement que je suis obligé de prendre. avoir une pêche d’enfer me manque vraiment. mais je sais que si j’arrête de prendre mes médicaments je risque à tout moment de retomber dans mon état dépressif et je n’y tiens pas forcément… niveau nourriture je ne suis pas très friand des légumes en dehors de quelques exceptions. je ne mange pas non plus de poisson, déjà parce que je déteste l’odeur mais surtout parce que je suis certain que le goût est aussi hideux que l’odeur donc pas moyen que j’y goûte. et puis je préfère vraiment les voir nager que de les avoir dans mon assiette.
❝ Age : 32
❝ pseudo : vanou1307
❝ crédits : Avatar: vanou1307, gif profil & gif sign : vanou1307
❝ avatar : Perfect Cameron Monaghan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Libre comme l'air.
❝ Points : 1380
❝ Messages : 102
❝ depuis : 07/06/2016
❝ mes sujets : JulianMonroe

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Soan Cartwithe un Lun 27 Juin - 23:29
A la recherche de Julian, les retrouvailles.
Soan & Julian




J’avais la nette impression que Julian était aussi gêné que moi. À croire que les années passées loin l’un de l’autre ne nous aidaient pas franchement à nous retrouver. Et pourtant si je m’étais écouté je l’aurais serré dans mes bras mais quelque chose m’en empêchait. Peut-être le fait que nous étions devant tout un tas de monde ou alors le fait que j’avais peur qu’il me rejette tout simplement… Oui c’était plutôt ça qui me bloquait en réalité. Le brun fut le premier à prendre la parole même si ce qu’il avait dit était un brin ridicule, ce que je n’avais pas manqué de lui faire remarquer gentiment évidemment. Ce qu’il confirma en riant. « Ça je te le fais pas dire ! » Lui répondis-je en continuant à rire. Alors que je lui indiquais qu’il était toujours un peu plus grand que moi, il vint se mettre près de moi comme pour vérifier, ce qui me fit pouffer doucement de rire. Puis il termina en disant que c’était vrai. « Ben oui c’était pas la peine de te mettre juste à côté de moi pour t’en rendre compte. Tu peux me faire confiance quand je te le dis. J’ai le compas dans l’œil ! » Lui répondis-je tout en lui faisant une légère tape au niveau de son épaule.

Tandis que je rangeais la photo et remettais par la suite mon sac en place, le brun me demanda de le suivre. Je fronçais les sourcils me demandant où il comptait m’emmener. Mais peu importe je lui faisais toujours confiance les yeux ouverts même si nous ne nous étions pas vus depuis longtemps. Sans rien dire je le suivais tranquillement en m’assurant de ne pas le perdre de vue tellement il y avait de monde. N’étant d’ailleurs plus tellement habitué à une foule pareille j’avais l’impression de commencer à étouffer mais gardais ça pour moi et me contentais de le suivre jusqu’à ce qu’on arrive devant une porte qu’il ouvrit. Julian me fait entrer et je pus remarquer que c’était sa chambre d’étudiant qu’il partageait avec quelqu’un d’autre visiblement puisqu’il y avait deux lits. Je regardais également la décoration et mon intuition me faisait dire que le brun dormait dans le lit à droite de la chambre.

Julian vint se mettre devant moi, j’arquais un sourcil me demandant ce qu’il voulait mais me détendis alors qu’il venait me prendre dans ses bras en me disant qu’il était heureux de me revoir. Un sourire s’afficha aussitôt sur mon visage. J’étais réellement soulagé de l’entendre me dire ça. Mais me retrouver dans cette posture ne fit qu’affoler mon cœur et j’espérais que Julian ne s’en rendrait pas compte. Je fermais mes yeux un instant pour tenter de calmer les battements de mon cœur mais c’était peine perdue. « Moi aussi je suis heureux… » Sur ces mots Julian s’éloigna de moi et écourta ce moment de tendresse que j’aurais aimé voir durer plus longtemps.

Je le regarde et prends le paquet de cigarettes qu’il me tend. J’en attrape une ainsi que le briquet. Je porte la clope à mes lèvres et l’allume puis remets le briquet dans le paquet, paquet que je pose sur le bureau non loin de Julian que je pars rejoindre près de la fenêtre. J’inspire ma première bouffée de nicotine tout en écoutant mon ami et arquais un sourcil. « Sept ans ? Pourquoi sept ans ? » Oui c’était une très bonne question que je lui posais là et j'espérais bien avoir la réponse. Parce que sept ans c’est long quand même. Et s’il pensait que j’allais rester enfermé aussi longtemps là-bas, je n’osais guère imaginer ce qu’il pensait de moi. Il devait me prendre pour un véritable cinglé bien que ce n’était pas forcément beau à voir lorsque j’étais en pleine crise. Et Dieu sait que j’en avais fait des conneries à l’hôpital psychiatrique en compagnie de ma demi-sœur que j’avais rencontrée là-bas. En effet elle m’avait entraîné dans ses mauvais coups et on avait même tenté de s’évader de cet endroit sinistre. Un petit sourire vint s’afficher sur mon visage lorsque je repensais à ces deux années passées auprès d’elle. Deux ans durant lesquels elle avait rendu ma vie moins moche… Car il ne fallait pas se le cacher j’étais malheureux comme les pierres là-bas et la principale raison de cette tristesse était le fait que Julian n’était plus jamais venu me voir. J’essayais de chasser ces pensées en tirant sur ma clope. À nouveau l’étudiant rompit le silence installé entre nous. « Hum je suis allé sonner chez tes parents et c’est l’employée qui a ouvert la porte qui m’a dit que tu étudiais ici. Donc j’ai tenté le coup sans même savoir si tu lui avais dit la vérité ou si tu n’étais pas déjà parti ailleurs… »

Maintenant que je me sentais moins gêné que quelques minutes auparavant je pris la parole pour lui expliquer un peu ce qui s’était passé ce matin. « Et ce matin j’ai craqué parce que ça fait en réalité un an que je suis sorti de l’hôpital psy sauf que ma mère avait le contrôle total sur ma vie… Elle m’avait trouvé un job à la con au McDo et m’empêchait de sortir de la maison. Elle m’emmenait et venait me chercher au travail. Ce matin j’ai un peu pété un plomb. » Je fis un geste de la main pour minimiser la chose. « Je te rassure pas au sens… » J’avais du mal à trouver mes mots. « Mais bref j’ai craqué et je lui ai dit que je me tirais de chez elle. Je lui ai balancé ce que j’avais sur le cœur depuis… » Je tirais de nouveau sur ma clope comme pour m’aider à faire sortir les mots qui ne voulaient pas et jetais le mégot par la fenêtre une fois qu’elle fut terminée. « Depuis qu’elle t’avait foutu dehors… » Je marquais une nouvelle pause commençant à faire les cent pas. « J’ai fait mon sac pendant qu’elle pleurait et me suppliait de rester et voilà je suis parti pour ne plus jamais retourner là-bas. Maintenant j’ai plus qu’à me trouver un logement et un boulot. À moins que je reprenne des études, en fait je sais pas trop quoi faire…  Tout ce que je sais c’est que je ne veux plus jamais la voir… » Je n’étais pas certain que parler de tout ceci me faisait du bien mais j’avais ressenti le besoin de raconter ça à Julian. Comme pour le mettre au courant de ce qu’il avait manqué, même s’il était loin de tout savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Julian Silvester
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9950-silvester-julian-les-secrets-sont-destructeurs http://image.noelshack.com/fichiers/2016/21/1464440480-irl.png

❝ Métier : Etudiant
❝ cupidon : ne m'a pas encore piqué.
❝ post-it : J'ai deux tatouages sur l'épaule droite, une libellule et un oiseau, symbole de la liberté que je recherche avant tout. Je sais chanter mais je ne le fais pas. Je déteste la télévision et la politique j'expliquerai ça plus tard. Ah oui, j'ai un frère... Vivant et non dans le coma comme je le pensais. Je suis allergique aux fruits secs et tant mieux car je n'aime pas ça.Je suis addict à l'alcool et aux drogues mais aussi aux jeux vidéo. Je n'ai plus vu mon meilleur ami depuis 5 ans et il me manque. J'aime regarder les hommes mais je me trouve des excuses car pour moi je ne suis pas attiré.
❝ pseudo : Lydia
❝ crédits : Avatar : TAG
❝ avatar : Steven Mcqueen
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Tulipes
❝ disponibilité : 7
❝ autres comptes : Jade H. Braxton ▬ Charly N. Wheeler
❝ Points : 2185
❝ Messages : 312
❝ depuis : 01/04/2016
❝ mes sujets : DevonJaredSoanJoeAvery

Un petit plus
MY LIFE TREE:
Modérateur en chocolat

Modérateur en chocolat
mot doux de Julian Silvester un Mer 29 Juin - 17:32
Soan et Julian
a la recherche de julian, les retrouvailles


« - Je te fais confiance, c’est juste un réflexe. » Lui avais-je répondu avant que je ne lui demande de me suivre. C’est vrai, je lui fais toujours confiance malgré les années passées loin de lui. Je ne vois pas pourquoi les choses auraient changé de ce point de vue-là. Surtout, que ça n’est pas de sa faute si nous nous sommes éloignés, c’est la faute de sa mère. Comme quoi, les parents ne valent pas mieux l’un que l’autre on dirait. Je ne sais pas si c’est vraiment pour le bien-être de son fils ou pour son bien-être à elle qu’elle a fait ça. Elle est peut-être simplement homophobe. Bon dans ce cas, c’est de ma faute, je n’aurai pas dû embrasser Soan comme ça alors que je n’avais aucune raison de le faire. Enfin si, mais ça je ne l’admets pas encore. Quoi qu’il en soit, j’avais envie de me retrouver tranquille avec lu, donc je n’ai pas hésité bien longtemps avant de le faire venir avec moi jusque dans mon deuxième logement que je n’ai pas encore entièrement déménagé. Ça viendra avec un peu de temps. Une fois seul, j’ai pu, réellement, montrer mon enthousiasme au fait qu’il soit là. Au fait qu’il soit avec moi en fait. Le prendre dans mes bras de la sorte, j’avais envie de le faire dès le départ mais je ne pouvais pas le faire de suite. J’espère que ça ne le gêne pas en tout cas. Mais ça ne semble pas jusqu’ici. Ça nous fait visiblement plaisir à tous les deux de pouvoir se retrouver. J’ai tellement l’impression de rêver. Sauf que dans mes rêves, Soan n’est pas comme il est maintenant, il est toujours avec sa tête d’enfant, ce qui est sans doute normal puisque ce sont les souvenirs que j’avais de lui avant aujourd’hui. Je le laisse prendre une cigarette, ça ne me dérange pas de partager mes affaires avec lui. Les autres ça me dérange un peu plus. Je réfléchis quelques instants en prenant le temps avec la cigarette restant poser près de la fenêtre. « - C’est ce qu’il me reste à faire comme étude. » Enfin ce qu’il me reste, ce que j’ai encore à faire. Je trouve les études tellement longues, ça me fatigue, je n’ai pas l’habitude d’être un bon élève et pourtant je n’ai pas le choix que de le faire. Je veux mon diplôme. « - En fait. J’ai décidé de devenir psychiatre. Donc je dois faire médecine d’abord puis une spécialisation pour être psychiatre. J’avais dans l’idée de venir te rejoindre dès le diplôme et venir m’occuper de toi. » En réalité, si j’avais pu faire les études pour apprendre juste sur sa malade, ça m’aurait vraiment arrangé mais bon, on ne devient pas un métier si on n’apprend pas tout ce qui va avec celui-ci. Enfin soit, de toute manière je commence ma cinquième année dès la rentrée donc ça diminue tout doucement. J’espère vraiment qu’il ne croit pas que j’allais l’abandonner pour toujours. Ce n’était pas dans mes intentions, je comptais bien le retrouver un jour. Mais bon, il l’a fait bien avant moi au final et c’est encore mieux. Je l’écoute d’ailleurs quand il m’explique comment il est arrivé jusqu’ici. Je souris doucement. « - Vaux mieux les employés que mes mythomanes de parents crois-moi. Fallait que je vienne dans cette ville. Elle n’est pas si mal. Il y a de belles filles. De quoi s’amuser. » Je hausse les épaules simplement. Enfin, je ne suis pas venu pour cette partie-là non plus. Surtout pour mon frère, qui ne sait toujours pas qui je suis d’ailleurs. Mais c’est ma raison et je pense qu’elle est quand même très bonne. Mais j’écoute ce qu’il me dit ensuite avec attention. Je ne le coupe pas, je l’observe simplement. Ce que j’aurais mieux faire de ne pas faire puisqu’il me donne le tournis à bouger comme ça dans tous les sens. Je reste concentré sur ses mots tout simplement avant de secouer la tête presque automatiquement. « - Wow. So, tu peux arrêter de bouger juste. Calme-toi. Assieds-toi. » Je viens saisir doucement son bras pour qu’il cesse de bouger comme ça. Je respire doucement en ne le lâchant pas pour le moment. Je maintiens le regard sur son visage. J’espère quand même qu’il va bien. Je me mords la lèvre avant de finalement reprendre. « - Ta mère est devenue folle ou quoi ? Enfin je sais que tu as toujours été son petit protégé mais quand même. De là à faire ça. C’est quand même… Enfin. » Je ne pense pas que ça l’aide que je dise tout ça. Enfin, ça doit quand même être difficile pour lui. Enfin je pense. « - Je suis désolé pour ta mère. C’est de ma faute. Si… Si je n’avais pas fait ce que j’ai fait, elle ne m’aurait pas interdit de te voir. Elle t’aime quand même. Elle est juste devenue étouffante. » Je maintiens toujours mon regard sur lui passant la main contre son bras. « - Tu peux rester ici avec moi en attendant de trouver un logement ? Enfin, ça va être les vacances mais bon. Je ne sais pas si mon cousin voudra bien que tu viennes chez nous. Sinon je peux te payer un endroit où dormir. Enfin je ne te laisse pas comme ça en tout cas. Et pour ce que tu veux faire. C’est ce qu’il te plaît. De quoi est-ce que tu as envie ? » Demandais-je automatiquement en lui souriant. Je ne compte pas laisser Soan dans la rue de toute manière. Puis je le retrouve donc j’ai vraiment envie de pouvoir passer du temps avec lui. « - Ou tu peux aller chez Charly. C’est le barman de la boite de nuit. Il y a moyen de s’arranger. » Dis-je une fois encore en ayant l’idée qui m’est venue directement.

_________________

Le jour où je me rendrai compte de mes sentiments, le jour où j'acceptera qui je suis vraiment, toi et moi nous vivrons notre histoire passionnément. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Soan Cartwithe
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t10000-cartwithe-soan-c-est-pas-parce-que-je-suis-bipolaire-que-je-suis-contagieux http://www.your-family-tree.net/t10020-cartwithe-soan-si-t-as-un-curly-on-peut-eventuellement-etre-amis#212214

❝ Métier : Serveur au restaurant du petit-déjeuner (Quartier Ouest). Suit des cours par correspondance afin de devenir éducateur de chiens guides d'aveugles
❝ cupidon : Célibataire mais probablement amoureux des beaux yeux de Julian Silvester...
❝ post-it : HOBBY ► la lecture, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo, le sport, la musique.

QUALITÉS ► courageux, ambitieux, joueur, protecteur, loyal, à l’écoute. DÉFAUTS ► jaloux voire possessif, têtu, maladroit, influençable par moments, rancunier, impulsif.

AUTRES PETITES CHOSES ► je suis un traitement pour ma bipolarité car sans ça je suis tantôt une pile électrique ou tantôt tout l'inverse... Si vous me voyez torse nu vous pourrez admirer mon tatouage qui représente un aigle accroché à un fusil.

MES GOÛTS ►vous voulez savoir ce que j’aime dans la vie ? je vous répondrai les choses qui me permettent de m’évader et oublier mes problèmes. lesquelles ? il y a en premier lieu les bouquins. j’ai toujours adoré lire mais encore plus depuis que je n’avais pas grand-chose d’autre à faire enfermé en hôpital psychiatrique. et heureusement que j’avais les livres pour me divertir car j’aurais probablement pété les plombs un bon paquet de fois sans ça. un autre moyen qui me permet de me changer les idées est le fait de regarder des séries télévisées. ca peut être du policier, du surnaturel, du suspense ou autres puisque je regarde un peu de tout suivant mon humeur du moment et ce dont j’ai besoin. un bon moyen que j’ai trouvé pour me défouler c’est de faire du sport. je touche un peu à tout même si ce que je pratique le plus régulièrement est le jogging ainsi que la musculation et la natation. je suis également quelqu’un qui aime manger aussi bien du sucré que du salé même si j’ai un plus gros penchant pour le second. de plus j’aime bien cuisiner. oh je ne suis pas un grand cuistot mais ça me détend quelques fois lorsque je passe derrière les fourneaux pour faire des cookies ou toute autre chose. mon plus gros faible niveau nourriture salé est le fromage. c’est simple je pourrais en manger à n’importe quelle heure. la viande ou la charcuterie aussi, je suis très viandard comme le disait ma mère. mais attention je ne mange que des animaux dits de « ferme » cochon, lapin, poulet, coq, dinde… jamais vous ne me ferez avaler du sanglier, de la biche etc… oh il y a également les chips, surtout celles au poulet, un pur délice. côté sucré en revanche mes petits plaisirs sont le chocolat, le caramel et la noix de coco avant tout. sinon j’aime beaucoup les animaux et j’envisage de peut-être en adopter un ou deux une fois que je serai bien installé et que j’aurai de quoi subvenir à leurs besoins. et le meilleur pour la fin… la personne la plus importante à mes yeux a toujours été, est et restera julian silvester quoi qu’il arrive.

ce que je n’aime pas dans la vie ? le fait d’être malade en premier lieu. qu’est-ce que je paierais cher pour ne plus souffrir de cette saloperie de bipolarité qui a détruit ma vie. je déteste me faire réveiller le matin par la sonnerie stridente du radioréveil. les insomnies qui parfois m’empêchent de dormir et me font ruminer ont le don de me rendre dingue. j’ai du mal à supporter qu’on me dise ce que je dois faire ou non. sinon pour citer d’autres choses que je n’aime pas, je dirais : le mensonge, l’injustice, la politique qui ne m’intéresse absolument pas alors n’essayez même pas de m’en parler. une chose qui m’agace aussi c’est avoir l’impression de marcher un peu au ralenti à cause du traitement que je suis obligé de prendre. avoir une pêche d’enfer me manque vraiment. mais je sais que si j’arrête de prendre mes médicaments je risque à tout moment de retomber dans mon état dépressif et je n’y tiens pas forcément… niveau nourriture je ne suis pas très friand des légumes en dehors de quelques exceptions. je ne mange pas non plus de poisson, déjà parce que je déteste l’odeur mais surtout parce que je suis certain que le goût est aussi hideux que l’odeur donc pas moyen que j’y goûte. et puis je préfère vraiment les voir nager que de les avoir dans mon assiette.
❝ Age : 32
❝ pseudo : vanou1307
❝ crédits : Avatar: vanou1307, gif profil & gif sign : vanou1307
❝ avatar : Perfect Cameron Monaghan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Libre comme l'air.
❝ Points : 1380
❝ Messages : 102
❝ depuis : 07/06/2016
❝ mes sujets : JulianMonroe

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Soan Cartwithe un Lun 4 Juil - 16:38
A la recherche de Julian, les retrouvailles.
Soan & Julian




Je secouais la tête, un brin amusé quand Julian me répondit qu’il me faisait confiance mais qu’il avait juste eu le réflexe de se mettre près de moi pour regarder s’il était vraiment le plus grand de nous deux. Et puis à sa demande j’avais suivi mon meilleur ami jusque dans sa chambre d’étudiant. Il m’avait pris dans ses bras et je devais avouer que j’aurais bien aimé rester comme ça, blotti contre lui mais malheureusement toute bonne chose a une fin. Après ça nous avions commencé à discuter tout en fumant une clope. Il m’avait dit qu’il ne pensait pas me revoir avant sept bonnes années et là ma curiosité m’avait poussé à lui demander pourquoi ce nombre d’années. Sa réponse me paraissait étrange alors je fronçais les sourcils. Il dût le remarquer puisqu’il prit de nouveau la parole pour m’expliquer le projet professionnel qu’il avait en tête. Et là je devais bien avouer que j’étais totalement sur le cul. Certes d’un côté c’était sympa le fait qu’il ne m’ait pas oublié mais je ne savais pas comment je devais prendre le fait qu’il pensait que je serais encore à l’hôpital psychiatrique dans sept ans… « Non t’es pas sérieux là Julian ? Tu vas pas devenir un de ces cons qui croient tout connaître sur les autres et qui débitent leurs conseils inutiles… Ceux qui te jugent alors qu’au fond ils ne savent absolument rien de toi… » Je marquais une pause me remémorant certains souvenirs de mes années passées à l’hôpital psy. Il n’y avait pas à dire, j’avais vraiment en horreur les psys… Une nouvelle fois je ne pus m’empêcher de dire ce que je pensais. « Eh ben tu devais vraiment avoir une mauvaise image de moi pour penser que dans sept ans je ne serais pas encore sorti de là-bas… » Je détournais le regard, un brin mal à l’aise. Il fallait bien l’avouer, ça me faisait mal au cœur de me dire qu’il me voyait comme ça. Et puis j’imaginais bien aussi qu’il n’allait pas bien prendre tout ce que je venais de lui dire sur le boulot qu’il envisageait de faire mais je n’avais guère pu garder tout ça pour moi. Et encore je m’étais retenu d’ajouter que je n’avais pas besoin d’une nounou même si je trouvais touchant le fait qu’il voulait s’occuper de moi.

Par chance par la suite le sujet de conversation avait changé et il avait fallu que j’explique à mon ami comment j’avais su qu’il se trouvait à Pasadena. Je lui avais donc expliqué en vitesse comment j’avais obtenu cette information. Visiblement il n’était plus en très bons termes avec ses parents. Quoi qu’en y repensant ça n’avait jamais vraiment été le cas si mes souvenirs étaient bons. J’arquais un sourcil lorsqu’il m’expliqua qu’il devait venir ici. Je me demandais bien pour quelle raison. « Fallait que tu viennes là ? » Je ne savais pas s’il prendrait la peine de répondre à ma question, même si j’avais bien envie d’en savoir plus sur les raisons qui l’avaient poussé à venir s’installer dans cette ville. Ce qu’il ajouta par la suite au sujet des filles me fit rouler des yeux aussitôt malgré moi. Car oui ça ne me plaisait pas d’entendre ça… J’espérais cependant qu’il ne l’ait pas remarqué. Je n’avais pas vraiment envie qu’il me demande pourquoi je faisais cette tête.

D’ailleurs j’essayais aussitôt de lui faire penser à autre chose en lui racontant mes dernières aventures de la matinée. Sauf que tout en racontant tout ça j’avais commencé à faire les cent pas dans sa chambre. Probablement parce que mine de rien ça me remuait de repenser à ça même si je ne voulais pas l’admettre. Je me figeais et relevais la tête vers le brun lorsqu’il me demandait de me calmer en attrapant mon bras. Mon regard se porta aussitôt sur sa main. Au moins ça avait eu pour effet de ne plus me faire bouger. C’était certainement le but que Julian avait cherché à atteindre. Repensant à ses derniers mots, je m’asseyais sur le bord de son bureau, non loin de lui qui était devant sa fenêtre. Tandis que mon regard se tournait vers son visage à présent je penchais doucement la tête en remarquant qu’il était en train de se mordre la lèvre inférieure. Tandis qu’il traitait ma mère de folle j’haussais les épaules. Après tout il n’avait pas forcément tort puisque moi-même j’en étais venu à la même conclusion à son sujet. Je ne comprenais toujours pas pourquoi elle m’avait fait subir toutes ces années d’hôpital psy et cette dernière année d’enfer chez elle. Tandis qu’il reparlait du jour où elle lui avait interdit de me rendre visite je fermais quelques secondes les yeux avant de soupirer doucement. « C’est pas ta faute si elle est cinglée et homophobe… » Car oui malheureusement pour moi c’était ce qu’elle était. Elle n’avait eu de cesse de me rabâcher tout un tas de trucs sur les homos depuis ce jour-là. « T’appelles ça étouffante toi ? C’est mille fois pire Ju ! J’étais devenu sa chose, il y a pas d’autre mot... »

J’avais également confié à Mister Silvester que je devais me trouver un endroit où dormir ainsi qu’un boulot. Heureusement pour moi, même si j’avais versé un peu d’argent à ma mère chaque mois pour l’aider, j’en avais quand même un peu de côté sur mon compte en banque. Aussitôt Julian m’avait dit qu’il m’aiderait pour me loger et tout mais je n’y tenais pas. « Non je refuse que tu me payes quoi que ce soit… J’ai de l’argent de côté. De quoi tenir quelques temps… Et puis je ne veux pas que tu aies des problèmes par ma faute. Je me débrouillerai Julian mais merci d’avoir proposé, c’est gentil. » Et puis il m’avait demandé ce qui pourrait me plaire à l’avenir comme boulot. Quelle bien bonne question. Je ne savais pas trop. Tout ce que je savais c’était que je rêvais d’avoir un ou deux animaux à l’avenir quand je pourrais me le permettre. Après il faudrait peut-être que je cherche un métier en rapport avec ça, ça pourrait être une bonne idée. En tout cas il venait de m’aider sans s’en rendre compte à trouver une piste à explorer. « Peut-être un truc en rapport avec les animaux même si je ne sais pas encore quoi. Il faudrait que je me penche un peu plus sur le sujet, que je me renseigne. » Quelques instants plus tard le brun me parla à nouveau de logement et plus particulièrement d'un type qui bossait en boîte. J’arquais un sourcil. « C’est qui ça ? » Puis je secouais négativement de la tête. « Non, je ne veux pas embêter qui que ce soit Julian. » Et puis je ne tenais pas franchement à me retrouver chez un mec que je ne connaissais pas. Il suffisait juste que je me trouve un hôtel ou un truc du genre pas trop cher en attendant d’avoir un petit boulot et de pouvoir me payer mon propre appartement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Julian Silvester
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9950-silvester-julian-les-secrets-sont-destructeurs http://image.noelshack.com/fichiers/2016/21/1464440480-irl.png

❝ Métier : Etudiant
❝ cupidon : ne m'a pas encore piqué.
❝ post-it : J'ai deux tatouages sur l'épaule droite, une libellule et un oiseau, symbole de la liberté que je recherche avant tout. Je sais chanter mais je ne le fais pas. Je déteste la télévision et la politique j'expliquerai ça plus tard. Ah oui, j'ai un frère... Vivant et non dans le coma comme je le pensais. Je suis allergique aux fruits secs et tant mieux car je n'aime pas ça.Je suis addict à l'alcool et aux drogues mais aussi aux jeux vidéo. Je n'ai plus vu mon meilleur ami depuis 5 ans et il me manque. J'aime regarder les hommes mais je me trouve des excuses car pour moi je ne suis pas attiré.
❝ pseudo : Lydia
❝ crédits : Avatar : TAG
❝ avatar : Steven Mcqueen
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Tulipes
❝ disponibilité : 7
❝ autres comptes : Jade H. Braxton ▬ Charly N. Wheeler
❝ Points : 2185
❝ Messages : 312
❝ depuis : 01/04/2016
❝ mes sujets : DevonJaredSoanJoeAvery

Un petit plus
MY LIFE TREE:
Modérateur en chocolat

Modérateur en chocolat
mot doux de Julian Silvester un Ven 8 Juil - 18:09
Soan et Julian
a la recherche de julian, les retrouvailles


Haussant un sourcil suite à ses mots, je dois dire que je ne m’attendais pas à une réaction comme celle-ci. Bien au contraire, je pensais lui faire plaisir en lui disant ça, en choisissant cette voie. C’est lui qui m’a montré cette voie. C’est grâce à lui que j’ai trouvé ce que je voulais faire dans la vie. Et je ne comprends pas pourquoi il en vient à voir les choses de manière si négatives, alors que ça n’était pas dans mes intentions, loin de là. Je soupire longuement. « - Si je vais devenir l’un de ces gars. Et je ne changerai pas d’avis même si ça ne te plaît pas. Je serai le psychiatre que je serai. Et ça me va comme ça. Avant ça… Je ne savais pas ce que j’allais devenir. Je pensais que je finirais éboueur, ou… Je ne sais pas, quoi d’autres… Je pensais n’être bon à rien du tout. Mais c’est faux. Et c’est grâce à toi que je sais que non, que je peux avoir un beau métier moi aussi. Alors je te remercie et ce même si tu n’es pas d’accord avec mon choix. » Dis-je en maintenant mon regard vers lui. J’ai travaillé dur durant toutes ces années et je ne suis pas prêt d’arrêter ce que j’ai commencé. Certes, je ne suis pas obligé de faire ma spécialisation, je peux juste être médecin. Mais je n’en ai pas envie. Je veux au moins réussir quelque chose dans ma vie. Et les études semblent être la meilleure chose que je puisse faire. Il me verra toute sa vie comme un sale type mais bon ça ne changera pas beaucoup de ce que pensent les autres. J’ai l’habitude maintenant. « - Non. Je n’ai pas une mauvaise image de toi. Je ne savais juste rien sur ta maladie. Je ne savais pas combien de temps tu allais rester là. Et je ne pensais pas que tu viendrais ici. Alors oui, j’avais vu long. » Je croise les bras contre mon torse, n’étant pas vraiment ravi de cette discussion. Pour une fois que j’essaie de faire quelque chose de bien pour une autre personne que moi-même, ça n’est toujours pas bien. C’est énervant comme situation mais je n’ai pas envie de m’énerver contre Soan alors qu’il vient juste de revenir. Mais je n’ai pas envie que ça fasse comme avec Devon.

Je me calme par la suite. Me concentrant sur autre chose. Sur la conversation que nous avons maintenant d’ailleurs, ce qui me semble bien mieux que celle d’avant. Je le regarde attentivement puis approuve directement à sa question. « - Pour mon frère. » Dis-je en pensant à ce jeune homme d’ailleurs. C’est une situation compliquée encore une fois. Faire comme si j’étais quelqu’un d’autre devant une personne que j’ai tellement envie d’apprendre à connaître. Mais c’est mieux de faire comme ça de toute façon. Il risque de me rejeter si ça n’est pas le cas, et je n’ai pas envie qu’il le fasse avant que je n’aie le temps de savoir qui il est vraiment. « - Je t’avais dit que j’avais un frère dans le coma. Et que je n’ai jamais pu le rencontrer, car mes parents ne voulaient pas. Trouvant toujours une excuse pour que je ne puisse pas. » Dis-je en levant les yeux sur le rouquin directement en soupirant longuement avant de reprendre. « - En réalité… Ça fait des années qu’il n’est plus dans le coma, des années qu’il vit ailleurs, ici. Ça fait des années que j’aurai pu le rencontrer et me sentir moins… Seul dans cette situation familiale de merde… Et je n’ai pas pu, car mes parents m’ont menti en me cachant la vérité. Il ne sait même pas qui je suis… Mon frère. Si mon cousin n’avait pas bu un soir, personne ne saurait. J’ignorerai les choses encore. Alors je suis venu ici pour rencontrer mon frère. Mais pour le moment, je ne souhaite pas lui dire qui je suis. Alors j’apprends à le connaître en étant une autre personne à ses yeux. » Je maintiens le regard sur le jeune homme avant de me mordre doucement la lèvre. C’est aussi un sujet difficile pour moi. Je déteste mes parents, rien que pour ce qu’ils ont fait. C’est horrible de séparer deux frères comme ça. J’aurai pu avoir quelqu’un avec moi et ça n’est pas le cas.

Je suis désolé pour ce qui se passe entre Soan et sa mère. Je me sens toujours coupable malgré tout. Si je n’avais pas embrassé Soan, les choses serraient différentes sans doute. Elle n’aurait pas réagi aussi mal quand elle nous a vus ensemble. Et puis, elle aurait sans doute été plus douce avec le jeune homme. J’aurai sans doute dû attendre qu’il soit dehors pour faire ce genre de chose. Mais je ne sais pas, le voir dans cet endroit, ça m’a fait quelque chose quand même. Il me manquait tellement. J’avais peur pour lui puis je ressentais beaucoup de choses. Des choses qui n’existent pas puisque je me suis persuadé qu’elles n’étaient pas réelles. « - Elle devrait accepter les choses comme elles sont. » Après pour ce qui est de l’homophobie, je ne m’étale pas sur le sujet. Je ne m’accepte pas. Enfin, je suis hétéro, pour moi c’est un fait. Je ne suis pas homophobe non plus ça serait un peu étrange d’ailleurs. Je ne sais pas trop où me mettre avec tout ça simplement. Alors j’évite le plus possible le sujet. Je me concentre sur le reste, c’est beaucoup plus facile. J’écoute ses mots avant de me mordre doucement la lèvre. « - Elle aura peut-être compris ? Enfin, tu es parti, tu vas prendre ton indépendance. Sans doute qu’elle se rendra compte que tu peux t’occuper de toi-même et elle reviendra sur sa décision. Elle reviendra simplement. » Je souhaite le meilleur pour Soan. Même si pour le moment, il est en colère contre elle et ça se comprend. Peut-être qu’elle se rendra compte que le bonheur de son fils est plus important que ses craintes et ses principes.

« - Pourquoi est-ce que j’aurai des problèmes ? » Dis-je directement en haussant les épaules. Il est mon meilleur ami. Je veux l’aider. Enfin… Je ferai tout pour pouvoir faire en sorte qu’il soit bien. Je ne vais pas le laisser dehors. Si je savais que mon cousin le voulait bien, il viendrait à la maison mais je sais comment est Jamie. Je n’aime pas trop ça mais bon. Je réfléchis un petit peu en lui souriant doucement. Je ne le laisserai pas comme ça. C’est certain qu’en venant ici sur un coup de tête s'est un peu plus compliqué mais j’ai confiance en lui de toute façon. Je sais qu’il y arrivera et je suis là pour le soutenir, lui venir en aide. Je hoche doucement la tête. « - Je trouve ça bien. Tu vas pouvoir faire ce qu’il te plaît. Tu es libre maintenant. » Je le regarde attentivement avant de sourire une fois encore. Je fais une petite grimace. « - C’est une connaissance. Le barman de la boite de nuit comme j’ai dit. Il vit en ville je crois. Ce qui est pas mal. » Enfin c’était toujours mon idée. Je ne veux pas le laisser comme ça alors qu’il est venu ici pour moi. « - N’oublie pas que je suis là pour toi. Et je veux passer du temps avec toi. Parce que tu m’as vraiment manqué. » Je fais une petite grimace. Je passe la main dans mes cheveux encore une fois avant de regarder vers l’extérieur pendant quelques minutes. Je réfléchis, restant silencieux pendant un moment avant de remonter les yeux vers lui. « - Comment ça s’est passé là-bas ? » Demandais-je finalement. Me souvenant que c’était difficile pour lui quand j’allais le voir.

_________________

Le jour où je me rendrai compte de mes sentiments, le jour où j'acceptera qui je suis vraiment, toi et moi nous vivrons notre histoire passionnément. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Soan Cartwithe
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t10000-cartwithe-soan-c-est-pas-parce-que-je-suis-bipolaire-que-je-suis-contagieux http://www.your-family-tree.net/t10020-cartwithe-soan-si-t-as-un-curly-on-peut-eventuellement-etre-amis#212214

❝ Métier : Serveur au restaurant du petit-déjeuner (Quartier Ouest). Suit des cours par correspondance afin de devenir éducateur de chiens guides d'aveugles
❝ cupidon : Célibataire mais probablement amoureux des beaux yeux de Julian Silvester...
❝ post-it : HOBBY ► la lecture, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo, le sport, la musique.

QUALITÉS ► courageux, ambitieux, joueur, protecteur, loyal, à l’écoute. DÉFAUTS ► jaloux voire possessif, têtu, maladroit, influençable par moments, rancunier, impulsif.

AUTRES PETITES CHOSES ► je suis un traitement pour ma bipolarité car sans ça je suis tantôt une pile électrique ou tantôt tout l'inverse... Si vous me voyez torse nu vous pourrez admirer mon tatouage qui représente un aigle accroché à un fusil.

MES GOÛTS ►vous voulez savoir ce que j’aime dans la vie ? je vous répondrai les choses qui me permettent de m’évader et oublier mes problèmes. lesquelles ? il y a en premier lieu les bouquins. j’ai toujours adoré lire mais encore plus depuis que je n’avais pas grand-chose d’autre à faire enfermé en hôpital psychiatrique. et heureusement que j’avais les livres pour me divertir car j’aurais probablement pété les plombs un bon paquet de fois sans ça. un autre moyen qui me permet de me changer les idées est le fait de regarder des séries télévisées. ca peut être du policier, du surnaturel, du suspense ou autres puisque je regarde un peu de tout suivant mon humeur du moment et ce dont j’ai besoin. un bon moyen que j’ai trouvé pour me défouler c’est de faire du sport. je touche un peu à tout même si ce que je pratique le plus régulièrement est le jogging ainsi que la musculation et la natation. je suis également quelqu’un qui aime manger aussi bien du sucré que du salé même si j’ai un plus gros penchant pour le second. de plus j’aime bien cuisiner. oh je ne suis pas un grand cuistot mais ça me détend quelques fois lorsque je passe derrière les fourneaux pour faire des cookies ou toute autre chose. mon plus gros faible niveau nourriture salé est le fromage. c’est simple je pourrais en manger à n’importe quelle heure. la viande ou la charcuterie aussi, je suis très viandard comme le disait ma mère. mais attention je ne mange que des animaux dits de « ferme » cochon, lapin, poulet, coq, dinde… jamais vous ne me ferez avaler du sanglier, de la biche etc… oh il y a également les chips, surtout celles au poulet, un pur délice. côté sucré en revanche mes petits plaisirs sont le chocolat, le caramel et la noix de coco avant tout. sinon j’aime beaucoup les animaux et j’envisage de peut-être en adopter un ou deux une fois que je serai bien installé et que j’aurai de quoi subvenir à leurs besoins. et le meilleur pour la fin… la personne la plus importante à mes yeux a toujours été, est et restera julian silvester quoi qu’il arrive.

ce que je n’aime pas dans la vie ? le fait d’être malade en premier lieu. qu’est-ce que je paierais cher pour ne plus souffrir de cette saloperie de bipolarité qui a détruit ma vie. je déteste me faire réveiller le matin par la sonnerie stridente du radioréveil. les insomnies qui parfois m’empêchent de dormir et me font ruminer ont le don de me rendre dingue. j’ai du mal à supporter qu’on me dise ce que je dois faire ou non. sinon pour citer d’autres choses que je n’aime pas, je dirais : le mensonge, l’injustice, la politique qui ne m’intéresse absolument pas alors n’essayez même pas de m’en parler. une chose qui m’agace aussi c’est avoir l’impression de marcher un peu au ralenti à cause du traitement que je suis obligé de prendre. avoir une pêche d’enfer me manque vraiment. mais je sais que si j’arrête de prendre mes médicaments je risque à tout moment de retomber dans mon état dépressif et je n’y tiens pas forcément… niveau nourriture je ne suis pas très friand des légumes en dehors de quelques exceptions. je ne mange pas non plus de poisson, déjà parce que je déteste l’odeur mais surtout parce que je suis certain que le goût est aussi hideux que l’odeur donc pas moyen que j’y goûte. et puis je préfère vraiment les voir nager que de les avoir dans mon assiette.
❝ Age : 32
❝ pseudo : vanou1307
❝ crédits : Avatar: vanou1307, gif profil & gif sign : vanou1307
❝ avatar : Perfect Cameron Monaghan
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Roses
❝ disponibilité : Libre comme l'air.
❝ Points : 1380
❝ Messages : 102
❝ depuis : 07/06/2016
❝ mes sujets : JulianMonroe

Un petit plus
MY LIFE TREE:


mot doux de Soan Cartwithe un Jeu 21 Juil - 3:28
A la recherche de Julian, les retrouvailles.
Soan & Julian




Comme je m’en étais douté Julian n’avait pas apprécié ma franchise et tout ce que j’avais balancé sur les psys mais que voulez-vous ? Je n’allais quand même pas lui dire que j’adorais ça alors que ce n’était pas le cas. J’avais vécu quand même pas mal d’années en hôpital psychiatrique pour savoir comment ces charlatans (oui oui là on voit vraiment que je ne peux pas les sentir) croient tout savoir sur tout le monde alors qu’en fait ils ne savent rien du tout. De plus je n’ai jamais aimé la manière dont ils m’ont jugé. Je n’avais pas choisi de souffrir de cette saloperie de bipolarité et leurs conseils pour m’aider soi-disant je n’en avais que faire. Mais voyant que j’étais en train de m’engager sur un terrain dangereux, j’avais préféré faire profil bas et écouter mon ami sans rien dire. De toute façon je le connaissais assez bien pour voir qu’il était déterminé à devenir l’un d’entre eux. Je soupirais discrètement avant de lui répondre. « Si c’est ce que t’as envie de faire vas-y fais-le mais je te jure que si tu oses essayer de m’analyser ça va barder Silvester ! » Certes je pensais vraiment ce que je disais mais j’avais dit ça sur le ton de la rigolade quand même afin de ne pas le braquer. D’un ton cette fois plus sérieux mais presque triste j’ajoutais. « Et ne me dis pas que c’est grâce à moi… Ne me remercies pas non plus d’être malade... » Parce que c’était peut-être bête de penser ça mais ça me faisait de la peine de me dire que c’était à cause de cette saloperie de maladie qui me rongeait qu’il avait voulu devenir psychiatre. Et de ce fait à tort ou à raison je pensais n’être plus que ça à ses yeux, un malade ! Et comme j’avais toujours eu horreur qu’on me regarde avec pitié ou au moins qu’on ressente ça pour moi, je ne voulais pas qu’il me voie de la sorte. Je voulais juste qu’il me voie comme un type normal, rien d’autre. C’était trop demander ? Tandis qu’il me confiait pour quelles raisons le brun pensait que je serais encore interné dans sept années je n’avais rien trouvé de mieux à répondre qu’un simple. « Ok. » Que dire de plus ? Si ce n’est que maintenant je comprenais mieux son point de vue. Et que j’étais content de voir qu’il serait quand même venu là-bas pour me retrouver et qu’il ne m’avait pas oublié contrairement à ce que j’avais pu imaginer parfois. Je le vois bien à son air qu’il n’est pas franchement ravi. « Désolé si je t’ai paru un peu brutal… J’en ai pas après toi c’est juste que je supporte pas qu’on me voie comme un malade ou un fou au choix… » *Encore moins quand c’est toi.* Avais-je pensé sans le lui avouer. Cette fois j’avais parlé sincèrement et plus doucement pour essayer de calmer le jeu car je ne voulais pas que mon ami soit énervé par ma faute ou fâché contre moi.

Après ça nous en étions venus à parler de lui et de son emménagement dans cette ville. J’essayais le plus discrètement possible de savoir pourquoi il était venu ici et par chance il commença à se confier à moi. Cependant il m’avouait qu’il était venu là pour son frère. Je n’étais pas sûr de bien comprendre. Aux dernières nouvelles que j’avais eues la dernière fois qu’il était venu me voir à l’hôpital psychiatrique, son frère était toujours dans le coma. Peut-être qu’il avait été transféré dans un centre hospitalier ici pour diverses raisons. Seulement mon silence avait dû être assez explicite ou alors mon interlocuteur avait remarqué quelque chose sur mon visage puisqu’il avait repris la parole pour me parler à nouveau de son frère. Sans l’interrompre j’hochais positivement de la tête pour lui indiquer que oui je me souvenais bien de tout ce qu’il m’expliquait. Julian continua donc à parler et me révéla plusieurs choses au sujet de son frère aîné. J’étais assez choqué par tout ce qu’il me disait. Je comprenais pourquoi les relations avec ses parents ne s’étaient pas du tout arrangées. Je me sentais mal pour lui et je voyais bien que ce n’était pas facile pour lui de me raconter tout ça, ça devait le remuer pas mal. J’avais bien envie de le prendre dans mes bras mais je m’interdisais de le faire, me contentant de rester sagement à ma place. « Je suis désolé pour toi Ju, vraiment… » Je ne savais pas vraiment quoi lui dire de plus. J’avais l’impression que les années durant lesquelles nous n’avions plus eu aucun contact avaient creusées un fossé entre nous. Malgré tout je tentais quand même d’ajouter quelque chose même si je savais pertinemment que ça ne l’aiderait pas. Enfin de mon point de vue. « Les parents… Je sais pas à quoi ils pensent des fois. Mais bon j’espère quand même que tu pourras apprendre à connaître ton frère comme tu le souhaites. » Lui dis-je en souriant. J’aurais bien aimé lui confier moi aussi qu’en fait j’avais appris pas mal de choses point de vue familial pendant que j’étais enfermé à l’hôpital psy mais j’avais encore une fois peur qu’il me juge sur le fait que j’ai une sœur qui elle aussi souffre de bipolarité. Car oui ça en revenait à parler encore et toujours de cette chose qui me bouffe la vie depuis plusieurs années maintenant. J’aurais tellement aimé que mon paternel que je n’ai pour ainsi dire jamais connu ne me donne pas en cadeau sa maladie. Tout aurait été tellement plus simple et moins compliqué sans ça.

Et voilà que nous étions en train de parler du fameux jour où mon cœur s’était brisé en mille morceaux à cause de ce que ma mère avait fait. Seulement voilà je ne me sentais pas prêt à révéler tout ce qui s’était passé par la suite à Ju. Non je préférais garder ça pour moi. Ah elle m’avait fait mal, elle avait pu voir de quoi j’étais capable dans ces moments-là. Comme me plonger dans un mutisme pendant des jours et des jours. Ça elle ne l’avait absolument pas digéré mais ça m’avait été complètement égal et je ne regrettais pas du tout de l’avoir fait. En entendant la voix du brun je chassais ces souvenirs mais soupirais avant de prendre la parole. « Aha elle accepter ? Grand Dieu jamais ! » Et une fois de plus je gardais le reste de mes souvenirs pour moi. Parce que je ne voulais pas que Julian sache toutes les horreurs qu’elle avait pu me dire en boucle et en boucle sur les homos et particulièrement sur lui qu'elle avait considéré comme tel dès lors. Certes je ne savais pas si j'étais moi-même gay puisque après tout ce n’était pas en restant dans un hôpital psy que j’avais pu me faire une idée sur la gent féminine mais une chose était sûre j’étais attiré par les hommes ou au moins un… Et ça je l’avais compris ce fameux jour où tout avait basculé me faisant passer d’une vie presque normale à un véritable enfer orchestré par ma mère. Celle que j’avais pourtant idolâtrée toute ma vie avant ça. Et voilà que Julian essayait de lui trouver des excuses ou du moins il plaidait sa cause. S’il savait… Il ne prendrait même pas la peine de le faire. « Niet ! Je ne veux plus entendre parler d’elle et ce définitivement ! J’ai coupé les ponts c’est pas pour faire machine arrière. De toute façon son esprit est trop étriqué pour me comprendre. Il y a qu’elle et ce qu’elle veut qui compte ! Moi ce que je veux, elle s’en contrefiche… » Le ton de ma voix s’était durci et on pouvait clairement comprendre que j’étais déterminé à ne plus vouloir aucun contact avec ma chère mère. Elle pourrait me harceler et me supplier que ça n’y changerait absolument rien.

Julian semblait vraiment vouloir m’aider à me trouver un point de chute mais je n’y tenais pas. Parce que premièrement je venais à peine de sortir de la prison dorée où j’étais cette dernière année. Et que deuxièmement je n’avais pas envie d’avoir quelqu’un avec moi. J’avais vraiment envie d’être seul, sans cette impression de me faire épier comme si on cherchait à savoir si j’allais basculer du mauvais côté. J’avais tellement cette peur qu’on me renvoie à nouveau chez les fous… Mais ça personne ne pourrait jamais le comprendre en dehors de ma demi-sœur qui était comme moi. Finalement je répondis enfin au brun. « Parce que je n’ai pas envie que tu te prennes la tête avec d’autres personnes parce que tu veux me faire squatter chez eux… » Je le connaissais bien mon petit Julian, je savais qu’il était pire qu’un Rottweiler qui ne lâchait pas sa prise tant qu’il n’avait pas obtenu ce qu’il voulait. Et il était hors de question qu’il se fâche avec son entourage pour moi. Le sujet de conversation suivant était déjà mieux selon moi et puis je venais peut-être de trouver ma voie comme ça sans m’y attendre au détour d’une simple conversation. Oui j’ai toujours aimé les animaux même si je n’ai jamais eu l’occasion d’en avoir par le passé. J’étais déjà impatient de faire des recherches sur les métiers en rapport avec les animaux, ça me donnait le sourire. Sourire qui s’étira encore plus lorsque Julian m’indiqua que maintenant j’étais libre et que je pouvais faire ce que je voulais. C’était tout ce que j’attendais lorsque j’étais interné, la délivrance, la liberté… J’avais eu un court instant cette sensation d’être libre en sortant de là-bas jusqu’à ce que je comprenne ce que ma mère avait prévu pour moi avant même ma sortie.

Mais voilà que de nouveau Mister Silvester me parlait de logement. Décidément je le sentais il n’allait pas me lâcher avec ça. Me pensait-il incapable de me débrouiller par moi-même ? Je soupirais mentalement me retenant de le faire pour de vrai tandis qu’il m’indiquait que ce type était une simple connaissance. Bon ok en même temps je lui avais demandé qui  était ce type mais c’était juste ma curiosité qui avait parlé. Peut-être mêlée à une pointe de jalousie mais ça il ne le saurait pas. J’écoutais tout de même ce qu’il avait à me dire et répondis sans m’énerver. « Peut-être mais ça ne change rien au fait que c’est toujours non. T’es peut-être une tête de mule Silvester mais moi aussi ! » Dis-je en riant. La suite me fit sourire automatiquement tellement je trouvais mignon ce qu’il me disait. Seulement sa grimace me fit arquer un sourcil. « Ok, oui moi aussi je suis venu pour ça Ju. Mais pourquoi cette grimace ? » Et oui il allait devoir m’expliquer pourquoi il avait fait ça juste après m’avoir dit qu’il voulait passer du temps avec moi et que je lui avais vraiment manqué. Pensait-il vraiment ce qu’il m’avait dit ou l’avait-il simplement fait par politesse ? Mon cerveau se posait tellement de questions. Tout défilait à mille à l’heure dans ma tête. Et si en fait il n’était pas si ravi que ça de me revoir et qu’il voulait juste éviter de me froisser ? Si ça se trouve il prenait des gants parce qu’il me voyait vraiment comme un malade… Je ne savais pas si c’était vraiment le cas ou si j’étais en train de me taper une crise de paranoïa.

Comme ce fut déjà le cas un peu plus tôt c’est à nouveau la voix de Julian qui me sortit de mes pensées. Enfin ce fut de court instant puisqu’il voulait que je lui parle de mon séjour à l’hôpital psy. Sauf que moi je n’avais pas envie d'en parler, je voulais juste essayer de passer à autre chose. Pourquoi voulait-il savoir ça ? Je ne savais pas ce que je devais lui répondre. Si je devais esquiver la question ou répondre le plus sincèrement. Sauf que si je prenais la seconde option il faudrait que je lui raconte ma descente aux enfers et que je lui parle également de ma sœur. Je soupirais sans vraiment m’en rendre compte. « Je… J’ai pas tellement envie de parler de ça… J’ai juste envie de tourner la page sur tout ça… » À nouveau je soupirais et me décollais de son bureau pour commencer encore à faire les cent pas. Ça ne m’allait vraiment pas de repenser au passé. Je ne savais plus quoi faire. Je me sentais vraiment tiraillé entre le fait de le protéger et me protéger moi aussi par la même occasion ou me livrer. Chose que j’avais toujours eue du mal à faire avec les psys qui me l'avaient d'ailleurs toujours reprochée. Car oui devant eux je gardais quasi tout le temps le silence et lorsque j’ouvrais la bouche c’était juste pour leur dire ce qu’ils voulaient entendre afin qu’ils me fichent la paix. Mais clairement je ne leur disais pas ce que je pensais réellement. Par contre allez diable savoir pourquoi mais Julian avait toujours eu ce don pour me faire parler. Sauf qu’à l’heure actuelle je n’étais pas prêt à tout lui révéler car j’avais peur. Peur de sa réaction, peur de le perdre définitivement cette fois alors que je venais à peine de le retrouver.  




HJ : Désolée c'est peut-être long mais au moins tu sais que je suis clairement inspirée par notre RP Et quand c'est comme ça j'ai du mal à me freiner d'écrire et à m'arrêter. J'espère que ça ne te gêne pas. Et t'inquiètes pas je te demanderai jamais d'en faire autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Julian Silvester
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !
http://www.your-family-tree.net/t9950-silvester-julian-les-secrets-sont-destructeurs http://image.noelshack.com/fichiers/2016/21/1464440480-irl.png

❝ Métier : Etudiant
❝ cupidon : ne m'a pas encore piqué.
❝ post-it : J'ai deux tatouages sur l'épaule droite, une libellule et un oiseau, symbole de la liberté que je recherche avant tout. Je sais chanter mais je ne le fais pas. Je déteste la télévision et la politique j'expliquerai ça plus tard. Ah oui, j'ai un frère... Vivant et non dans le coma comme je le pensais. Je suis allergique aux fruits secs et tant mieux car je n'aime pas ça.Je suis addict à l'alcool et aux drogues mais aussi aux jeux vidéo. Je n'ai plus vu mon meilleur ami depuis 5 ans et il me manque. J'aime regarder les hommes mais je me trouve des excuses car pour moi je ne suis pas attiré.
❝ pseudo : Lydia
❝ crédits : Avatar : TAG
❝ avatar : Steven Mcqueen
❝ présence : Présent(e)
❝ préférences : Rp Tulipes
❝ disponibilité : 7
❝ autres comptes : Jade H. Braxton ▬ Charly N. Wheeler
❝ Points : 2185
❝ Messages : 312
❝ depuis : 01/04/2016
❝ mes sujets : DevonJaredSoanJoeAvery

Un petit plus
MY LIFE TREE:
Modérateur en chocolat

Modérateur en chocolat
mot doux de Julian Silvester un Lun 1 Aoû - 13:23
Soan et Julian
a la recherche de julian, les retrouvailles


« - Je le ferai sans que tu ne le saches. » Dis-je automatiquement. Après tout, je fais bien ce que je veux. J’ai toujours fait ce que je voulais dans la vie. Ça m’a valu des ennuis mais ça n’a pas d’importance à mes yeux. Je préfère être libre de faire mes propres choix plutôt que de me voir imposer des choses. C’est compliqué pour mon stage, je le sais bien mais c’est ainsi. Mes parents n’ont jamais eu beaucoup d’autorité pour moi, je ne vois pas pourquoi d’autres en aurait. Soan c’est différent certes mais si j’ai envie de l’analyser je le ferai. Après tout, si je fais ces études c’est pour lui. Sinon, je ne serais pas là. Je serais sans doute… Rien du tout en fait. Les études ça n’est pas mon kiff, je ne fais pas ça par plaisir non plus. Mais au moins ça prouvera aux autres que je ne suis pas un bon à rien et que j’arrive à faire des choses dans la vie. Ça ne plaît pas à mon meilleur ami. C’est dommage mais c’est ainsi. Je ne peux pas non plus lui faire changer les choses. Il a été accompagné par des psychiatres pendant longtemps et encore maintenant j’imagine ? Je secoue ensuite la tête. Comment est-ce qu’il voulait que je lui dise ? Je lui dis juste la vérité rien de plus. S’il n’avait pas été malade… Ouais bon, j’avoue que ça n’est pas classe mais une fois encore c’est ce qui est simplement. Mais vaut mieux que je me taise maintenant avant de faire pire que mieux. Je hausse juste les épaules en regardant ailleurs durant quelques minutes. Si j’avais pensé que ça serait ainsi… Je fronce les sourcils quand j’entends le son de sa voix encore une fois. Mais qu’est-ce qu’il me dit. « - Je ne te vois pas comme ça So’ ! Je te vois comme mon meilleur ami. Comme la personne que je.. Que j’apprécie. » Dis-je directement. Je n’allais pas dire que j’aime. Ça me mettrait mal même si je le pense. Mais je ne peux pas et je ne me sens pas vraiment de le dire de toute façon. Je veux juste qu’il sache qu’il est plus pour moi qu’une personne malade. Et puis je ne le prends pas pour un fou. C’est ridicule. « - Ce n’est pas parce que tu as été en psychiatrie que tu es fou. Et les gens qui le pensent sont débiles. » Ajoutais-je finalement. Je n’ai pas envie qu’il se voie ainsi non plus alors qu’il n’est pas comme ça. Il a juste une maladie qui partira peut-être avec le temps qui sait. Puis il gère bien jusque-là. Enfin, je pense.

Mais bon la suite vient assez rapidement à propos de Jared, mon frère. Mon frère que je ne connais pas réellement en fait. C’est vraiment une chose qui m’énerve de la part de mes parents. Ils ont été tellement égoïstes avec nous deux. C’est horrible de faire ça à ses enfants. « - Tu sais, le plus triste c’est quand même pour mon frère. Il est sorti du coma et mes parents ne se sont jamais intéressés à lui. Savoir s’il allait bien ou non. Visiblement il a eu l’aide de sa grand-mère, enfin notre grand-mère mais je ne la connais pas. Enfin bon. » Je hausse les épaules. J’aurai vraiment voulu pouvoir grandir avec Jared. Fait des choses de frères, apprendre de lui. Maintenant nous sommes, tous les deux, adultes. J’ai encore une âme de gamin par contre mais je ne sais pas trop si c’est un truc qui lui plaira dans le fond. Je ne sais rien de son caractère. Ca me met en colère cette histoire mais je n’ai pas envie de m’énerver. Soan n’y est pour rien lui, il n’a donc pas à subir pour mes parents. « - J’espère aussi. Je l’ai vu une fois. C’est un bel homme. On voit que c’est un Silvester. » Dis-je directement avant de me mettre à rire. Il faut bien que j’ajoute ma touche humour quand même. C’est impossible autrement. Je préfère rire que pleurer. C’est bien ainsi j’imagine. Je respire doucement en espérant pouvoir faire plus de choses encore avec Jared. Il n’y a que l’avenir qui nous le dira malheureusement. Enfin, visiblement les histoires de famille sont difficiles dans les deux sens. La mère de Soan ne semble pas mieux comme ça. Pourtant, elle m’a toujours paru vraiment correcte durant les années où j’ai pu la connaître. Elle était bien avec son fils et j’appréciais vraiment la vie de Soan par rapport à la mienne ça me semblait être le bonheur pour lui. Mais visiblement les choses ne restent pas toujours roses. Je grimace doucement en maintenant le regard sur le rouquin pour le moment. Cette situation n’est pas facile. Je trouve ça triste qu’une personne n’accepte pas son fils pour ce qu’il est. Ça me fait peur aussi dans un sens, peut-être est-ce pour ça que je ne veux rien dire et que je ne veux pas accepter. Si Jamie ne m’accepte plus ? Si Jared ne m’accepte pas ? Ça me tord un peu l’estomac rien que d’y penser. Si je perds le peu de famille que j’ai, ça va faire mal. Mais ça sera la vie encore une fois. « - D’accord So’, c’est comme tu souhaites. » Dis-je. Je n’ai pas envie de l’énerver davantage. C’est sa mère après tout, il peut en faire ce qu’il en a envie. Moi je ne peux rien dire. J’essayais juste d’imaginer une issue positive pour mon meilleur ami. Mais je lui fous la paix avec cette histoire afin de ne pas remuer le couteau plus longtemps.

Par contre cette histoire de logement, ça m’ennuie. J’ai envie qu’il ait un toit moi. Je n’ai pas envie qu’il finisse à la rue. Ça m’importe beaucoup. « - Mais je m’en fiche des autres. » Dis-je directement en levant les yeux au ciel. Après tout ce n’est rien de mal. Je secoue directement la tête. Ca l’énerve mais moi ce qui m’énerve c’est qu’il n’accepte pas mon aide. Je le fais pour lui après tout. Je passe la main dans mes cheveux rapidement avant de lever les yeux au ciel directement suite à ses mots. « - Tu dormiras pas dehors. » Ca il en était hors de question. Qu’il en ait envie ou non. Je ne le laisserai pas là. Je m’en fiche moi après s’il m’en veut. Ce n’est pas le plus important dans tout ça. Je réfléchis un petit peu avant de remonter mon regard sur lui. « - Rien… Rien, je n’ai juste pas l’habitude de dire des choses comme ça. » Je lui souris doucement. C’est vrai en plus. J’ai plus l’habitude de faire de l’ironie ou des choses comme ça. Pas de dire des mots gentils. Mais bon, il n’y a que lui qui a entendu donc ça va. Je réfléchis un petit peu en maintenant le regard vers lui pour le moment. Je le suivais un petit peu du regard encore une fois. Je lui ai posé la question qui ne fallait pas visiblement. Ce n’est pas ce que je voulais. Je passe la main dans mes cheveux puis me redresse, reposant une main directement contre son bras. « - Calme. Désolé. Tu n’as pas besoin d’en parler d’accord. Ce n’est pas grave mais ne t’énerve pas. » Dis-je directement voulant qu’il cesse de bouger comme ça encore une fois. Je ne sais pas pourquoi il le fait mais je n’ai pas envie qu’il le fasse quand même.

_________________

Le jour où je me rendrai compte de mes sentiments, le jour où j'acceptera qui je suis vraiment, toi et moi nous vivrons notre histoire passionnément. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
et oui, j'habite a pasadena tout comme toi
et peut-être que je te saluerais !


mot doux de Contenu sponsorisé ► un
Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche de Julian, les retrouvailles. (Julian Silvester)


→ YOUR FAMILY TREE :: Pasadena ouvre ses portes le soleil et la ville :: A l'ouest de la ville :: Les universitaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-